Encyclopédie Wikimonde

Les Brumes de Grandville

Aller à : navigation, rechercher

Les Brumes de Grandville
Image illustrative de l'article Les Brumes de Grandville
Gwendoline Finaz de Villaine au Salon du Livre de Paris 2017

Auteur Gwendoline Finaz de Villaine
Pays Drapeau de la France France
Genre Romance
Fantastique
Éditeur B. Editions, France Loisirs, French Pulp Editions
Collection Grands Romans
Lieu de parution Paris
Date de parution 2014-2017
Ouvrages du cycle 1. Monotropa Uniflora
2. Les Folies de Paris
3. Le Seigneur de Venise
Nombre de pages 341
ISBN 979-1-0251-0232-9

Les Brumes de Grandville est une série de romans fantastiques et sentimentaux de Gwendoline Finaz de Villaine, publiés entre 2014 et 2017 successivement chez B. Editions, France Loisirs[1] et French Pulp Editions. Elle est composée de trois tomes intitulés Monotropa Uniflora, Les Folies de Paris, et Le Seigneur de Venise. Elle raconte l'histoire d'Apollonie Destrac, une jeune orpheline professeur de musique, engagée au château de Grandville à la fin de la Première Guerre mondiale, et qui tombe amoureuse d'un fantôme, Hector de Montfaucon.

Résumé

En 1919, Apollonie Destrac, une orpheline de dix-sept ans, est engagée comme professeur de musique auprès des Montfaucon, propriétaires du château de Grandville. Tandis que le fils de la famille, Hector, rentre du front, un fantôme apparaît dans la chambre de bonne de la jeune fille et lui révèle qu'il est le véritable Hector. Apollonie mène l'enquête pour confondre l'usurpateur. La saga se poursuit à Paris, puis à Venise, lieu du dénouement de l'intrigue.

Romans publiés

Monotropa Uniflora

Monotropa Uniflora est le premier roman de la saga des Brumes de Grandville. Il a été publié en 2014 en France sous sa première version, et fait l'objet d'un réédition revue et augmentée[2], chez French Pulp Editions, en 2017.

Apollonie Destrac est engagée par sa tante Léopoldine au château de Grandville en 1919. Elle fait la connaissance du personnel de maison et de ses élèves, les pestes Lisandre et Eugénie, tandis que leur frère, Hector de Montfaucon, rentre du front. Apollonie tombe sous le charme du mystérieux Hector, mais une voix lui révèle que le jeune homme est un imposteur.

Les Folies de Paris

Les Folies de Paris est le second tome de la saga romanesque[3].

Hector de Montfaucon est rentré à Grandville, mais il ne se souvient plus d'Apollonie. La jeune fille poursuit ses cours, espérant qu’Hector guérisse de son amnésie. Mais ce dernier demeure froid et indifférent, avant de décider de partir pour Londres, laissant l'héroïne désemparée. Apollonie tombe sur une mystérieuse lettre accusant Hector du meurtre de sa petite sœur Éléonore, quelques années auparavant. Elle décide d’élucider ce mystère mais ne progresse guère dans ses recherches, en l’absence d’Hector. Impuissante, elle quitte Grandville, s'installe à Paris et entame une carrière de chanteuse de music-hall aux Folies Bergère.

Le Seigneur de Venise

Le Seigneur de Venise est l'ultime volet de la saga des Brumes de Grandville. Apollonie prend conscience que la scène de l'explosion de la chapelle n'était en réalité qu'un rêve, effectué la veille de son mariage. La jeune femme se rend à la cérémonie de noces comme prévu, mais se retrouve seule devant l'autel, Hector ayant disparu du château. Désemparée, Apollonie trouve refuge dans un cloître des Ardennes, accouche d'un petit garçon qu'elle prénomme Jean, puis voit ressurgir de son passé son cousin William Bertier, tout juste libéré de prison. Celui-ci lui fait une révélation troublante : Artus de Montfaucon, le père libertin d'Hector, n'est pas mort ; il réside dans un palais à Venise. Apollonie décide de partir à sa recherche, afin d'élucider les raisons de la disparition inexpliquée d'Hector.

Influences

La saga aborde les thématiques de la romance historique, du conte social et du fantastique, tout en possédant de fortes connotations autobiographiques[4]. Qualifié de "Downton Abbey fantômesque"[5], l'ouvrage mêle enquête policière et histoire d'amour gothique, sur fond de peinture de la France des années 20[6]. A travers les thèmes abordés - sorcellerie, métempsycose, conte de fée upstairs-downstairs -, l'auteur qualifie son parti pris romanesque de "merveilleux morbide" ; son personnage principal Hector, archétype du héros byronien, est fortement imprégné du romantisme noir[7]. Hector a vaincu la mort par l'épreuve initiatique de l'ensevelissement dans la grotte, et grâce à Apollonie, il va parvenir à assouvir sa vengeance. Tout au long de leur aventure, ainsi que dans la figure paternelle maléfique du comte Artus de Montfaucon, on retrouve des résonances avec Edmond Dantès, Lara et Don Juan de Byron.

Symbolisme et ésotérisme

La trilogie des Brumes de Grandville est fortement marquée par le symbolisme[2] et l'ésotérisme. A côté des références bibliques, on reconnait des thématiques chères à Baudelaire et à Edgar Allan Poe, telles que la numérologie et la symbolique maçonnique. La trame omniprésente du jeu de l'oie géant présent dans le parc de Grandville guide le cheminement personnel de l'héroïne (le puits, le labyrinthe, la case 58 symbole de mort).

En explorant les rapports avec l'au-delà et la monstruosité du héros, victime d'une malédiction familiale, l'œuvre s'inspire de l'atmosphère du romantisme britannique du XIXe siècle (Byron, Shelley, les sœurs Brontë)[2], tout en développant les codes du roman d'apprentissage fantastique (Rebecca de Daphné du Maurier, Twilight de Stephenie Meyer).

Réception

La saga, très populaire auprès du public féminin[8] s'est écoulée à plusieurs milliers d'exemplaires depuis sa sortie[9], faisant l'objet de rééditions successives[10].

De même, la triologie est recommandée comme littérature pour la jeunesse[11],[12].

Notes et références

  1. Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France sur bnf.fr.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 « Videos de Gwendoline Finaz de Villaine - Babelio.com », sur www.babelio.com (consulté le 5 novembre 2017)
  3. « Les Brumes des Grandville - Les Folies de Paris », PublikArt - Webzine Culturel,‎ (lire en ligne)
  4. « Interview de Gwendoline Finaz de Villaine pour le site deslivresauféminin.com », sur deslivresauféminin.com.
  5. « Avis des libraires, bloggeurs et lecteurs : Les Brumes de Grandville », sur babelio.com.
  6. « Les Brumes de Grandville : Une saga familiale envoûtante », sur publikart.net.
  7. « Interview de Gwendoline Finaz de Villaine dans l'émission "Voyage au Bout de la Nuit", 14 mai 2017 », sur C8.
  8. "On découvre la romance à la française", le Figaro Madame n°22660 sur madame.lefigaro.fr.
  9. Les Brumes de Grandville rééditées chez French Pulp Editions sur gillesparis.com.
  10. Gwendoline Finaz de Villaine au Salon du Livre de Paris sur livreparis.com.
  11. « Salon du livre Jeunesse à Chalon-sur-Saône – Rencontre avec Bénédicte Guichard-Mosnier, Gérante des Éditions Éveil et Découvertes », Info Chalon,‎ (lire en ligne)
  12. « Le lycée Emiland Gauthey s’expose au Salon du livre de jeunesse de (...) - Arts & Culture », sur artsculture.ac-dijon.fr (consulté le 5 novembre 2017)

Liens externes


Cet article « Les Brumes de Grandville » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).