Encyclopédie Wikimonde

Loth Bounatiro

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Loth Bounatiro (né en mars 1955 à la Casbah d'Alger) est un chercheur algérien, docteur en astronomie. En , Bounatiro s'est porté candidat pour l'élection présidentielle, mais n'a pu collecter le nombre nécessaire de signatures.

Biographie

Loth Bounatiro décrocha le bac, série mathématiques au lycée Okba d’Alger, puis rejoint l’université d’Oran en 1977 où il obtient le diplôme d’études supérieures, spécialité physique du solide. Toujours en 1982, il prépare le diplôme d’études approfondies en « Astronomie et techniques spatiales » à l’observatoire astronomique de Paris. Il aurait écrit un livre sur « La synthèse de la télémétrie laser-satellite »[réf. nécessaire].

En 1986, il prépare un mémoire de doctorat « Nouvelle thèse » à l’observatoire de Paris Meudon et réussit à l’obtenir avec la mention « très honorable ». C’est en 1986 qu’il rejoint le Centre de recherches en astronomie, astrophysique et géophysique, communément appelé en abrégé (CRAAG). En tant que maître de recherche, il dirigea un projet intitulé « L’exploitation des plaques photographiques de la zone d’Alger »[réf. nécessaire].

En 1997, il est membre de l’académie des sciences de la société de New York. Cette Académie est en fait une société savante qui offre la qualité de simple membre à tous ceux qui sont prêts à payer les frais annuels de 100 $ sur simple recommandation parfaitement complaisante. Il n'en a été membre qu'une année d'ailleurs comme il le mentionne dans plusieurs de ses interviews.

En 2000, il édite à compte d'auteur les livres suivants : L’astroécologie science du temps[réf. nécessaire] et Ilm el mikat et l’horloge universelle[réf. nécessaire].

Depuis 2001 et à ce jour, il est enseignant-chercheur en aéronautique et génie civil à l’université de Blida en tant que maître de conférences.

En 2002, il est chef du projet, « Réalisation d’une horloge universelle à GPS »[1],[2].

En 2003, il devient membre du Conseil scientifique au ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire.

En 2004, il édite sa première théorie, qui n'a cependant jamais été publiée dans aucune revue scientifique. Avant d’être renvoyé du Centre de recherches en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG).

Récompense et prix

Loth Bonatiro obtient sa première médaille d’or au Salon international des inventions de Londres en 2005. D’autres médailles lui seront décernées à Bruxelles concernant l’horloge universelle (invention revendiquée par un horloger de Béjaia, propriétaire de l'horlogerie MESMO au boulevard Amirouche) et la conception de bâtisses environnementales et paracatastrophes naturelles.

En 2006, il a gagné deux médailles au Salon International des Inventions qui s'est tenu à Londres, en Grande-Bretagne.

En 2007, il obtient une sixième médaille au 56e Salon des innovations technologiques concernant son nouveau projet intitulé : « Conception d’une nouvelle ville idéale, écologique et paracatastrophes naturelles », qu’il propose, entre autres, pour la future capitale de Boughzoul.

En 2008, la Bibliothèque Nationale de Hamma à Alger, qui n'a pas de Comité Scientifique cependant, lui rend justice et hommage en le reconnaissant en tant qu’illustre savant de notre temps.

Lien externe

Notes et références

  1. Espacenet Patent search bounatiro loth as the inventor Un nouveau système de montre astronomique.
  2. THE UNIVERSAL EXPERT SYSTEM FOR THE TIME GESTION Loth Bounatiro

Cet article « Loth Bounatiro » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).