Encyclopédie Wikimonde

Match de football Italie - France (1994)

Aller à : navigation, rechercher

Le match de football Italie - France du 16 février 1994 à Naples désigne une rencontre amicale de football opposant l'équipe de France à l'équipe d'Italie. L'équipe de France fait à cette occasion sa première sortie depuis son élimination du tour préliminaire à la coupe du monde de 1994. Ce match amical est la première rencontre des Bleus avec leur nouveau sélectionneur national Aimé Jacquet et intervient plusieurs mois avant les éliminatoires du championnat d'Europe de 1996.

La première d'Aimé Jacquet

Simple match de préparation à la coupe du monde pour les italiens, cette rencontre amilcale fait pourtant l'objet d'un engouement médiatique côté français[1]. La veille du match, Bruno Masure présente le contexte historique de cette rencontre en direct du journal de 20 heures de France 2[1], en déclarant qu'on attend « d'Aimé Jacquet qu'il retrouve l'alchimie de la victoire, et cela avant les qualifications de l'Euro 96 »[1].

Contexte historique

A l'automne précédent, l'équipe de France a connu l'une des plus grosses désillusions de son histoire en s'inclinant par deux fois à domicile (2-3 contre Israël puis 1-2 contre la Bulgarie) dans les éliminatoires de la Coupe du Monde 1994. Une double défaite synonyme de non-qualification. Ce match face aux italiens est le premier de l'équipe de France depuis le naufrage face à la Bulgarie. Pour Aimé Jacquet, l'heure est à l'état des lieux plus qu'à la reconstruction[réf. nécessaire] puisque, nommé sélectionneur à titre provisoire, il n'a aucune assurance de mener la campagne des éliminatoires pour l'Euro 1996. Pour ce premier match, il sait déjà qu'il doit se passer du buteur Jean-Pierre Papin, du milieu récupérateur Frank Sauzée et du libero Laurent Blanc, trois piliers de l'équipe de France qui ont annoncé durant l'hiver leur désir de prendre leur retraite internationale.

Par ailleurs, l'équipe de France ne s'est plus imposée chez leur voisin transalpin depuis 1912[2]. Le dernier match en Italie s'est également joué à Naples il y a seize ans, le 8 février 1978. Michel Platini trompait à cette occasion le gardien italien Dino Zoff sur coup-franc à deux reprises, le premier but étant cependant refusé par l'arbitre[3].

Recréer un mouvement

Dans une interview réalisée par le journaliste Yann Lavoix, Aimé Jacquet rapelle la difficulté de « recréer un groupe, de recréer un mouvement »[4]. Au final, la victoire de l'équipe de France face au futur finaliste de la coupe du monde s'avére salutaire dans la construction de cette dynamique.

Feuille de match

Drapeau de l'Italie Italie - Drapeau de la France France : 0-1

Composition des équipes

Drapeau de la France Équipe de France (517e match)

73e, Jean-Pierre Cyprien - AS Saint-Étienne 1re sélection

90e, Corentin Martins - AJ Auxerre 5e sélection

53e, Vincent Guérin - Paris SG 3e sélection

Réserves : Martini, Lizarazu et Vahirua.

Sélectionneur national : Aimé Jacquet

Changements et continuité dans la première sélection d'Aimé Jacquet. Des « anciens » de 1993 tels que Lama, Roche, Deschamps, Le Guen et Cantona conservent leur poste de titulaire. David Ginola quitte le banc de touche sur lequel la présence de Papin le reléguait la plupart du temps. Marcel Desailly, jusque là titularisé en tant qu'arrière latéral passe dans l'axe. Karembeu, Djorkaeff et Gnako, déjà appelés par Houllier, connaissent leur première titularisation. Enfin, la principale surprise est le retour d'Éric Di Meco, boudé par les sélectionneurs nationaux depuis plusieurs années.

Équipe d'Italie

66e, Lorenzo Minotti - Parme FC

66e, Massimiliano Cappioli - AS Rome

46e, Andrea Silenzi - Torino FC

Sélectionneur national : Arrigo Sacchi.

Évolution du score

  • Drapeau de l'Italie Italie 0-1 Drapeau de la France France : Y. Djorkaeff (45e), tir piqué de 8 m à gauche, sur service des 18 m de Ginola récupérant une mauvaise relance de Baresi.

Récit du match

Dominés sans être véritablement inquiétés, les Bleus souffrent mais peuvent compter sur la déjà très bonne entente de leur nouvelle charnière centrale Roche-Desailly, et se contentent d'évoluer en contre attaque. Une tactique qui porte ses fruits juste avant la mi-temps lorsque David Ginola récupère un ballon mal négocié par la défense italienne qui joue très haut, puis sert idéalement en profondeur Youri Djorkaeff qui d'une balle piquée trompe Pagliuca venu à son rencontre.

En seconde période, toujours aussi peu inspirés, les Italiens ne parviendront pas à égaliser, provoquant la bronca de leurs supporters au coup de sifflet final. Cyprien entre en jeu dans le dernier quart d'heure et honore sa première et unique sélection en équipe de France[5], conscient, selon lui, d'avoir pris part à une victoire historique[6]. Il s'agit de la première victoire des Bleus en terre italienne depuis près de 82 ans.

Notes, références et citations

Notes


Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 « Bruno Masure - Journal de 20 heures », France 2, 15 février 1994.
  2. « Fiche du match Italie - France », fff.fr, 17 mars 1912.
  3. « Fiche du match Italie - France », fff.fr, 8 février 1978.
  4. « Reportage de Yann Lavoix - Journal de 20 heures », France 2, 15 février 1994.
  5. « Jean Pierre Cyprien », oldschoolpanini.com, 26 juillet 2010.
  6. « Interview de Jean Pierre Cyprien », fff.fr, 16 octobre 2002.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).