Encyclopédie Wikimonde

Lydia Courteille

Aller à : navigation, rechercher
Cet article a été automatiquement importé, son contenu peut être sujet à caution.

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Lydia Courteille est une créatrice française de bijoux installée au 231 de la rue Saint Honoré, près de la Place Vendôme [1]

Son travail est exposé de façon permanente au musée des Arts Décoratifs de Paris depuis 2014 [2] [3]

Biographie

Lydia Courteille est née Liliane Schoonjans [4] à Paris.[5]

Diplômée de biochimie, Lydia Courteille travaille d'abord en laboratoire avant de se tourner vers la joaillerie [6]

En 1987, Lydia Courteille se met à son compte et ouvre sa première boutique de vente d'antiquités et bijoux anciens [7]

En 1989, elle devient membre de l'Alliance européenne des experts d'art [8]

Le Cabinet de curiosités de Lydia Courteille

En 1993, Lydia Courteille s'installe à son emplacement actuel, au 231, rue Saint Honoré dans le 1er arrondissement de Paris, à deux pas de la place Vendôme [9]

A cette adresse, la créatrice installe une boutique conçue comme un cabinet de curiosités [10]

Le couturier et directeur artistique de Chanel, Karl Lagerfeld, est un habitué des lieux et sur son blog il recommande Lydia Courteille en ces mots : "Elle a le génie du bijou. J'aime son goût à 100%" [11]

Le goût des bijoux anciens

Avant de créer ses propres bijoux, Lydia Courteille a travaillé en tant qu'antiquaire [12] et expert [8]en bijoux anciens.

Sa boutique de la rue saint-Honoré présente encore une collection de bijoux vintage [13], notamment des bijoux de la créatrice française Suzanne Belperron [14]

Les créations de Lydia Courteille

Depuis 2006, Lydia Courteille dessine ses propres bijoux. Elle a déjà imaginé une trentaine de collections[1]

Chacune est inspirée de littérature, de périodes historiques marquantes, d'oeuvres picturales ou de voyages, et constitue un univers narratif.

"Je fais des bijoux comme d'autres écrivent des poèmes", Lydia Courteille [15]

Les collections

Les dernières collections créées par Lydia Courteille sont : la collection Topkapi, inspirée du Palais Topkapi à Istanbul (septembre 2016) [16], la collection Reine de Saba, inspirée des beautés sauvages de l'Ethiopie [17] [18], la collection sur la prophétie des guerriers de l'arc-en-ciel, inspirée des mythes des tribus indiennes [19].

Des collections plus anciennes sont intitulées : Jardin secret, Vanités, A Cassandre, Bestiaire, ou Afrique [20]

La plupart de ces collections sont illustrées par la dessinatrice Nathalie Shau [21] [20]

Les matériaux

Pour la création de ses bijoux, ,Lydia Courteille utilise toutes sortes de pierres précieuses, avec une préférence toute particulière pour les pierres irisées telles que les opales [22] [23], les pierres de lune, l'oeil de tigre [20]

Collaborations

Depuis quelques années, Lydia Courteille collabore avec une photographe, dessinatrice et graphiste lituanienne, Nathalie Shau [21]

Les bijoux de Lydia Courteille ont été présentés au cours de plusieurs défilés de haute-couture de Carven, Alexis Mabille en 2009 [24], Prada, et Mc Queen pour Givenchy [25] [26]

Distinctions

En 2012, Lydia Courteille remporte en seconde position le "Couture Design Award" dans la catégorie "Colored Gemstone Design" [27]

En 2013, Juliet de La Rochefoucauld recense Lydia Courteille dans son ouvrage "21st Century Jewelry Designers" [28]

En 2014, le musée des Arts-Décoratifs de Paris acquiert des pièces de Lydia Courteille pour sa collection permanente.

En 2014 également, elle reçoit le Award de l'American Gem Trade Association (AGTA) [29]

Ouvrages

Les créations de Lydia Courteille sont présentées dans deux ouvrages :

21st Century Jewelry Designers, de Juliet Weir-de la Rochefoucauld, paru en septembre 2013 [30]

Extraordinary Jewellery of Imagination and Dreams, de Juliet Weir-de La Rochefoucauld, éditions ACC Art Book, 2016 [31]

Sources

  1. 1,0 et 1,1 « L'univers | Lydia Courteille », sur Lydia Courteille | Bijoux Rares Paris 1er (consulté le 4 janvier 2017)
  2. Rapport d'activité 2014, 2015
  3. (fr) « Lydia Courteille, au Musée des Arts Décoratifs de Paris - exclusivebijoux.com », exclusivebijoux.com,‎ (lire en ligne)
  4. SCHOONJANS LILIANE DOMINIQUE RENEE à PARIS (342197464) - Infogreffe
  5. (en) Juliet Weir-de la Rochefoucauld, Extraordinary Jewellery of Imagination and Dreams, Paris, ACC Art Books, , 239 p. (ISBN 978 185149 837 6), p. 9
  6. Vogue, « Lydia Courteille », Vogue, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  7. Schoonjans Liliane sur Manageo.fr
  8. 8,0 et 8,1 Mme SCHOONJANS-Courteille Liliane «  ALLIANCE EUROPEENNE DES EXPERTS
  9. Etablissement LYDIA COURTEILLE à PARIS (75001) sur SOCIETE.COM (34219746400023)
  10. « L'univers | Lydia Courteille », sur Lydia Courteille | Bijoux Rares Paris 1er (consulté le 4 janvier 2017)
  11. (fr) « A SHOP KARL LOVES: Lydia Courteille in Paris - Karl Lagerfeld », Karl Lagerfeld,‎ (lire en ligne)
  12. « Où trouver une bague de fiançailles vintage à Paris? », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  13. « Bijoux vintage | Lydia Courteille » (https://www.lydiacourteille.com/fr/bijoux-vintage), sur Lydia Courteille | Bijoux Rares Paris 1er (consulté le 4 janvier 2017)
  14. (en) « Suzanne Belperron Parisian Jewelry Designer in the 1920-30's », Deleuse Jewelers,‎ (lire en ligne (http://deleusejewelers.com/suzanne-belperron-parisian-jewelry-designer-in-the-1920-30s/))
  15. « L'univers | Lydia Courteille » (https://www.lydiacourteille.com/fr/univers), sur Lydia Courteille | Bijoux Rares Paris 1er (consulté le 9 janvier 2017)
  16. Lydia Courteille's Topkapi collection injects history and humour into her whacky world. (https://www.youtube.com/watch?v=wqfTENI7bbU), 2016-09-28
  17. Vogue, « 4 raisons de se mettre au vert avec Lydia Courteille », Vogue, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne (http://www.vogue.fr/joaillerie/le-bijou-du-jour/diaporama/bijoux-reine-de-saba-lydia-courteille-tourmaline-verte/25352#bague-reine-de-saba-de-lydia-courteille))
  18. (fr) « Présentation de la collection Reine de Saba créée par Lydia Courteille - exclusivebijoux.com », exclusivebijoux.com,‎ (lire en ligne (http://exclusivebijoux.com/presentation-de-la-nouvelle-collection-reine-de-saba-creee-par-lydia-courteille/))
  19. Vogue, « Les boucles d'oreilles Indiennes de Lydia Courteille », Vogue, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne (http://www.vogue.fr/joaillerie/le-bijou-du-jour/diaporama/boucles-doreilles-indiennes-lydia-courteille-chrysocolles-email/23712#les-boucles-doreilles-indiennes-lydia-courteille))
  20. 20,0, 20,1 et 20,2 « LYDIA COURTEILLE : la poésie à fleur de peau | FIRSTLUXE » (http://www.firstluxemag.com/lydia-courteille-la-poesie-a-fleur-de-peau/), sur www.firstluxemag.com (consulté le 9 janvier 2017)
  21. 21,0 et 21,1 Maria Kerner, « Lydia Courteille Illustrated by Natalie Shau », The Jewelry Icon,‎ (lire en ligne (http://www.thejewelryicon.com/jewelry-in-art/illustrations/lydia-courteille-illustrated-by-natalie-shau/6742/))
  22. « The Opal of Lydia Courteille's Eye », Interview Magazine, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne (http://www.interviewmagazine.com/fashion/the-opal-of-lydia-courteilles-eye/))
  23. « Rendez-vous avec Lydia Courteille, joaillière de l'étrange | Design news » (http://news-avenue.com/design/rendez-vous-avec-lydia-courteille-joailliere-de-letrange/), sur news-avenue.com (consulté le 9 janvier 2017)
  24. The FMD - FashionModelDirectory.com, « Lydia Courteille - Fashion Designer | Designers | The FMD » (http://www.fashionmodeldirectory.com/designers/lydia-courteille/), sur The FMD - FashionModelDirectory.com (consulté le 9 janvier 2017)
  25. (en) « LYDIA COURTEILLE FOR COUTURE PARIS FRANCE, GEMOLOGUE », Gemologue,‎ (lire en ligne (http://gemologue.com/lydia-courteille/))
  26. (en) « LYDIA COURTEILLE: HAUTE COUTURE JEWELS, ART & HISTORY - JETSET Mag », JETSET Mag,‎ (lire en ligne (http://jetsetfashionmagazine.com/wordpress/shopping/lydia-courteille-haute-couture-jewels-art-history))
  27. « The winners of the Couture Design Awards are... », www.thejewelleryeditor.com,‎ (lire en ligne (http://www.thejewelleryeditor.com/jewellery/article/2016-couture-design-awards-winners-las-vegas-stephen-webster-nikos-koulis/))
  28. (en) Juliet Weir-de La Rochefoucauld, 21st-Century Jewellery Designers: An Inspired Style, Antique Collectors' Club, (ISBN 9781851497294, lire en ligne (https://www.amazon.co.uk/21st-Century-Jewellery-Designers-Inspired-Style/dp/1851497293))
  29. 2014 AGTA Spectrum Awards Winners (http://agta.org/awards/2014-winners.html)
  30. (en) J. Weir-De La Rochefoucauld, 21st-Century Jewellery Designers: An Inspired Style, ACC Art Books, (ISBN 9781851497294, lire en ligne (https://www.amazon.fr/21st-Century-Jewellery-Designers-Inspired-Style/dp/1851497293))
  31. (en) Juliet Weir-de La Rochefoucauld, Lydia Courteille: Extraordinary Jewellery of Imagination and Dreams, Antique Collectors Club Dist, (ISBN 9781851498376, lire en ligne (https://www.amazon.com/Lydia-Courteille-Extraordinary-Jewellery-Imagination/dp/1851498370))
Le nombre de liens externes est trop important et a été automatiquement limité.