Encyclopédie Wikimonde

Maison close (pièce de théâtre)

Aller à : navigation, rechercher

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas. Maison close est une comédie dramatique écrite en 2002 par Agnès Chamak, Julie Estardy et Odile Huleux. Cette pièce de théâtre a été jouée pour la première fois au Festival d'Avignon en 2003, puis à Paris à l'Akton Théâtre en 2004 et au Café de la Gare en 2005.

Résumé

Dans le Paris de la Belle Époque, Armand et Lucette Brunet sont de simples commerçants à un détail près : ils vendent de l’Amour. Ils sont les tenanciers du « Palais de la volupté », une maison close au sein de laquelle travaillent et vivent trois prostituées : Raphaëlle, la sous-maîtresse, Pauline, la naïve provinciale et Madeleine, la rustre. Toutes trois partagent leur couche tout autant que leurs ennuyeuses journées au cours desquelles, tour à tour, l’une ou l’autre livre ses anecdotes sur ses « folles nuits » de travail, sa perception des hommes, ses convictions, ses rêves, ses failles... et ses trop rares jours de sortie accordés selon le bon vouloir des deux tenanciers. Afin d’augmenter leur profit, Les Brunet recrutent Blanche, une jeune fille encore mineure. Mais le propriétaire des murs, l’avocat Me Lethiers, qui n’a de cesse d’augmenter le loyer va mettre en péril leur commerce en les menaçant de les renvoyer ou de dénoncer la présence de la jeune mineure à la police si toutefois ils venaient à refuser de payer. Ainsi rackettés et dans un souci de rentabilité, les tenanciers vont davantage exploiter leurs prostituées leur demandant sans cesse plus d’efforts. C’est sur ce fond d’intrigue financière qu’évoluent les quatre prostituées : Quatre femmes qui, face à l’oppression grandissante et à un quotidien de plus en plus amère, vont voir s’envoler leurs moments de complicité et devoir affronter de grandes violences. Une nuit, afin d’échapper au notable et, conscients de la fin toute proche de leur commerce, Les Brunet quittent la maison close sans scrupule à l’insu des filles. C’est alors que Raphaëlle propose à Me Lethiers, fou de rage en constatant la disparition des débiteurs, de reprendre la direction… ;jhef lkguqsdik

La Genèse du projet

Le point de départ de notre travail, c’est une peinture de Henry de Toulouse Lautrec, Au salon de la rue des Moulins, représentant six prostituées dans une maison close. C’est à partir de la posture de chaque personnage que nous nous sommes mises à improviser et sommes parvenues à terme à incarner les 5 personnages qui figurent au centre. La sixième prostituée, en retrait sur la toile, à moitié nue sur la droite, nous inspirera plus tard la scène de la visite médicale.

Une réflexion d’aujourd’hui

Bien que pièce d’époque et costumée, Maison Close n’en est pas moins une réflexion de trois femmes trentenaires vivant dans les années 2000. Certes, nous nous sommes inspirées d’anecdotes réelles mais aussi et surtout de nos réflexions sur des thèmes qui nous tiennent à cœur comme, entre autres, la religion, la sexualité masculine, la maladie (le sida parallèlement à la syphilis), la mort, la place de la femme dans la société. Et aussi, de nos craintes et de nos projections au sujet l’affirmation de soi et de la difficulté à le faire trop pris dans nos liens. Chacun prostituée est l’allégorie d’une victimisation et la représentation d’une femme enfermée dans son destin. La maison close est le symbole de l’espace clos et de l’enfermement de chaque personnage dans son rêve et dans sa propre vie et la pièce de théâtre traduit la difficulté à en sortir et ce, quelles que soient les époques. Maison close fait aussi écho de notre réflexion sur la « Femme-victime », victime de sa naissance, des hommes, de la société, des patrons…

Soutiens

  • Mouvement Ni putes ni soumises : le 8 mars 2005, à l’occasion de la journée de femme, Loubna Méliane, présidente du mouvement, a invité Agnès à participer à son émission de radio sur Funradio autour du thème de la citoyenneté. Tous les quarts d’heure, une femme politique, intellectuelle, ou présentatrice télé ayant traité la question de la femme était interviewée.
  • Philippe Du Vignal, directeur de l’École Nationale de Chaillot.

Articles de Presse

Liens

  • Site officiel (http://www.maisonclose-theatre.com)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).