Encyclopédie Wikimonde

Maël de Calan

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Maël de Calan, né le 30 avril 1980, est un homme politique français.

Président du groupe des élus de la droite et du centre au Conseil départemental du Finistère, conseiller départemental (Les Républicains) du canton de Saint-Pol-de-Léon, conseiller municipal de Roscoff, il a été conseiller économique et porte-parole d'Alain Juppé. Il est actuellement candidat aux élections législatives dans la quatrième circonscription du Finistère.

Biographie

Maël de Calan a fait ses études à Sciences Po (promotion 2003)[1] puis HEC. Il est ensuite analyste financier chez Merrill Lynch puis à l'UBS[2].

Son engagement politique commence à Sciences Po, où il devient Président de la section UMP, avant d'être nommé responsable des Jeunes UMP de Paris. Il participe à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 comme rapporteur du groupe économie du projet présidentiel[3].

En 2012, il revient travailler en Bretagne à Roscoff comme directeur du développement d'une start-up locale. Parallèlement, il dirige la campagne législative d'Agnès Le Brun, maire de Morlaix[3].

Avec d'autres trentenaires actifs au sein de l'UMP, il fonde en septembre 2012 La Boîte à idées[4], groupe de réflexion appartenant à l'aile modérée du parti, qui compte au sein de son comité politique des personnalités telles qu'Alain Juppé, Bruno Le Maire, Benoist Apparu, Xavier Bertrand ou Édouard Philippe. La Boîte à idées compte parmi les inspirateurs et théoriciens de la Primaire de la droite et du centre[5].

La Boîte à idées est l'une des 6 motions présentées au congrès du 18 novembre 2012 de l'UMP[6],[7] et recueille 9,2% des suffrages (14 000 voix), soit moins que les 10 % nécessaires pour être officiellement reconnue comme l'un des courants du parti. Toutefois, Maël de Calan est nommé au bureau politique de l'UMP comme Secrétaire national au projet. La Boîte à idées va alors évoluer vers le statut de think tank[8] dénonçant la dérive droitière d'une partie de l'UMP[9],[10].

Sur le plan local, il est candidat aux élections municipales à Roscoff en 2014 sur la liste (DVD) menée par Joseph Séité, maire sortant, ce qui lui vaut d'être élu conseiller municipal.

Maël de Calan est ensuite élu en 2015 conseiller départemental du canton de Saint-Pol-de-Léon en binôme avec Aline Chevaucher, maire de Plouénan[11]. Il est alors élu président de l'Alliance pour le Finistère, groupe réunissant les 24 conseillers départementaux d'opposition issus de la droite et du centre. Il est également élu en janvier 2016 président de la fédération Les Républicains du Finistère[12].

Il apporte son soutien à Bruno Le Maire qui se présente à la présidence de l'UMP à la fin de l'année 2015, face à Nicolas Sarkozy[13].

Dans le cadre de la Primaire de la droite et du centre, Maël de Calan, proche d'Alain Juppé, devient son conseiller économique et son porte-parole. Il est souvent présenté comme la « carte jeune » d'Alain Juppé et coordonne la rédaction du programme du candidat[14].

En mai 2016, en pleine campagne des primaires, il publie La vérité sur le programme du Front National (préfacé par Alain Juppé)[15]. Ce "manuel de combat contre le FN, pour l'empêcher de gagner les 5 ou 10 points qui le séparent du pouvoir"[16] lui vaut d'être considéré comme la "gâchette anti-FN de Juppé"[17] et lui vaudra de débattre face à plusieurs représentants du Front National, et notamment face à Florian Philippot[18].

Suite à la victoire de François Fillon le 27 novembre 2016, il annonce son soutien au vainqueur de la Primaire.

Le 12 janvier 2017, il est investi par Les Républicains pour être le candidat de la droite et du centre dans la quatrième circonscription du Finistère. Il commence dès lors sa campagne législative[19].

Dans le cadre de la défense de son territoire, il est à l'initiative en février 2017 d'une pétition pour sauver le centre de réadaptation de Perharidy, à Roscoff[20]. Les nombreux signataires se réunissent en mars pour une grande marche, ils sont alors près de 5 000[21].

Vie privée

Maël de Calan est marié depuis 2016.

Passionné de voile, il a navigué pendant huit mois comme matelot sur Pen Duick VI[2].

Ouvrages

  • Maël de Calan, La vérité sur le programme du Front National, Plon, , 100 p. (ISBN 9782259249539).

Participation à : Éric Woerth et La Boîte à idées, Une crise devenue française, éditions de l'Archipel, 10 juin 2015, 240 p. (ISBN 2809816964)

Notes et références

Notes

  1. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/mael.decalan03.
  2. 2,0 et 2,1 « Orientation. Maël de Calan explique son parcours », Le Telegramme,‎ (lire en ligne).
  3. 3,0 et 3,1 « Maël de Calan : le jeune UMP jette l'ancre à Roscoff », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Soazig Quéméner, « L'envoyé de Juppé au front », Marianne,‎
  5. « Publications - La Boite à Idées | La boîte à idées », sur www.la-bai.fr (consulté le 9 mai 2017)
  6. « "La boîte à idées" : deux voies s'offrent à l'UMP », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne)
  7. BFMTV, « UMP : Droite forte vs. Boîte à idées, qui soutient qui ? », BFMTV,‎ (lire en ligne)
  8. Alexandre Lemarié, « La « Boîte à idées » se rêve en Terra Nova de droite », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  9. Mael de Calan, Enguerrand Delannoy et Matthieu Schlesinger, « La boîte à idées : "L'UMP doit en finir avec la droite des valeurs" », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  10. L'Usine Nouvelle, « Tiens, l'UMP a des idées … sur l'industrie - Economie », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne)
  11. « Élections. Chevaucher - de Calan haut la main ! », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  12. « Les Républicains. Sans surprise Maël de Calan élu président finistérien », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  13. « Un des animateurs de la Boîte à Idées soutient Le Maire », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  14. Laureline Dupont, Marc Vignaud, « Maël de Calan, le blairiste de Juppé », Le Point,‎ (lire en ligne)
  15. « Maël de Calan déchiffre le programme du FN, "un manuel de combat" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Le cynisme économique du FN décortiqué par Maël de Calan », Challenges,‎ (lire en ligne)
  17. Marie Guichoux, « Maël de Calan, la gâchette anti-FN de Juppé », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  18. Florian Philippot face à Maël de Calan: Le programme du FN passé au crible (2/2) (http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/florian-philippot-face-a-mael-de-calan-le-programme-du-fn-passe-au-crible-22-808020.html), BFMTV
  19. Amandine Réaux, « Législatives : le juppéiste Maël de Calan finalement investi par LR contre la sarkozyste Agnès Le Brun » (http://lelab.europe1.fr/legislatives-le-juppeiste-mael-de-calan-finalement-investi-par-lr-contre-la-sarkozyste-agnes-le-brun-2948540), sur Le Lab Europe 1, (consulté le 9 mai 2017)
  20. « Sauvons Perharidy ! » (http://www.maeldecalan.fr/sauvons-perharidy) (consulté le 9 mai 2017)
  21. « Roscoff. 5 000 personnes dans la rue en soutien à Perharidy », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne (http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/roscoff-5-000-personnes-dans-la-rue-4883501)).

Liens externes

  • Site officiel (http://www.maeldecalan.fr/)
  • Alliance Finistere (http://www.alliance-finistere.fr/)

Cet article « Maël de Calan » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).