Encyclopédie Wikimonde

Moïse Offenstadt

Aller à : navigation, rechercher

Moïse Offenstadt
Fonctions
Conseiller municipal de Buis-les-Baronnies
En fonction depuis à 1919
Vice-Président du Syndicat des membres de la Presse Illustrée française
En fonction depuis
Biographie
Lieu de naissance Paris
Date de décès
Lieu de décès Nice
Nationalité Française
Parti politique Parti républicain-socialiste
Père Joseph Offenstadt
Fratrie Frères Offenstadt

Moïse Offenstadt (ou Maurice Villefranche) est un éditeur, directeur de la Société Parisienne d'Édition et homme politique français du début du XXe siècle[1],[2],[3],[4],[5],[6].

Biographie

Moïse Offenstadt est né le 4 novembre 1865 à Paris et mort en 1943 à Nice. Il a fait des études à l' École Commerciale. Il est naturalisé français en 1886.[7]

En 1888, il est représentant de commerce. Il débute comme éditeur en 1891.

En 1905, il fonde le Comité républicain d’action parlementaire, et au fil des années plusieurs comités politiques, qui sont, selon Moïse Offenstadt, soutenus par près de cinquante parlementaires[8],[9].

En 1908, il écrit Appel aux français. La vérité sur l'impôt sur le revenu, les réformes nécessaires.[10]

Il commence sa carrière politique en 1910 en se présentant aux élections législatives dans le 11e arrondissement mais échoue.

La même année, il fonde la revue La Politique et La volonté du XIème, organe radical et républicain socialiste

En 1912 il se présente sans être élu aux élections municipales du quartier de Barbès-Rochechouart.

En 1914, il affirme qu'il est favorable à des lois sociales et qu'il les applique à ses salariés, et fréquente tous les hommes politiques importants de son époque.

Il est alors élu conseiller muncipal de Buis-les-Baronnies, l'unique fonction politique qu'il occupera.[11],[12]

Il se présente alors aux élections législatives dans la Drôme. Il n’est alors pas élu député.[13]

Il est associé dans les Éditions Offenstadt, avec ses frères Charles, Georges et Nathan. Ils éditent notamment Les Pieds nickelés, Bibi Fricotin, et les revues L'Épatant, L'Intrépide, Police magazine, ou La Vie en culotte rouge[14],[15].

Lors de la Première Guerre Mondiale, Moïse et ses frères sont souvent accusés à tort, par antisémitisme, d'espionnage au profit de l'Allemagne.[16]

L'abbé Bethléem est farouchement opposé à la publication de presse populaire et invite à proscrire les éditions Offenstadt.[17]

La carrière de Moïse Offenstadt s'inscrit dans l'histoire de la Troisième République et de ses évolutions[18]. Il fut par ailleur membre de la franc-maçonnerie.[19]

Moïse Offenstadt décède en 1943 à Nice.

Références

  1. La dynastie des Offenstadt, Phénix, 1967 numéro 3 page 40-43 / 1967 numéro 5 page 21-26 / 1968 numéro 7 
  2. Roman 1900 et photographie, Romantisme numéro 105, , p133-144 p. 
  3. Thierry Crépin, Haro sur le gangster!: la moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, CNRS, (ISBN 978-2-271-05952-9) [lire en ligne (page consultée le 2021-03-05)] 
  4. Des éditions Offenstadt à la Société parisienne d'édition, Université Paris VII, 2002-2003 
  5. Revue des lectures, [lire en ligne (page consultée le 2021-03-05)] 
  6. Henry Coston, Le bourrage de crane: comment la presse trompait l'opinion, C.A.D., [lire en ligne (page consultée le 2021-03-05)] 
  7. Revue des lectures, [lire en ligne (page consultée le 2021-03-06)] 
  8. Jean Jacques Becker, Le carnet B: les pouvoirs publics et l'antimilitarisme avant la guerre de 1914, Klincksieck, (ISBN 978-2-252-01519-3) [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=AYAcAAAAIAAJ&q=%22moise+offenstadt%22&dq=%22moise+offenstadt%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj_qfqrmprvAhUIzhoKHWdkBBoQ6AEwB3oECAMQAg) (page consultée le 2021-03-05)] 
  9. Programme de M.O. Aux Élections législatives de la Drôme., Archives départementales de la Drôme 
  10. Bulletin des récentes publications françaises, Librairie H. Champion, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=O5SCV4S7uxkC&q=%22maurice+villefranche%22&dq=%22maurice+villefranche%22&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjQrP2s4JvvAhUBCxoKHU-dCqAQ6AEwBXoECAMQAg) (page consultée le 2021-03-06)] 
  11. L'Idéal: bulletin de la ligue de la communion fréquente, L'Idéal, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=lhOh8kZ2c1IC&q=moise+offenstadt&dq=moise+offenstadt&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjziPmGmprvAhUE1RoKHU7aBTQ4FBDoATABegQICBAC) (page consultée le 2021-03-05)] 
  12. Archives municipales de Buis-les-Baronnies
  13. Annales de la propriété industrielle, artistique et littéraire, Au bureau des Annales, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=4UMwAQAAMAAJ&q=moise+offenstadt&dq=moise+offenstadt&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwingZKimZrvAhUsxYUKHcs3C7wQ6AEwBXoECAUQAg) (page consultée le 2021-03-05)] 
  14. « Société parisienne d'édition », sur data.bnf.fr (consulté le 5 mars 2021)
  15. Sylvain Lesage, Publier la bande dessinée: les éditeurs franco-belges et l’album, 1950-1990, Presses de l’enssib, (ISBN 978-2-37546-082-5) [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=br0YEAAAQBAJ&pg=PA67&dq=moise+offenstadt&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjskdfymZrvAhVrxoUKHTBwBkM4ChDoATAJegQIBhAC#v=onepage&q=moise%20offenstadt&f=false) (page consultée le 2021-03-05)] 
  16. Les frères Offenstadt, enquête sur des citoyens accablés de soupçons", Le collectionneur de BD, , p. page 15 
  17. Institut d'étude des questions juives Paris, La presse judeo-maçonnique, Éditions nouvelles, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=Hnk4AAAAMAAJ&pg=PA92&dq=moise+offenstadt&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwingZKimZrvAhUsxYUKHcs3C7wQ6AEwCXoECAAQAg) (page consultée le 2021-03-05)] 
  18. « Maurice Villefranche (1865-19..) », sur data.bnf.fr (consulté le 5 mars 2021)
  19. Michel Gaudart de Soulages et H. Lamant, Dictionnaire des francs-maçons français, Albatros, [lire en ligne (https://books.google.fr/books?id=_v23AAAAIAAJ&pg=PA430&dq=moise+offenstadt&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwingZKimZrvAhUsxYUKHcs3C7wQ6AEwBnoECAYQAg) (page consultée le 2021-03-05)] 

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).