Encyclopédie Wikimonde

Malafaye

Aller à : navigation, rechercher

Jean Firmin Malafaye, dit "le capitaine Malafaye", est un militaire français né à Vergt en Dordogne le 4 mai 1815, et mort dans cette même ville en 1902. Il a contribué à la colonisation de l'Algérie et participé à la guerre de Crimée où il a été blessé.

Biographie

Élevé par sa tante et son parrain à Mouteix, il fait des études rudimentaires à l'école du village, et poursuit son instruction chez son oncle l'abbé Lamothe à Champagnac-de-Belair ; il gardera toute sa vie une vive foi catholique. Après la mort de cet oncle en 1830, il retourne à Vergt où il exerce le métier de tisseur-cardeur. A 18 ans, il entre au service militaire pour en exempter un de ses frères, gagne des galons, et, à 26 ans, il est sous-lieutenant, à 27 ans il est lieutenant et à 36 ans, il est capitaine mais ne voudra jamais être officier supérieur.

Il fait partie des troupes de colonisation de l'Algérie. En 1850 il est lieutenant de grenadiers à Tlemcen où il se marie. Par un décret du 18 juin 1852 il est nommé pendant un an administrateur de la première des colonies agricoles crées en Algérie, au lieu dit Gdyel devenu Saint Cloud, "l'un des territoires mixtes de la province d'Oran sous autorité militaire"[1]. Il gouverne les colonies Kléber, St Leu, Damesme et Méfessour[2].

En mars 1855 il combat dans la guerre de Crimée. Il est grièvement blessé et fait prisonnier au Mamelon vert près de la tour Malakoff. Il guérit heureusement de ses blessures et libéré après le traité de paix[3]. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en août 1855[4]. En 1863, il est nommé capitaine au 9e Régiment de ligne au camp de Sathonay (Rhône).

Revenu à Vergt pour sa retraite, Malafaye devient maire du village en 1871 durant trois mois. Son dévouement envers les pauvres du village le rend très populaire, il est même honoré d'un "prix de vertu" remis par l’Académie française[5]. Très pieux, il est aussi tertiaire de Saint-Dominique. Il meurt en 1902.

Les habitants de la commune lui rendent hommage, quelques mois après sa mort, par l'érection d'un buste de bronze le représentant en costume de capitaine décoré de ses quatre médailles. Le buste de Malafaye disparaît en 1941, il est remplacé par une réplique en 1998. Une rue de Vergt porte son nom.

Notes et références

  1. [1]
  2. http://kleberiens.free.fr/page.php?idPage=6
  3. Léon Guérin, Histoire de la dernière guerre de Russie: 1853-56, Volume 2
  4. Base LEONORE, cote LH/1701/41[2]
  5. http://visites.aquitaine.fr/capitaine-malafaye

Bibliographie

  • Abbé Pradier, Le Capitaine Malafaye d'après sa correspondance, 1903, édité aux Imprimeries de la Dordogne à Périgueux.
  • Achille Auché, Hommage au capitaine Malafaye

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).