Encyclopédie Wikimonde

Malika Malak

Aller à : navigation, rechercher
Malika Malak
Naissance
Décès
Rabat
Nationalité Marocaine
Pays de résidence Maroc
Diplôme
Droit
Profession
Journaliste

Malika Malak, (en arabe: مليكة مالك) née en 1955, est une journaliste marocaine. Malika est décédée lundi 7 mars 2016, après un long combat avec la maladie[1].

Biographie

Formation

Malika Malak n'a pas suivi une formation en journalisme. Elle a d'abord étudié le Droit à l'université Mohammed V de Rabat, puis à Montréal[2].

Carrière

Malika Malak a rejoint 2M dans les années 1990. Elle fut connue pour ses deux émissions, "Wajhoun wa Hadath" (1993-1996) et “Fi Al Wajiha” (1998-2004), où elle a invité plusieurs personnalités politiques marocaines. En 2004, Malak quitte son poste à 2M[3],[2].

Maladie et décès

En janvier 2016, l'état de santé de Malika Malak s'est aggravé, elle a alors été reçue à l'hôpital militaire de Rabat. C'est dans cet hôpital que Mlaika a découvert qu'elle a été victime d'une erreur médicale. En effet, après un passage à la radioscopie, l’équipe médicale a trouvé des compresses oubliées après ses deux premières interventions dans une clinique de la capitale. Malika a été transférée le 12 janvier dans un hôpital à Paris afin de recevoir les soins nécessaires. Mohammed VI a décidé de prendre en charge son hospitalisation, d'après ce qu'a révélé sur sa page facebook Jaouad Benassi, membre du comité de soutien à la journaliste[1],[4].

Malika Malak est décédée pendant la nuit du 7 mars 2016 à l'hôpital militaire de Rabat, à l'âge de 61 ans. Elle a été inhumée le mardi 8 mars 2016, au cimetière Achouhada  de Rabat[5],[2].

Témoignages

«Malika Malak aura marqué de par une forme d’engagement, qui était le sien, la télévision marocaine, ainsi que les femmes et les hommes qui sont le symbole d’une liberté», indique à Aujourd'hui Le Maroc, Samira Sitaïl, directrice d'info de la chaîne publique 2M[6].

«Son émission restera pour toujours le meilleur programme offert par nos télés. Elle a effectivement pu  laisser une trace dans le milieu des médias au niveau national et international», conclut Khalid Adennoun, l’ancien collègue de feue Malika Malak à 2M[6].

Références

  1. 1,0 et 1,1 « Une figure emblématique du journalisme marocain nous a quittés », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 7 décembre 2018)
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Abdellatif Manssour, « Malika Malak, journaliste confirmée, décédée à l’age de 61 ans », sur Maroc Hebdo International, (consulté le 7 décembre 2018)
  3. « MWN Current News – Morocco World News », sur intracommunication24.rssing.com (consulté le 7 décembre 2018)
  4. « La journaliste Malika Malak victime d’une erreur médicale », sur fr.le360.ma (consulté le 7 décembre 2018)
  5. « Décès de la journaliste Malika Malak », sur Bladi.net (consulté le 7 décembre 2018)
  6. 6,0 et 6,1 « Décès d’une journaliste militante, qui est Malika Malak », sur Aujourd'hui le Maroc (consulté le 7 décembre 2018)


Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).