Encyclopédie Wikimonde

Mieko Inoue

Aller à : navigation, rechercher

Mieko Inoue
200px
Présentation
Naissance (80 ans)
Tsubame, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japon
Mouvement Architecture contemporaine
Postmodernisme
Activités Architecte, Urbaniste
Enseignante en Architecture et Art Design à l'Ecole Nationale Supériere d'Architecture de Paris Conflans ex UP4 (1983-2000) et à CREAPOLE

(2000-2012)

Diplôme Diplômé par le gouvernement français (DPLG)
Formation Université Waseda (Tokyo)
Université Paris VIII

École nationale supérieure des beaux-arts de Paris-Conflans

Œuvre
Agence Atelier d'Architecture Mieko Inoue
Réalisations Ensemble Le Colisée, Nîmes
Commissariat de Police, Deauville

Mieko Inoue (井上美恵子), née le à Tusbame–shi (Niigata, Japon), est une architecte japonaise ayant exercée ses activités en France. Son style architectural est contemporain et postmoderniste[1].

Biographie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Formation

Issue d'une famille de l'ancienne Noblesse Japonaise, après des études secondaires en province, Mieko Inoue rejoint l'Université Waseda de Tokyo, où elle étudie la Littérature anglaise, et obtient, en fin de cursus, une maîtrise ès lettres, tout en ayant suivi en parallèle des cours à la faculté d'architecture.

Elle suit aussi les cours de l'Institut Kuwazawa, et rejoint Kisho Kurokawa qui venait de créer son cabinet d'architecte. Pour celui-ci, elle réalise la traduction en Japonais du livre de Jane Jacobs : Déclin et survie des grandes villes américaines et suis attentivement ses premières créations. Désirant s'ouvrir à d'autres cultures, elle quitte Kisho Kurokawa et rejoint la France fin 1964 où elle restera définitivement.[réf. nécessaire]

Carrière

Grâce aux recommandations de son mentor, elle travaille ponctuellement avec des architectes français tels que Olivier Cacoub, Gérard Grandval, Jean-Marie Charpentier.

Fichier:Albert Grégoire Remerciements.png
Remerciements d'Albert Grégoire à Mieko Inoue pour la refonte des parterres de broderies des jardins du château de Champs-sur-Marne en 1969.

Enfin, elle intègre l'équipe d'Albert Grégoire, Grand Prix de Rome 1945[2], architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux. Pour celui-ci, elle réalisera la refonte totale des parterres de broderies des jardins du Château de Champs-sur-Marne[3], parterres qui ont été photographiés et repris dans de nombreux ouvrages.[réf. nécessaire] Chez Albert Grégoire, elle participera, entre autres, à la réalisation de la Tour Keller première tour sur le Front-de-Seine, dans le 15e arrondissement de Paris, et la conception du complexe sportif de l'êle du pont (Neuilly).[réf. nécessaire]

Désirant s'établir, elle passe une maîtrise d'urbanisme avec le professeur Pierre Merlin, puis obtient son diplôme français d'architecte DPLG. À la suite de l'obtention de celui-ci, elle enseigne l'Architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris-Conflans, dans l'Atelier de Louis Schneider.[réf. nécessaire]

Elle fera se rencontrer Kisho Kurokawa et Louis Schneider, avec qui elle répondra au concours du ministère des Finances de Bercy.[réf. nécessaire]

Conjointement avec François Chaslin, alors à l'Institut français d'architecture, elle organisera la rétrospective Kisho Kurosawa en 1982.[réf. nécessaire] Toujours avec l'aide de François Chaslin, elle concrétisera la remise de la Médaille d'or de l'Académie d'architecture à Kisho Kurokawa en 1986.[réf. nécessaire]

À la demande de Christian Pellerin, Président du Groupe Sari-Seeri, elle répondra en 1986 en tant qu'urbaniste et architecte, avec Kisho Kurokawa, à la conception et la réalisation des immeubles du Colisée à Nîmes, et à la conception de la Tour Pacific à La Défense.[réf. nécessaire]

Au cours de sa carrière, elle réalisera des immeubles de logements, Club-house de Golf, résidence d'étudiants, Loft, ainsi que l'aménagement de nombreux commerces du quartier japonais de Paris.[réf. nécessaire]

Avant de prendre sa retraite, elle signera, à l'issue d'un Concours d’État, en 2001, avec les architectes Ecker et Crochin, le nouveau commissariat de Police de Deauville [4].[réf. nécessaire]

Réalisations

Annexes

Articles connexes

Notes et références

  1. Atelier d'Architecture Mieko Inoue sur PSS-archi
  2. « Liste des prix de Rome en architecture », Wikipédia,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2017)
  3. Fichier:Refonte parterres de broderies jardins du Château de Champs-sur-Marne-Mieko Inoue.png
    Parterres de broderies des jardins du Château de Champs-sur-Marne. Realisation de Mieko Inoue en 1969
  4. 4,0 et 4,1 M. Fahrenheit pour le compte d'Alain Bigot, mari de Mieko Inoue, Français : Extrait du journal L'Eveil Côte Normande du jeudi 15 mai 1997 à propos du projet de rénovation du commissariat de Trouville-Deauville par le cabinet d'architecture Inoue-Ecker-Crochin., [lire en ligne (page consultée le 2017-07-02)] 

2 Société d'aménagements des territoires (Nîmes, ZAC Rond-Point Nord)

3 Archives Larousse 1987

4 L'Éveil 15 05 1997

5 Ludovic Maillard (photographe)

6 The Yomiuri Shimbum 3 11 1998

7 "America no shi to sei", K Kurokawa, réedit 1977: Kashima shupan-kai (page 268)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).