Encyclopédie Wikimonde

Mosko et associés

Aller à : navigation, rechercher

Mosko et associés est un collectif artistique français connu pour ses pochoirs muraux dans les rues de Paris[1] en France. Composé de deux peintres urbains, Gérard Laux et Michel Allemand, anciens typographes, ouvriers du livre et camarades d’atelier, ce collectif s’inscrit dans le mouvement artistique contemporain de l'art urbain.

Historique

Gérard et Michel commencent à peindre sur les murs à la fin des années 1980. À l’époque, comme beaucoup d’autres quartiers parisiens, celui de La Moskowa, qui jouxte la petite ceinture dans le XVIIIe, est voué à une série de démolitions afin de le rénover. Mais les riverains s’opposent au projet et mettent en place une association de défense du site, visant à contrer le projet. Bien que les maisons soient condamnées à la démolition et les fenêtres murées, les habitants y vivront jusqu’à l’arrivée des bulldozers. Les deux amis ont alors l’idée de peindre à même les bâtiments grâce à des pochoirs. Cette démarche vise à contrer l’aspect sinistré tant d'un point de vue psychologique que matériel. La Moskowa devient ainsi un zoo imaginaire urbain : on y trouve des girafes, des hippopotames ou des gazelles.

Du quartier découle le nom du collectif, « Mosko », juxtaposé à « associés », qui renvoie aux collaborations sur des projets avec d’autres artistes.

Mosko et associés s’est spécialisé dans la peinture d’animaux exotiques, ce qui est devenu leur « marque de fabrique ». Ils décident également de poser leurs pochoirs surtout dans des lieux à l'abandon. Ainsi ces animaux poétiques rendent aux bâtiments et aux habitants leurs couleurs. Leur bestiaire s’enrichit au fil des années de nouveaux spécimens. On voit aussi apparaitre des fonds ainsi qu'une imagerie de plus en plus travaillée.

Manifestations

Les deux associés, remarqués grâce à leurs sujets significatifs, ont droit à quelques rencontres avec d’autres auteurs reconnus de l'art urbain (ou street art). En 1996, ils peignent, avec Nemo et Jérôme Mesnager, le zoo de Ménilmontant, toujours visible aujourd’hui. En 2003, ils collaborent avec Hondo à une fresque, villa de l'ermitage.

En 2004, ils sont aussi invités par Nemo à participer au festival Lézards de la Bièvre, au cours duquel ils transforment la rue Mouffetard en ménagerie. Mosko et associés se retrouvent également sur divers autres supports, dont internet.

Œuvres

  • 2010 :
  • 2006 :
    • Rue Philippe de Girard, en partenariat avec la mairie du 18e arrondissement de Paris
    • Du Rififi aux Batignolles, intervention sur la façade de l'Européen (Paris 17e)
  • 2005 :
    • Façade du Muséum d'histoire naturelle de Nîmes (30)
    • Section Urbaine (Paris 4e)
  • 2004 :
    • Lézards de la Bièvre (Paris 5e et 13e)
    • Interventions à La Havane, Cuba
  • 2003 :
    • Kosmopolite, 2e festival international de graffiti et d'expression urbaine, Bagnolet (93)
    • Tigres et gazelles avec Hondo, villa de l’Ermitage (Paris 20e)
  • 2002 :
  • 2001 :
    • Attitude 18, « place Jules-Joffrin » (Paris 18e)
    • Le Ballon des horizons, avec Raphaël² et De même nature
    • Re-création école Tchaïkovski (Paris 18e), commande de la ville de Paris
  • 2000 :
  • 1999 :
  • 1997 :
    • Portes ouvertes de Belleville avec Olivier de Schrynmakers, Mesnager et Nemo, rue Denoyez (Paris 20e)
  • 1996 :
    • Zoo de Ménilmontant avec Jérôme Mesnager et Nemo, rue du Retrait (Paris 20e)
  • 1995 :
    • Fête des Papillons, rue Papillon (Paris 10e)

Ouvrages

Liens

Références

Lien interne

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).