Encyclopédie Wikimonde

Nicolas Belloir

Aller à : navigation, rechercher

Nicolas Belloir
Nicolas Belloir en septembre 2011
Nicolas Belloir en septembre 2011
Fonctions
Adjoint au maire de la ville de la ville deSaint-Malo
Conseiller Communautaire
Président de la Fédération Française de Roller Sports
Membre du CNOSF
Biographie
Lieu de naissance Rennes, France
Nationalité Française
Profession Assistant Parlementaire

Nicolas Belloir, né le 12 octobre 1970 à Rennes, est adjoint au maire à la ville de Saint-Malo, conseiller communautaire et président de la Fédération Française de Roller Sports.

Il est attaché parlementaire et chargé d'enseignement à Rennes 1.

Mandats

  • Adjoint au maire de la ville de Saint-Malo[1] (depuis 2008)
  • Vice-Président de la Régie Malouine de l'Eau (depuis 2011)
  • Conseiller communautaire (depuis 2001)
  • Président de la Fédération Française de Roller Sports[2] (depuis 2001)
  • Membre du CNOSF (depuis mars 2005)
  • Conseiller Municipal de Saint-Malo (de 2001 à 2008)

Scolarité

Fils d'un fonctionnaire appelé à plusieurs responsabilités, Nicolas Belloir voyage entre la région parisienne, Saint-Brieuc, Rennes et Saint-Malo. Il effectue sa scolarité dans des établissements publics. Après son passage au lycée public Ernest Renan à Saint-Brieuc, il obtient un Baccalauréat B (sciences éco). Il poursuit sa scolarité à l'université Rennes 1 en licence AES (Administration Économique et Sociale) avec une mention développement local. Sa maitrise obtenue, il poursuit avec un DEA en droit public. Durant l'ensemble de son parcours scolaire, il découvre le milieu politique et rencontre de nombreux élus. Pour financer ses études, il fait des remplacements dans des établissements primaires, privés et donne des cours à la faculté. Il termine par un doctorat en science politique. Il soutient sa thèse en l'an 2000 « L'action publique locale en Bretagne depuis les lois de décentralisation ». Depuis, il continue d'enseigner en tant que chargé d'étude en « droit constitutionnel et institution politique » à Rennes 1 et Rennes 2.

Politique

Marqué par Jacques Chaban-Delmas et Jacques Chirac, il milite dès l'âge de 16 ans. Pendant ses années d'études, il participe à ses premières campagnes politiques en Ille-et-Vilaine et sur Saint-Malo. En 1998, il s'engage auprès de Michel Esneu pour les élections sénatoriales. Il a poursuivi sa collaboration en tant qu'assistant parlementaire.

Il le restera pendant plus de 10 ans. En octobre 2008, ce dernier met un terme à sa carrière politique. Nicolas Belloir poursuit alors sa collaboration auprès de Dominique de Legge.

Il est président de la Fédération Française de Roller Sports depuis 2001[3],[4].

En 2002, déjà conseiller municipal, il est chargé de mener les discussions en Ille et Vilaine pour que l'intégration du RPR et de l'UDF se passe le mieux possible. Il travaille en collaboration avec Loic Aubin.

En 2008, il devient adjoint aux sports et au port de plaisance à la ville de Saint-Malo auprès de René Couanau[5]. Il y mène de grands chantiers sur l'évènementiel avec l'organisation de la Route du Rhum en 2010[6]. Plus d'un million et demi de personnes sur une dizaine de jours sont venues à Saint-Malo. Sur le plan de la politique sportive, il engage une politique de forte rénovation des équipements sportifs[7]. Il finalise également un plan foot avec la réalisation d'un terrain synthétique à Château-Malo et Paramé.

Début 2008, le poste de secrétaire départementale UMP d'Ille et Vilaine est vacant. Les instances parisiennes le nomment secrétaire départemental UMP d'Ille et Vilaine. La même année, Nicolas Belloir est le suppléant de Catherine Jacquemin, élue conseillère générale d'Ille et Vilaine.

Depuis 2011, il est le premier vice-président de la régie Malouine de l'eau.

Aujourd'hui il mène toujours une activité d'enseignant auprès du CNFPT (Centre National de la fonction publique territoriale) et à l'IUT de Saint-Malo dans la filière carrière juridique où il y donne un cours sur les institutions Françaises.

Membre du CNOSF

Nicolas Belloir est également membre du Comité National Olympique Français (CNOSF) qu'il intègre en mars 2005 grâce à Henri Sérandour. Il devient le benjamin de l'organisation. Durant son mandat, le fait marquant pour lui sera la designation de la ville d'Annecy pour être la ville qui représentera la France pour la candidature des JO d'hiver.

Prise de position

Nicolas Belloir dénonce à la fois le désengagement de l'état et de ceux qui par mimétisme, s'inspirent de l'état. À ce titre il dénonce le désengagement du Conseil Général d'Ille et Vilaine. Le département, malgré la baisse des aides, n'est pas obligé de diminuer les subventions aux associations et aux collectivités locales. «  C'est un faux débat, car ils ont eu les moyens de mener leurs politiques dispendieuses notamment avec ordi 35 et les agences départementales »[8].

Notes et références

Liens externes

Références

  1. http://www.ville-saint-malo.fr/mairie/conseil-municipal/les-adjoints-au-maire/#content1069
  2. http://www.ffrs.asso.fr/content/view/13/34/
  3. http://www.rollerenligne.com/news-4926-2-video-rapport-moral-nicolas-belloir-ffrs.html
  4. http://www.ffrs.asso.fr/content/view/301/243/
  5. http://www.rollerenligne.com/news-4637-2-medias-nicolas-belloir-aux-sports-a-saintmalo.html
  6. http://www.saint-malo.maville.com/actu/actudet_-S-il-est-reelu-le-maire-a-deja-ses-adjoints-_loc-555081_actu.Htm
  7. http://www.saint-malo.maville.com/actu/actudet_-Actualit%C3%A9-des-equipements-sportifs-vont-faire-peau-neuve_-1663804_actu.Htm
  8. http://www.nicolasbelloir.fr/


Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).