Encyclopédie Wikimonde

Lycée François Magendie

Aller à : navigation, rechercher

Présentation

Le lycée François-Magendie accueille jusqu'à 1 500 élèves. C'est un lycée d'enseignement général et technologique, proposant un enseignement de la seconde à la terminale mais également un enseignement post-bac lié aux arts appliqués, le DNMADE (diplôme national des métiers d’arts et du design). Un internat mutualisé avec le lycée des métiers d'art Toulouse-Lautrec permet l'accueil d'élèves pouvant venir de loin.

Classement du lycée

En 2018, le lycée se classe 173ème sur 2277 lycées au niveau national et 3ème au classement départemental[1]. Le classement s'établit à partir de plusieurs critères comme le taux de réussite au bac ou le nombre d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement.

Histoire

Origine

Avant de prendre le nom de François Magendie, le lycée était une tout autre entité. Il a d'abord occupé le Château de Théodore Gardère avant de s'installer au 10 rue des Treuils. A l'origine, le lycée était en réalité une annexe au lycée pour jeunes filles Camille-Jullian avant de devenir véritablement lycée d'État de jeunes filles, puis mixte. Le lycée Magendie est construit par la ville de Bordeaux avec subvention du ministère de l'Éducation nationale.

Sa construction s'inscrit dans un contexte de croissance du nombre d'enfants à scolariser, et le besoin d'établissements scolaires pour les accueillir est criant. C'est pourquoi, dans les années 1950/1960, de nombreuses infrastructures scolaires sont construites très rapidement. L'édification du lycée rentre dans cet objectif d'accueillir cette jeunesse croissante, et son projet est donc décidé en 1954. Le 12 novembre 1955, la mairie de Bordeaux lance le projet de la construction d'un lycée de jeunes filles dans la rue des Treuils avec le concours des architectes Gilet, Hourtic et Courtois et l'architecte Michel Sadirac[2]. Entre le 5 décembre 1960 et le 18 septembre 1961, le lycée est finalement construit, mais n'est officialisé que par le décret du 7 février 1962, publié au Bulletin officiel de l'Education Nationale. La première promotion fait son entrée en 1961, vêtue d'une blouse qui faisait la caractéristique des lycéennes jusqu'en 1968. D'abord à vocation pour les jeunes filles, le lycée devient plus tard lycée d'Etat mixte, sous l'impulsion de la loi Haby de 1975[3].

François Magendie

En 1962, le lycée prend le nom de François Magendie par décision du maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas, sur proposition du conseil d'administration du lycée[4]. Ce patronyme est préféré à celui de Pierre Duhem (1861-1916 : physicien, mathématicien et historien des Sciences, ayant vécu à Bordeaux entre 1894 et 1916) ou Fernand Daguin (1889-1948 : géologue, membre de l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux), qui ont été finalement sélectionnés parmi plusieurs noms : Ausone, Chambrelent, Manon Cormier, Madame Duplessis, Rosa Bonheur[5]...

François Magendie est donc choisi en raison de son origine bordelaise. Né à Bordeaux le 6 octobre 1783, il est un des pères fondateurs de la physiologie et pharmacologie moderne. En 1818, il est nommé au Bureau central des Hôpitaux de Paris et devient, en 1826, médecin adjoint à la Salpêtrière. En 1821, il créa le premier journal consacré exclusivement à la physiologie, Journal de physiologie expérimentale. Il devient membre de l'Académie des sciences en 1821 puis est nommé professeur au Collège de France en 1830. François Magendie est mort le 7 octobre 1855 à Sannois, dans le Val-d'Oise. Il est enterré à Paris au cimetière du Père Lachaise.

Evolution architecturale

Sa rapide construction a entraîné des désagréments qui ont entaché sa durabilité. Sa construction fragile précipite sa fermeture en janvier 1996, puis sa démolition en 1997, pour être finalement reconstruit en 1998 par les architectes Brochet - Lajus - Pueyo. Sa réouverture a lieu en 1998 sur un terrain de près de 11 000m² où dur et nature se mêlent pour offrir un cadre élégant et paisible pour les élèves.

L'entrée du lycée porte une petite particularité architecturale, appelée "Les Nains" de l'artiste Alix Divers, qui soutient les poteaux du portail depuis le début des années 2000.

Direction

Yves Iungmann est actuellement le proviseur du lycée et Arnaud Richard, le proviseur-adjoint.

Précédents chefs d'établissement :

  • Mme Baumelon
  • Mme Hours
  • M. Richard
  • M. Panart
  • M. Bernet
  • Mme Daniau
  • M. Vaujany

Visées linguistiques et artistiques

Varier les langues

Le lycée propose plusieurs cursus qui mettent les langues au cœur des apprentissages. Dès 1987, le lycée ouvre une section internationale avec apprentissage intensif de la langue anglaise sous l'impulsion de son nouveau chef d'établissement, René Bernet, tout droit venu de Washington, où il s'est occupé du lycée français de la ville[6]. A cette époque, le lycée affichait d'ores et déjà sa vocation linguistique puisque y étaient proposés à l'enseignement le chinois, le portugais, l'hébreu, le latin, le grec et le japonais. Trois ans plus tard, est créée l'option internationale au baccalauréat espagnol. En 2010, une section internationale italienne, EsaBac, voit le jour, mais ferme sept ans plus tard, en 2017. A cela s'ajoute la section orientale qui offre un apprentissage poussé de la langue chinoise.

Le lycée affiche dans son projet d'établissement cette ouverture sur l'international avec l'intention d'offrir l'opportunité de voyages et d'échanges à davantage de lycéens. L'éventail des langues proposées à l'enseignement est très large puisque sont présents : l'allemand, l'anglais, le chinois, le coréen, l'espagnol, le grec, l'hébreu, le japonais, le latin et le russe.

Aujourd'hui, le lycée propose l’OIB (option internationale au baccalauréat) américain et espagnol, dont la sélection passe par une épreuve écrite et une compréhension orale, ainsi que l'examen du dossier scolaire par le jury d'admission.

L'Art au cœur du lycée

La section arts appliqués (STD2A : Sciences et Technologies du Design et des Arts Appliqués) permet aux lycéens d'obtenir un baccalauréat STD2A. Deux enseignements sont propres à ce cursus : Analyse méthodologique en design et arts appliqués / Projet en design et arts appliqués et Design et arts appliqués en anglais. La poursuite d'études peut se faire vers le DNMADE ou l'entrée en école d'art.

Le lycée propose également un enseignement post-bac avec le DNMADE qui se déroule en trois ans et confère donc le grade de Licence. Il se décline en plusieurs parcours :

- Design, environnement et matériaux innovants : le bois et ses dérivés.

- Design et innovation sociale : modes de vie et pratiques de l'usager.

L'accès à ces cursus se fait via Parcoursup, un examen du dossier scolaire et la rédaction d'une lettre de motivation.

Anecdote

En 2005, une journée de débats et de concerts dans l'enceinte du lycée est organisée par le CVL (conseil de la vie lycéenne), avec pour thème "Voir son lycée autrement". L'objectif était de faire du lycée Magendie un lieu de rencontres, d'échanges et non pas seulement un lieu d'apprentissage académique. De nombreux débats étaient prévus, sur des thématiques variées, comme "la vie à Magendie", "le mal-être adolescent", etc. Néanmoins, plusieurs professeurs d'adhèrent pas au projet, entraînant dès lors son annulation. Néanmoins, certains lycéens décident de maintenir l’événement via des discussions improvisées et la tenue de concerts sur le parvis.

Ainsi naissait la Journée du Lycée Autrement, qui se perpétue depuis lors. Sous l'impulsion d'élèves de la Maison des Élèves et du Conseil de la vie lycéenne, et avec l'aide de l'administration et d'intervenants extérieurs, le lycée Magendie prend un autre visage, le temps d'une journée, pour devenir un lieu d'échanges organisé par et pour les élèves.

La JDLA a permis à la MDE du lycée de se voir attribuer par la Fédération des Maisons des Lycéens le pris du Meilleur projet proposé aux assises nationales au cours des années scolaires 2015/2016 et 2016/2017.

Notes et références

  1. « Classement lycée François Magendie à Bordeaux », sur L'express
  2. Marie Sarraute, Dossier de Licence 2, sous la direction du professeur Marc Saboya, Bordeaux Montaigne, 2011.
  3. Exposition sur le lycée François Magendie, basée sur le travail de Nathalie Doumic, professeure d'Histoire-Géographie, 2018.
  4. Lettre du directeur à la maire de Bordeaux en date du 21 mars 1962.
  5. Procès-verbal du Conseil d'administration du 5 février 1962.
  6. Chantal Roman, « Une section internationale à Magendie », Sud-Ouest,‎

Liens externes

http://www.magendie.net/

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).