Encyclopédie Wikimonde

Marie Carré

Aller à : navigation, rechercher
Marie Carré
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Décès
Nationalité Flag of France.svg Français
Profession

Marie Carré (1905-1983),[1] est une nonne française, connue pour s'être convertie du protestantisme au catholicisme et pour ses écrits.

Biographie

Marie Carré fut élevée dans la religion protestante. Au début des années 1960, elle s'est convertie au catholicisme et devint une nonne. Elle raconte son expérience dans son essai J'ai choisi l'unité[2]. Travaillant comme infirmière dans un hopital de Paris, à la fin des années 1960, elle affirme qu'un homme d'apprence slave grièvement blessé suite à un accident de voiture fut emmené dans l'hopital. Carré ne parvint pas à communiquer avec cet homme, ne pouvant ou ne voulant répondre. L'homme survécu quelques heures puis succomba à ses blessures. Ne pouvant l'identifier, Carré aurait reçu l'instruction de fouiller ses affaires personnelles, qui ne permirent pas son identification, mais qui lui permit de découvrir un mémoire de 100 pages dactylographié. Il s'agit d'une théorie du complot anticommuniste publiée en mai 1972 sous le titre ES 1025 ou les mémoires d'un anti-apôtre qui, selon Marie Carré, aurait été écrite par l'homme décédé. Le mémoire documente l'infiltration d'agents communistes d'URSS au sein de l'Eglise catholique, au sein des élèves séminaristes (ES), candidats à la prêtrise[3]. Le livre de Marie Carré est populaire dans les cercles apparentés au catholicisme traditionaliste[4]. Il a été publié en France et traduit dans plusieurs langues. En 1973, elle publie la messe[5], une défense du rite tridentin au sein de la messe face au rite romain[6].

ES 1025 ou les mémoires d'un anti-apôtre

Résumé

Le mémoire raconte l'autobiographie d'un agent secret de l'Union soviétique sous couverture afin d'infiltrer l'Eglise catholique pour y instiller un esprit subversif propre à générer une crise moderniste en son sein qui devrait se cristalliser lors du concile Vatican II.

Analyses

En 2002 une journaliste du magazine Crisis, Sandra Miesel affirme que cette écrit constitue de la propagande catholique traditionaliste[4].

Selon la thélogienne et philosophe catholique Alice von Hildebrand, l'ouvrage pourrait être une invention de Marie Carré, mais l'ouvrage est une critique inspirée des faiblesses du catholicisme[7].

Publications

en anglais
  • AA-1025: The Memoirs of an Anti-Apostle
en français

Notes et références

  1. http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/en-kiosque/jai-choisi-lunite
  2. Marie Carré, J'ai choisi l'unité, Apostolat des Éditions, 1963 et Diffusion de la Pensée Française, (1973), préface de Léon Cristiani
  3. Marie Carré, AA-1025: The Memoirs of an Anti-Apostle, TAN Books & Publishers, 1991, ISBN 0-89555-449-6
  4. 4,0 et 4,1 Sandra Miesel,Swinging at Windmills; A Close Look at Catholic Conspiracy Theories, 2002, lien vérifié le 21-06-2008
  5. Marie Carré, La messe, 1973, éditions de Chiré, ISBN 9782851901323
  6. http://www.chire.fr/A-122731-la-messe.aspx
  7. http://www.catholiccitizens.org/platform/platformview.asp?c=7993

Source de traduction

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).