Encyclopédie Wikimonde

Leo Not Happy

Aller à : navigation, rechercher

Leo Not Happy est un collectif visant à nettoyer Bruxelles de ses déchets sauvages.

Histoire

En février 2016, Leonardo DiCaprio gagne son premier Oscar et livre un discours poignant sur la cause environnementale. Inspiré par le discours de l’acteur, le fondateur de Leo Not Happy se demande comment sensibiliser les bruxellois face au problème des déchets sauvages. C’est de là qu’est né le mouvement « Leo Not Happy », en référence à Leonardo DiCaprio. Leo Not Happy, c’est une petite boîte en carton au sourire blasé qui se fait photographier devant les déchets de la ville pour mettre le doigt sur le manque de propreté. Le but du collectif est de débarrasser les rues de Bruxelles de ses déchets et de sensibiliser la population[1].

Le fondateur

Adel Saebi est un étudiant en Communication digitale, âgé de 26 ans. Ce jeune Ucclois est sensible à la cause écologiste et désespéré face à la saleté de certains quartiers de la capitale. Lui-même se considérant comme un ancien pollueur, il jugeait que des gens étaient responsables de la propreté dans Bruxelles.

Néanmoins, il changea d’avis, lassé de voir sa ville sale pendant que tout le monde se désolidarise en tenant pour seul responsable la commune bruxelloise[2].

Il organise alors, le 23 avril 2016, le premier événement de collecte de déchets citoyen avec l’aide de la Ville de Bruxelles. Le succès de cette collecte, tant au niveau des résultats que sur les réseaux sociaux et médias, a permis d’accroître la visibilité des actions de Leo Not Happy et de multiplier les événements.

Adel insiste sur le fait qu’il ne veut pas prendre un ton moralisateur mais sensibilisant. Il explique qu’il n’est pas fâché contre le pollueur mais il aimerait comprendre à quel moment celui-ci a décidé que la planète est sa poubelle[3].

Objectifs

Sensibiliser

L’objectif premier est de redorer l'image de Bruxelles car il y a énormément de déchets dans la ville et plus personne ne s'en rend compte. Pour lui, une prise de conscience collective est nécessaire quant à la problématique des déchets de rue et leur impact sur la planète. Pour cela, Leo Not Happy joue sur l'humour car il ne veut pas tomber dans le discours négatif qui est beaucoup moins efficace et qui serait défavorable à l’engouement des gens pour ce projet.

Nettoyer

Le 22 avril 2017, 203 personnes se sont réunies à Bruxelles afin de ramasser des mégots de cigarettes. L’objectif initial de Leo était d’en ramasser 30.000. À la fin de la journée, c’est plus de 120.000 mégots qui ont été ramassés dans le centre-ville! Le collectif a placé un grand tube contenant tous les mégots afin de sensibiliser les passants. Durant cette journée, les bénévoles ont distribué des cendriers de poche, fournis par la ville de Bruxelles, à tous les fumeurs qu’ils croisaient. À savoir qu’un mégot de cigarette, c'est 500 litres d'eau polluée, 12 ans de déchet et 2500 substances chimiques[4]. Ce genre d’événement, Leo Not Happy en a déjà organisé plus d’une dizaine et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour avril 2018, Il a pour projet d’organiser un ramassage collectif de déchets dans 5 grandes villes de Belgique en simultané. L’objectif est de ramasser 500.000 mégots de cigarettes.  

Pour 2019, il voudrait que le projet prenne une ampleur mondiale, à raison d’une fois par an.

Rassembler

Grâce à sa page Facebook, comprenant plus de 19.000 followers, Leo Not Happy a réussi à créer une réelle communauté active et fédérée avec laquelle il peut interagir. Sa page est très utile aussi pour communiquer les informations concernant les événements de collecte de déchets, ainsi que les résultats de ces collectes.

De plus, il utilise également sa page comme relayeuse de contenu axé sur la thématique de l'environnement. Il invite d’ailleurs les gens à faire de vidéos pour sensibiliser davantage les gens à la propreté. Que celles-ci soient négatives ou positives: "On peut aussi se filmer en train de ramasser un déchet, si chaque bruxellois ramasse un déchet ça se verra"[5].

Bien que principalement actif sur Facebook, les internautes peuvent retrouver la page du mouvement Leo Not Happy sur d’autres réseaux comme Twitter et Instagram mais aussi sur Youtube où il est possible de visionner le déroulement de collectes de déchets dans les rues de Bruxelles grâce à la chaîne de vidéo du mouvement.

Collaborations

Le collectif a déjà collaboré avec plusieurs organismes tels que la ville de Bruxelles, la SNCB, la STIB… A l’avenir, Leo espère collaborer avec des entreprises privées de recyclage, des artistes… [5]

Recyclage des déchets

Les déchets et plus particulièrement les mégots de cigarettes sont, après avoir été collectés, récupérés par le service de nettoyage de la Ville de Bruxelles pour ensuite être jetés. Tout en espérant voir ces démarches se propager dans d’autres villes de Belgique y compris à l’étranger, l’un des objectifs visé par l’auteur serait de confier ces déchets à des entreprises capables de les recycler[3].

Il projette également de rentrer en contact avec des artistes afin que ceux-ci utilisent les déchets récoltés comme matières premières pour leurs œuvres.    

[2]

Notes et références

  1. « Leo Not Happy, le héros masqué qui dénonce les déchets dans les rues bruxelloises », Paris Match Belgique - Parismatch.be,‎ (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2017)
  2. 2,0 et 2,1 (en) « Video: Leo Not Happy seeks volunteers to collect 30,000 cigarette butts in Brussels », sur www.xpats.com (consulté le 15 décembre 2017)
  3. 3,0 et 3,1 « Avec le collectif "Leo not happy", à Bruxelles, la guerre aux ordures est déclarée », Les Observateurs de France 24, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2017)
  4. Nostalgie BELGIQUE, « Leo not happy agit pour plus de propreté », Nostalgie,‎ (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2017)
  5. 5,0 et 5,1 « Leo Not Happy, héros masqué de la propreté bruxelloise, fête ses un an », Brussleslife, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2017)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).