Encyclopédie Wikimonde

Louis Loriot

Aller à : navigation, rechercher

Louis Loriot
Fonctions
Substitut du procureur du tribunal de la Seine puis Procureur Général de Paris
Gouvernement IVe république
Chef de cabinet du garde des sceaux
Directeur du Personnel et de la Comptabilité au Ministère de la Justice
Directeur des Affaires civiles et du Sceau au Ministère de la Justice
Conseiller Général de l'Eure
Président de la Section des Finances au Conseil d'Etat
Biographie
Date de naissance à Pont-Audemer
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Bavent
Nationalité Française
Père Charles Loriot
Résidence Pont-Audemer, Bavent , Paris

Louis Jean Loriot né le 21 octobre 1883 à Pont-Audemer (Eure) et mort à 79 ans le 28 novembre 1962 au manoir du Prieuré de Bavent dans le Calvados[1], est un magistrat français qui fut également haut-fonctionnaire et homme politique.

Biographie

Fils de Charles Loriot, il se marie avec Mlle Fernande Caill et eurent une fille : Francine Loriot née en novembre 1923[2].

Docteur en droit, il publia sa thèse en 1910 sur Des attaques offensantes dirigées contre le président de la République et les citoyens investis d'un mandat électif[3].

Sous-lieutenant au 11e régiment d'infanterie territoriale, engagé pendant 5 ans et 10 mois, il fut décoré de la Croix de Guerre en 1918[4] et membre permanent du Cercle Hoche[5].

Carrière juridique

Parquetier

Le 15 mai 1907, il devient attaché au parquet de la Seine[6]. Ce n'est qu'un an plus tard, le 15 décembre 1908, qu'il devient attaché titulaire au Ministère de la Justice. Jusqu'en 1921, il sera substitut du procureur puis procureur. Le 9 mai 1921, il est nommé secrétaire en chef du Parquet général de Paris. De 1921 à 1926, il est substitut au tribunal de la Seine puis substitut du procureur général de Paris[réf. nécessaire].

Au ministère de la Justice

Le 25 novembre 1926, il est nommé directeur de cabinet du garde des sceaux en remplacement de M. Frémicourt[7]. Le 4 février 1928, il est nommé directeur du personnel et de la comptabilité au Ministère de la Justice. Le 6 mai 1932, il devient directeur des Affaires civiles et du Sceau[8][réf. insuffisante].

Au Conseil d’État

Le 20 décembre 1935, il devient conseiller d’État avant d'être nommé le 31 décembre 1944 et jusqu'en à 1953 13e président de la section des Finances au Conseil d'État[9][réf. nécessaire]. Il est aussi membre et président de nombreuses commissions.

Carrière politique

Louis Loriot est élu en mai 1927 dans le canton de Beuzeville, et ce sans concurrent, conseiller général de l'Eure[10].

Décorations

Notes et références

  1. Henri Temerson, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l'année 1962
  2. « Le Matin », sur Gallica
  3. « Revue générale d'administration », sur Gallica
  4. « Courrier de l'œuvre d'Auteuil 1918 », sur Gallica
  5. « Le Figaro », sur Gallica,
  6. « La Lanterne 1877 » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75095323/f4.zoom.r=louis%20loriot.langFR), sur Gallica
  7. « Le Rappel (numéro 20462) » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7551971g/f2.zoom.r=louis%20loriot.langFR), sur Gallica,
  8. Feuilletons / Sénat (périodique) de 1929 à 1935
  9. « Le Temps (numéro 25211) » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k248008k/f3.zoom.r=loriot.langFR), sur Gallica,
  10. « Le Rappel » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75521281/f2.zoom.r=), sur Gallica,

Sources


Cet article « Louis Loriot » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).