Encyclopédie Wikimonde

Massage sonore

Aller à : navigation, rechercher

Le massage sonore utilise la vibration des sons pour exercer un massage des cellules du corps et régénérer le patient. Dans le massage sonore il n'y a pas d'apposition des mains sur le corps, simplement l'utilisation des bols chantants (en cristal, du Tibet, du Viet Nam, de Chine...) ou d'instruments de musique comme outils de vibration. On peut aussi parler de massages sonores au pluriel tant la pluralité de sons et d'harmoniques pénètrent le corps physique et subtil de l'être.

Historique

Même si les soins par le son et la vibration sont présents depuis les prémices du chamanisme, la pratique de massages sonores avec un sujet entouré de bols chantants tibétains et accompagné d'autres instruments de musique ou outils thérapeutiques (didgeridoo, vases de cristal, diapasons...) est surtout occidentale et contemporaine. Il existe depuis la nuit des temps des rituels et soins sonores avec les bols ou d'autres objets rituels (tambours de chamanes, guimbardes) mais cette pratique n'a qu'une trentaine d'année avec des précurseurs comme l'allemand Peter Hess qui fabrique aujourd'hui ses propres bols chantant thérapeutiques. au Népal. La France se met petit à petit au diapason de ses voisins allemands. En effet ces derniers ont intégré ce complément de soin, cette approche du corps par les bols chantants, depuis les années 2000 environ, avec par exemple : service de rééducation et éveil de coma (Nicole Becker, clinique Leezen, Schweriner See), service de désintoxication (Thomas Jablonski, hôpital de Hildesheim), en complémentarité à l’ergothérapie, (Angelika Rieckmann, clinique Dreizehnlinden, Bad Driburg), psychiatrie et maladies psychosomatiques (Lilo Bako, clinique Hofheim, près de Frankfort), mais aussi le handicap physique et mental, les sages-femmes…

Depuis des siècles que l'on connaît les effets vibratoires de certains sons et notamment des bols chantants tibétains (âge de bronze) : ils génèrent des ondes d'une grande pureté et des harmoniques qui créent un massage en profondeur vers les organes et les cellules de notre corps. C'est un moment privilégié de détente, d'écoute et de ressourcement, une façon de ré-harmoniser tout son être, de se mettre au diapason. De plus le corps étant composé à 70 % d'eau la vibration agit sur l'espace liquide. Cela suggère aussi au cerveau les ondes alpha qui favorisent détente et lâcher prise mental. L'activation des sons peut aussi servir de support à la méditation est ouvrir à d'autres champs de conscience et à la spiritualité.

Bols chantants tibétains et massage sonore

"L'origine de ces bols remonterait à l'âge du bronze. Venus d'extrême orient, via la Mongolie, ils auraient été introduits au Tibet par des forgerons nomades adeptes du chamanisme. Ils affirmaient que leurs résonances possédaient de puissantes propriétés curatives et considéraient ces ensembles de sons, non pas comme une musique, mais comme une approche sacrée aux propriétés thérapeutiques... Le nom de bols chantants tibétains est devenu leur appellation générique car l'occident a découvert ces bols lors de l'invasion du Tibet par la chine où certains moines se sont exilés en Europe en emportant leurs bols utilisés dans des rituels bouddhistes. La qualité originale du son des bols tibétains dépend principalement de la teneur de son alliage. Idéalement, ces bols sont composés de 7 métaux (or, argent, mercure, cuivre, fer, étain, plomb) rappelant les 7 chakra (zones d'énergie du corps), 7 planètes du système solaire et 7 jours de la semaine dans la tradition ésotérique. A chaque métal correspond une planète. » Tsering Tobgyal[1].

Il existe aussi des bols chantants en cristal de silice qui ont un son en 3 dimensions c'est-à-dire qui que le son occupe tout l'espace d'une pièce dans toutes les directions. Notre organisme contenant également de la silice cela fait résonner notre eaux, nos organes, notre silicium, notre ADN... Ces bols dits chantants aussi sont originaires de Chine ou des États-Unis.

Données scientifiques

C'est vers les années 30 que la communauté scientifique a commencée à s'intéresser aux effets des sons sur le cerveau avec la psychoacoustique. Harvey Fletcher et Wilden Munson ont publié des études en 1933 qui montrent que les sons peuvent avoir des effets physiques et des impacts physiologiques importants. Le son aurait même plus d'effet que les images sur les émotions.

Aujourd'hui les techniques de mesure des ondes cérébrales se sont perfectionnées. Les courbes le montrent : le son impacte non seulement l'esprit, les émotions mais aussi le corps (revue « inexplorée », magasine de l'INRESS).

La vibration sonore aurait cette capacité de remettre un certains ordre physique. L'industrie depuis plus d'un siècle utilise ce principe pour procéder à la séparation mécanique. Prenez du sable et des gravillons dans un récipient. Secouez-les gentiment. Vous verrez les gros morceaux se séparer des petits. Le son fait cela, il trie.

Le physicien Ernst Chladni (18eme siècle) et aujourd'hui Alexander Lauterwasser ont montré cela , en mettant du sable sur une pièce métallique et en la frottant avec un archet vous obtenez des images sonores, on appelle cela la cymatique. En interagissant avec la matière, le son génère aussi des effets thermiques qui peuvent être utilisés aussi pour des traitements. Les kinésithérapeutes se servent d'ondes pour soigner des lésions et certains calculs sont des détruits à l’hôpital par des ultra-sons.

En 1973, Robert Monroe met en évidence le « battement binaural » : lorsqu'un son est envoyé dans une oreille et un autre dans l'autre oreille, le cerveau émet une fréquence spécifique et génère une synchronisation des hémisphère cérébraux. Le cerveau rentre en ondes alpha (fréquences de relaxation profonde) et permet un relâchement de tout le corps, un apaisement des fonctions physiologique et du système nerveux parasympathique.

Disciplines associées

Notes et références

  1. « The Other Side - Tsering Tobgyal » (consulté le 25 novembre 2015)

Voir aussi

Bibliographie

  • Lespinasse Nicolas, Alexandre Montanari (préface), De la vibration des sons vers la vibrations des cellules du corps, éditions vie (ISBN 978-3639773255)
  • Alexander Lauterwasser (auteur), Pierre-Jean Garel (traduction), Images sonores d'eau : la musique créatrice de l'univers, (ISBN 978-2853272513)

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).