Encyclopédie Wikimonde

Marc Giget

Aller à : navigation, rechercher
Marc Giget
Description de cette image, également commentée ci-après
Marc Giget en 2017.
Naissance
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Entrepreneur, président de l'European Institute for Creative Strategies and Innovation et du Club de Paris des Directeurs de l'Innovation, membre de l'Académie des technologies.

Marc Giget est un entrepreneur français, chercheur, professeur, expert en innovation et membre de l'Académie des technologies[1]. Il est président de l'European Institute for Creative Strategies and Innovation et du Club de Paris des Directeurs de l'Innovation.

Biographie

Né le 8 mai 1951, Marc Giget est diplômé de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et Docteur en Économie Internationale / Économie du développement (EHESS - Université Panthéon Sorbonne)

De 1973 à 1983, il crée et dirige le SEST, groupe de recherche sur les problèmes Sociologiques, Économiques et Stratégiques liés aux Techniques nouvelles. Il y dirige des travaux d’analyse et d’évaluation sur la gestion de la technologie et de l'innovation et des missions de stratégie de développement des entreprises dans le monde[2][source insuffisante].

En 1983, il crée Euroconsult (qui absorbe l’activité du SEST), groupe international d’expertises, études de faisabilité, évaluations (due-diligence) et validation des financements de projets, spécialisé dans le secteur spatial et domaines applicatifs des satellites. Le groupe fournit des services d’expertise et d’évaluation à de nombreux entreprises, états et institutions financières, comme l'OCDE[3][source insuffisante] ou la Commission Européenne.

En 1998, Marc Giget est élu Professeur titulaire de la Chaire d'économie et gestion de la technologie et de l'innovation au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris (CNAM)[4].

En 2001, il crée et anime « Les Mardis de l’Innovation : Formation ouverte à l'excellence en innovation et progrès humain », un cycle annuel de cours et conférences réalisé dans de grands établissements académiques et scientifiques (Sorbonne, CNRS, ENS AAMA, Arts et Métiers…)[5],[6][source insuffisante] en format ouvert et gratuit.

En 2007, il quitte le statut de professeur titulaire de chaire de l’Éducation Nationale et le CNAM pour se consacrer à l’European Institute for Creative Strategies and innovation (EICSI), think-tank et institut de recherche et de formation travaillant sur le renouveau de l’approche humaniste européenne de l’innovation et progrès et sa diffusion dans le monde et qui intègre le Club de Paris des Directeurs de l'Innovation.

En 2014, Marc Giget est élu membre de l’Académie des technologies et intervient sur des sujets comme la place de la technologie dans l'innovation[7].

Marc Giget a écrit et participé à des rapports officiels de l’Assemblée nationale[8], du Sénat[9], du Conseil d'analyse économique[10], du CESE[11], de la Direction interministérielle de la transformation publique[12], du CEA, de l’APCE ou de l’ANR.

Apports dans le domaine de l’innovation

A la fin des années 90, Marc Giget développe le concept de « Technological competences » dont il sera reconnu « seminal author » (auteur pionnier) en 2019 dans le cadre d'une « Revue Systématique » publiée dans l’International Journal of Emerging Technologies in Learning[13]. Plutôt que de partir de la seule R&D dans l’analyse économique de l’avantage technologique que peut avoir une entreprise (voir un pays), il est important d'élargir la compréhension de la dimension économique et stratégique de la technologie et des différentes façons de la maîtriser (par la R&D, par la coopération, par l’achat, par la formation…).

Derrière le mot « competences », qui s’insère dans le concept de « core competences » (les compétences fondamentales), la mise en relation de ces compétences technologiques avec les autres compétences de l’entreprise s’est fait par le concept d’« arbres de compétences »[14],[15][source insuffisante], qui les situe en interface entre les connaissances scientifiques (internes ou accessibles en partenariat avec le monde de la recherche) et les compétences industrielles, elles-mêmes en interface avec les lignes de produits et les marchés auxquels ils s’adressent .

Ce sujet de l’origine et de la nature des compétences technologiques, de la façon de les maitriser et de leur valeur, est revenu à l’avant des préoccupations des économistes avec l’émergence des « valeurs technologiques » et des entreprises dites « de la tech » (comme la FrenchTech), ainsi que le renouveau des RTO (Research and Technology Organisations) type Fraunhofer ou CEA. Certaines entreprises investissent énormément en R&D (IBM, Samsung, Thales, Volkswagen, Valeo, Toyota par ex. ) et ont du mal à la rentabiliser et d’autres qui achètent les meilleures technologies disponibles à des « valeurs technologiques » et réussissent très bien en les combinant dans des produits high-tech (Apple, Nintendo, Tesla et plateformes du Web par exemple). De fait, le retard de l’Europe par rapport aux Etats-Unis, dans le domaine de l’économie numérique n’est pas vraiment technologique.

Enfin, la notion de « diamant de l’innovation totale »[16],[17] également développée par Marc Giget, participe à des outils analysant l’innovation dans une approche holistique, où la technologie, si elle est importante et y est intégrée , n'est qu'une des composantes de l’innovation, qui comporte aussi des dimensions socio-économiques, anthropologiques, juridiques, politiques, humanistes, esthétiques et de réponse réelle aux attentes sociétales qui globalement définissent  une approche « progressiste » de l’innovation plus que techno-centrée.

Articles de presse

  • « On attend du monde des sciences et des techniques (qui est infiniment plus large que celui auto-déclaré de « la tech »), qu'il soit au service du progrès de la société et des individus. » La Tribune - 2020[18]
  • « On n’a jamais eu autant de technologies et en même temps de gens mécontents et d’insuffisance au niveau du développement. La société ne réclame pas de l’innovation mais du progrès, elle ne veut pas du nouveau, elle veut du mieux. Dans le brouhaha technologique qui agace les gens, il faut passer de l’innovation au progrès. » BFM Business - 2019[19]

Publications

En plus de ses publications scientifiques et évaluations, Marc Giget a réalisé deux ouvrages :

  • « La dynamique stratégique de l’entreprise[20] », Editions Dunod, 1998, Grand prix du livre de management 1999 de McKinsey avec la mention spécial du jury.
  • « Les nouvelles stratégies d'innovation 2018-2020, prospective 2030[21] », 2018, Editions du Net

Notes et références

  1. « Décret du 26 mars 2015 portant approbation d'élections à l'Académie des technologies », sur https://www.legifrance.gouv.fr/, Journal Officiel,
  2. « Activities of Groupe d'étude des problèmes sociologiques, économiques et stratégiques liés aux techniques nouvelles. Paris (5 resources in data.bnf.fr) », sur data.bnf.fr, BNF (consulté le 25 mai 2020)
  3. Satellites et fibres optiques: concurrence et complémentarité (via Google Books), OCDE, [lire en ligne] 
  4. Article sur le CNAM : « Le CNAM enseigne la gestion de l'innovation », sur https://www.lesechos.fr/, Les Echos,
  5. Marc Giget, « Chaine YouTube des Mardis de l'Innovation », sur YouTube, (consulté le 15 décembre 2020)
  6. « Archives des Mardis de l'Innovation », sur mardis-innovation.fr (consulté le 25 mai 2020)
  7. Technologies et territoires d’innovation : La place de la technologie dans l’innovation: constats et évolutions fondamentales, Paris, Académie des Technologies, [lire en ligne], p. Pages 7, 11, 86 
  8. Rapport d'information sur le développement de l'économie numérique, Paris, Assemblée Nationale, [lire en ligne] 
  9. Rapport d'information fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective sur les villes du futur : rêves ou cauchemars ?, Paris, Sénat, [lire en ligne] 
  10. Créativité et innovation dans les territoires, Paris, Conseil d’analyse économique, [lire en ligne], p. Page 113-142 
  11. Marc Giget, « Travaux et auditions - Questions à Marc Giget - innovation en agriculture », sur https://www.lecese.fr/,
  12. Innovation et progrès dans les services publics : des enjeux fondamentaux, Paris, Agence de Modernisation de l’action publique, [lire en ligne] 
  13. (en) Norma Candolfi Arballo, María Elena Chan Núñez et Bernabé Rodríguez Tapia, « Technological Competences: A Systematic Review of the Literature in 22 Years of Study : Voir en particulier les pages 12, 15 et 20 », International Journal of Emerging Technologies in Learning,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  14. Manuel de prospective stratégique - Tome 2 - 3ème édition - L'Art et la méthode, Dunod, [lire en ligne] 
  15. (en) Marc Giget, « The bonsai trees of Japanese industry - Volume 20, Issue 2 », Futures, Elsevier,‎ , Pages 147-154 (lire en ligne)
  16. Hasnaa Ressani, « Le diamant de l’innovation [fiche outil] », sur Les Cahiers de l'Innovation (consulté le 30 avril 2020)
  17. « Numéros 238 à 243 », Futuribles,‎ (lire en ligne)
  18. Philippe Boyer, « Le Progrès est mort, vive l'Innovation ? », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  19. Arnaux Zilliox, « L’injonction d’innovation ne doit pas nous faire oublier la notion de progrès ! », BFM Business,‎ (lire en ligne)
  20. La dynamique stratégique de l'entreprise, Paris, Editions Dunod, , 346 p. (ISBN 978-2-100-03727-8) [lire en ligne] 
  21. Les nouvelles stratégies d'innovation 2018-2020, vision prospective 2030, Paris, Les Editions du Net, , 307 p. (ISBN 978-2-312-05977-8) [lire en ligne] 

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 676 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 518 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).