Encyclopédie Wikimonde

Louis Roland-Gosselin

Aller à : navigation, rechercher
Louis Roland-Gosselin
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Louis Roland-Gosselin.
Naissance
Paris, France Royaume de France (Seconde Restauration)
Décès (à 81 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation
Bachelier en lettres et sciences, Licencié en droit
Distinctions

Louis Roland-Gosselin est un agent de change français du XIXe siècle né le 1er août 1826 à Paris et mort le 15 décembre 1907 dans la même ville[1].

Biographie

Né le 1er août 1826 à Paris, 5 rue Saint-Georges, Louis Eugène Roland-Gosselin est le fils de Benjamin Eugène Roland-Gosselin (1791-1869), associé et fondé de pouvoir de son frère l'agent de change Alexandre-Roland Gosselin, et de Lucile Frémery (1803-1843).

Membre du Cercle des chemins de fer[1],[2], il est nommé agent de change le 20 février 1854 par décret de l’empereur Napoléon III et agréé comme agent de change de la Banque de France, des compagnies de chemin de fer, des compagnies d’assurance et des représentants de la haute Banque : Mallet, Vernes, Hottinguer, etc.

En 1861, il devient membre de la chambre syndicale des agents de change de Paris et appelé dix-sept fois y siéger comme adjoint au syndic[1]. Il est l’un des plus fameux et plus connus agents de change de Paris (« une des plus grosses fortunes de France » selon Annie Lacroix-Riz ).

L’Église et ses congrégations constituent une part importante de sa clientèle. Pour ce motif, Le Charivari, journal satirique de l’époque écrivait en 1861 : « la clergé a son agent de change préféré qui est l’honorable M. Roland-Gosselin qu’on nomme parfois en bourse Fra Roland ou l’Abbé Gosselin à cause de sa spécialité. »

Fervent catholique, Louis Roland-Gosselin aida financièrement à l’édification de dix-sept églises à Paris, dont la basilique du Sacré-Cœur. Le pape Léon XIII propose, à la suite d’un don important au denier de Saint-Pierre, de lui remettre le titre de comte palatin du Latran, qu’il décline. Il est fait commandeur de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand.

Conservateur, Louis Roland-Gosselin soutenait le prince de Broglie et était un farouche opposant de la Franc-Maçonnerie et des idées de gauche. Ainsi n'est il pas étonnant qu'il ait pendant la commune de Paris aidé à faire s'échapper de nombreux prêtres et religieux, les cachant à son domicile.

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 9 août 1870[1].

Il est décédé le 15 décembre 1907 à Paris, au n° 47 de l’avenue de l'Alma[1]. Georges Picot déclara, en apprenant sa mort : "C'est un chêne qui tombe."

Famille

Marié en 1848 à Adeline Sophie Masse (1828-[3]), ils ont eu treize enfants, parmi lesquels Eugène (1854-1919), qui lui succéda, et François qui succédera à son aîné. Il est aussi le père de Louise Roland-Gosselin, née à Passy, mariée le 15 avril 1879 à Paris à Marcel Hussenot-Desenonges, notaire à Paris, et décédée le 10 janvier 1907 à Pau[4], et de l’évêque de Versailles, Monseigneur Benjamin-Octave Roland-Gosselin. Il est aussi l’oncle du botaniste Robert Roland-Gosselin.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 « Roland-Gosselin »
  2. « Généalogie de Louis Roland-Gosselin »
  3. Société d'études de la province de Cambrai, Mémoires, Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value). [lire en ligne] 
  4. « Généalogie des Hussenot »

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).