Encyclopédie Wikimonde

Observatoire européen des think tanks

Aller à : navigation, rechercher

Observatoire européen des think tanks
Situation
Création Juin 2006
Domaine Recherche, analyse et production d'expertise sur les enjeux de démocratie, société civile et politiques publiques
Siège Paris
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 606 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Organisation
Personnes clés Jean-Claude Javillier (président)
Eduardo Olier Arenas (vice-président)
Olivier Urrutia (Directeur général)

Site web http://www.thinktanks.eu

L’Observatoire européen des think tanks, dont le siège social est situé à Paris, est une association à but non lucratif loi 1901 créée en 2006.

Les trois objectifs principaux de cet observatoire sont :

- Contribuer à l’émergence d’une société civile européenne éclairée, informée et impliquée afin de contribuer à préserver les conditions démocratiques du débat public.

- Encourager la participation active de la société civile dans l’élaboration des politiques publiques et dans la gouvernance des États démocratiques.

- Favoriser et animer le dialogue politique et les échanges de bonnes pratiques entre les acteurs publics et privés, dans la zone euro-méditerranéenne et sud-américaine notamment, sur les questions de démocratie, d’économie, de sécurité, d’éducation, de santé et de culture.

Historique

En congruence avec son déploiement à l’international accompagné de l’ouverture de bureaux à Barcelone en partenariat avec l’Universidad Pompeu Fabra[1] en 2013 et à Bruxelles en 2015, l’Observatoire français des think tanks devient en 2016 l’Observatoire européen des think tanks. Un autre accord de collaboration est passé en 2014 avec la faculté Blanquerna de l’Universidad Ramon Llull dans le cadre d’événements et d’accueil d’étudiants dans les bureaux de Paris. L’organisation repose sur le travail de membres permanents ainsi que sur les contributions de bénévoles et de stagiaires. Les travaux de l’OETT permettent d’établir des liens avec les principaux acteurs du monde des think tanks.

L’Observatoire européen des think tanks transfère son bureau espagnol à Madrid en 2016. Celui-ci est dirigé par Eduardo Olier Arenas, également président de l’Instituto Choiseul à Madrid et vice président de l’Observatoire européen des think tanks.

Direction

La gouvernance de l’Observatoire européen des think tanks s’organise autour d’un bureau, d’un conseil d’orientation et d’un conseil d’administration composé de personnalités relevant de domaines d’expertise divers. La direction est assurée par 8 personnalités issues du monde des idées, de l’entreprise et du monde associatif. Le conseil d’administration réunit un président, un directeur général, un secrétaire général, un directeur des études, un trésorier et une administratrice permanente et la présence de représentants du Conseil d’Orientation à titre consultatif. La direction détermine la politique générale de l’Observatoire et prend les décisions nécessaires à sa mise en œuvre.

Président : Jean-Claude Javillier

Vice président : Eduardo Olier Arenas

Directeur général : Olivier Urrutia

Secrétaire général : Sélim Allili

Le Conseil d’orientation accompagne la réflexion de la direction de l’organisation dans tout ce qui relève de l’évolution et du positionnement de l’Observatoire européen des think tanks. Il se compose de 16 personnalités relevant du monde académique essentiellement. Quelques experts des think tanks sont ainsi réunis au sein de l’Observatoire comme le canadien Donald Abelson, l’uruguayen Adolfo Garcé, l’italien Adolfo Garcé, l’espagnol Jordi Xifra et le franco-américain Stephen Boucher.

En quelques années, l’Observatoire est devenu un acteur fédérant autour de lui un écosystème riche et varié (institutions, universités, grandes écoles, entreprises publiques et privées, médias). L’OETT s’appuie sur des partenariats dans le cadre de ses activités de publication et d’événementiel tant avec des institutions et des administrations publiques qu’avec des acteurs de la société civile (entreprises, médias, fédérations, associations et fondations) qui lui permettent d’ouvrir le monde des think tanks au plus grand nombre.

Activités

Pour mener à bien ces missions, l’Observatoire recense en France et à l’international les think tanks, analyse[2] les conditions historiques, politiques, sociales, juridiques et économiques d’émergence de ces organisations[3], les modalités de leur financement et de leur activité de recherche, de production et de diffusion d’idées, leur rôle[4] et leur influence dans le développement de systèmes démocratiques contemporains ouverts et met en perspective en lien avec l’actualité politique[5] les différentes productions de ces acteurs.

Label « Think Tank & transparent »

A cet effet, l’Observatoire lance en 2016 le 1er label « Think Tank & Transparent » visant à reconnaître la qualité de think tank aux organisations qui se réclament de cette appellation et à en évaluer les principes de bonne gouvernance, de transparence financière, les moyens de communication, le volume et la variété de production de contenus. Après présentations auprès de différents ministères (Matignon, Bercy, etc.), le label est rendu public lors des Assises Nationales des Think Tanks[6],[7] le organisées au Sénat. Le label « Think Tank & Transparent » est octroyé à 46 organisations[8] en 2016 et fait écho à la Loi Sapin 2 et à l’intérêt croissant des médias et du public pour ces organisations et les intérêts qu’elles défendent et sur leurs liens avec les pouvoirs publics. Rendus publics en novembre 2016, les résultats sont accompagnés de nombreuses analyses statistiques portant notamment sur le niveau de transparence financière de ces organisations, la parité homme/femme dans les think tanks ou bien encore le format et le volume de production privilégiés[9].

Conférences internationales

L’année 2015-2016 constitue une étape charnière dans le développement des activités de l’Observatoire européen des think tanks sur le plan international.

Du 10 au 12 décembre 2015, durant la Conférence de Paris de 2015 sur le climat, l’OETT est partenaire de l’Arctic Encounter, premier symposium international sur les enjeux stratégiques de l’Arctique jamais organisé en France. L’événement réunit sur les 3 jours environ 500 participants originaires de plus de 15 pays autour de multiples conférences thématiques et d’activités pratiques réparties entre le Campus Eiffel et l’École militaire.

Initiative du Cluster Polaire Français, l’objectif principal est d’offrir un espace de réflexion collective visant à sensibiliser le grand public aux enjeux stratégiques de l’Arctique et à trouver des solutions innovantes pour le développement des peuples locaux, autour de 45 intervenants de toutes origines et de tous âges dont l’expertise est reconnue parmi lesquels ministres, diplomates, parlementaires, opérateurs, représentants autochtones, jeunes et chercheurs.

En mai 2016, l’Observatoire obtient le statut « Friend » du Forum de l’OCDE. À cette occasion, son directeur général Olivier Urrutia et le secrétaire général Sélim Allili sont invités à participer à la session de la Idea Factory en compagnie de 216 participants venus du monde entier dont Anthony Gooch, Pascal Lamy, Andrew Wyckoff, Pedro Domingos, Andrés Gómez-Lobo Echenique et Olli-Pekka_Heinonen notamment.

En octobre de la même année, lors de la troisième édition de l’Arctic Circle (en) réunit, à Reykjavik et sous la présidence de Ólafur Ragnar Grímsson, l’ensemble de la communauté internationale travaillant sur les questions arctiques, l’Observatoire est invité à animer une « breakout session », à laquelle participe l’ancien Premier ministre du Groenland Madame Aleqa Hammond, afin de présenter un projet de label « Think Tank & Transparent » arctique. À cette occasion le secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Ban Ki-moon, s’engage pleinement pour des politiques internationales responsables et éthiques sur le sujet.

Le 3 décembre 2016, le Secrétariat général aux affaires européennes (SGAE) organise la 2e édition du « Forum des carrières de l’Europe » au Conseil économique, social et environnemental. L’Observatoire se porte partenaire et participe lors de la conférence consacrée aux métiers de l’influence et des affaires publiques.

De façon plus générale, depuis 2006 l’Observatoire organise des conférences régulièrement en France et à l’étranger toutes ouvertes au public. Madrid, puis Barcelone ont été le cadre de conférences universitaires organisées par l’OETT ou de congrès franco-espagnols. À plusieurs reprises en raison de rôle d’intermédiation, l’OETT est sollicité par des médias français dans le cadre de reportages dédiés à l’Espagne[10].

Financement

L’Observatoire européen des think tanks est une organisation non partisane, indépendante financièrement et ne déclare aucun conflit d’intérêt. À ce titre, l’Observatoire fonctionne sur la base du partenariat avec des institutions et sur du financement public et privé dans le cadre d’appels à projet et commandes. L’OETT ne reçoit aucune subvention publique.

Faits marquants

Affirmant son rôle d’intermédiaire et d’acteur de la diplomatie intellectuelle, l’Observatoire européen des think tanks organise les et en partenariat avec l’Ambassade du Pakistan à Paris 4 tables rondes thématiques dédiées aux enjeux de transition démocratique du pays, des liens économiques franco-pakistanais, des questions sécuritaires et énergétiques. Des dirigeants d’acteurs de la société civile et d’entreprises françaises sont invités à intervenir.

Le 21 octobre 2016 en partenariat avec le Centre Franco-Iranien, l’Institut Culturel Iranien et l’Institut libre d'étude des relations internationales, l’OETT organise une conférence intitulée « Iran : entre mythes et réalités » qui réunit plus de 150 participants autour des interventions de Pierre Conesa, Antoine Sfeir, Denis Bauchard et Eric Denécé.

En France

En France, la conférence sur le « rôle social de l’entreprise dans un monde en mutation » en partenariat avec la Fondation Croissance Responsable, l’Académie des sciences morales et politiques et l’Institut de France s’est tenue en juin 2015 réunissant des personnalités institutionnelles telles que Gabriel de Broglie, politiques comme Xavier Darcos, des « think tankers » comme Laurent Bigorgne et des dirigeants d’entreprises tels que Clara Gaymard.

L’Observatoire est partenaire de colloques annuels organisés en France tels que Reputation Day[11] ou bien encore le Data Intelligence Forum. L’OETT organise ponctuellement des conférences thématiques tout au long de l’année dans des lieux comme l’Institut des hautes études de Défense nationale, la Maison des Polytechniciens ou l’American Chamber of Commerce France.

Si les think tanks français connaissent en 2016 et 2017 un succès médiatique sans précédent, de plus en plus d'enquêtes soulignent leurs accointances avec le pouvoir politique dont ils se disent tous pourtant totalement indépendants.Le 27 mai 2016 le Conseil d'Etat annule l'élection de Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'Innovation Politique, au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénnées de 2015 au motif de ne pas souscrire aux conditions d'éligibilité prévues par le code électoral. Dominique Reynié est resté en fonction à la Fondapol cumulant avec son poste de d'élu régional et de président du groupe d'opposition LR, positionnement dans le débat public qui semble contradictoire avec l'objectif de la Fondapol de ne pas être partisane.En 2016, le mouvement En Marche crée par Emmanuel Macron est domicilié chez Laurent Bigorgne directeur de l'Institut Montaigne. Le président de l'Institut et ancien PDG du groupe AXA, Henri de Castries, annonce le 16 janvier dans une tribune médiatique son ralliement au mouvement "En Marche de Macron et démissionne de la présidence de l'Institut afin de ne pas nuire à la neutralité que souhaite garder l'Institut Montaigne.Thierry Pech, directeur général et fondateur de Terra Nova, a également été soupçonné de soutenir la campagne de Macron. Il a néanmoins démenti à plusieurs reprises ce procès d'intention et assuré de son indépendance totale.Les soupçons de conflits d'intérêts semblent autant viser les think tanks de sensibilité de droite que de ceux plus proches de la gauche. Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès depuis 2000, lié au moins idéologiquement au Parti Socialiste et dépositaire de ses archives, proche de Jospin et Strauss-Kahn, est également membre du Siècle, club des puissants très décrié pour son entre-soi élitiste depuis 2008, et directeur à Havas Worldwide, cumulant ainsi les positions influentes.

Organisation

L’Observatoire européen des think tanks regroupe un réseau de spécialistes de domaines divers, issus des secteurs public et privé ainsi que des bénévoles au titre de leur engagement citoyen.

Le travail de l’Observatoire s’articule autour de deux axes : les publications diffusées sur son site ou en partenariat avec des médias (NonFiction, le Cercle des Echos, Veille Magazine, Challenges) et l’événementiel sur la base de salons, conférences, ateliers et cérémonies. Entre 2006 et 2012 l’OETT publie trimestriellement la revue THINK consacrée à des questions thématiques principales, l’interview de personnalités politiques ou académiques comme Christiane Taubira, Christine Lagarde, Daniel Cohn-Bendit, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Bennahmias, Christophe Barbier, ou encore Benoît Hamon ainsi qu’à des dossiers Horizons qui analysent des écosystèmes nationaux tels que le Canada, le Japon, l’ Espagne, le Nigeria, Israël, Argentine, les Pays-Bas, etc. En tout, plus de 20 dossiers seront publiés traitant chacun d’un pays en particulier.

Trophées des think tanks

Trophées des think tanks[12] différents partenaires tels que Burson-Marsteller i&e, la Chambre de commerce et d'industrie de France (CCI France) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE). L’Observatoire déclare que l’objectif est de structurer l’écosystème français en utilisant les trophées pour recenser ces organisations, mettre en relation différents acteurs (élus, médias, universitaires, entreprises et think tanks) et donner à voir le rôle et l’impact des think tanks à la société dans son ensemble. Lors des trois premières éditions, plus de quarante think tanks ont participé aux trophées.

Baromètre « Image des think tanks français »

L’OETT est également à l’origine en partenariat avec la société de sondage l’Institut Think, du baromètre sur la perception qu’ont les cadres du public et du privé des think tanks nationaux. Le sondage est publié dans le magazine Challenges[13]. Les résultats 2015 ont souligné la bonne image dont jouissent ces organisations auprès des Français[14] en comparaison des partis politiques, des médias et des multinationales.

Commission d’audition

En 2015 la Fondation Croissance Responsable sous égide l’Institut de France, réunit une commission d’audition dont le thème de travail est « Partenariats public-privé : balles neuves ». La commission placée sous la présidence de Renaud Denoix de Saint-Marc est composée de personnalités reconnues pour leur expertise dont le directeur général de l’Observatoire européen des think tanks ainsi que des dirigeants de think tanks soulignant l’influence croissante de ces organisations dans les processus de réflexion et d’élaboration de rapports portant sur les politiques publiques :

  • Thierry Pech
  • Pierre-Pascal Boulanger
  • Frédéric Bedin
  • Olivier Urrutia
  • Brigitte Jumel
  • Agnès Verdier-Molinié
  • Benoït Habert
  • Vincent Montagne
  • Erwan Le Noan
  • Eric Delannoy
  • Dominique Seux
  • Philippe Reclus
  • Pierre Pelouzet
  • Emmanuel Vital-Durand

Assises Nationales des think tanks

Le 4 juillet 2016, l’Observatoire des Think Tanks organise, en association avec Public Sénat, Radio France internationale et EcoRéseau Business, les 1ères Assises Nationales des Think Tanks au Sénat. L’événement, placé sous le parrainage du Sénateur-Maire Karine Claireaux. et de l’ancien Ministre et présidente du Parlement européen Nicole Fontaine, réunit de nombreuses personnalités françaises et étrangères telles que Estelle Grelier, Josep Borrell, Teresa Ribera, Ali Ahani, Jean Pisani-Ferry, Philippe Léglise-Costa, Thierry Pech, Frédéric Monlouis-Félicité, Michel Rousseau, Jean-Dominique Giuliani, Philippe Herzog, Daniel Lebègue, Roxana Family, etc. Ces 1ères Assises ont abordé des thèmes de politiques publiques larges tels que l’E-santé, la géopolitique de la mer et des océans, la réforme de l’État, l’Europe et le Brexit[15] et la Gouvernance et Transparence de la vie publique. À cette occasion, l’événement a compté plus de 800 inscrits ainsi que la présence de nombreux ambassadeurs et de délégations diplomatiques telles que la Corée du Sud, l’Iran, l’Espagne, la Bolivie, le Cameroun, le Canada, la Norvège, la Chine, etc.

Bibliographie

  • Sélim Allili, « Les think tanks, nouveaux acteurs des relations internationales », Questions Internationales n° 63, Documentation Française, 2013 : [1]
  • François-Bernard Huyghe, Think tanks, Quand les idées changent vraiment le monde, Vuibert, Décembre 2013
  • Kevin Brooks et Benjamin Le Pendeven, L’État innovant : renforcer les think tanks, avril 2014, en ligne : [2]
  • Stephen Boucher et Martine Royo (préf. Pascal Lamy), Les Thinks Tanks, cerveaux de la guerre des idées, 3e éd., Paris, Ed. du Félin, 2012, 176 p. (ISBN 2866457714)
  • « Les think tanks peuvent-ils influencer la présidentielle ?», par Marie-Cécile Naves et Olivier Urrutia, 20 juin 2011 Atlantico
  • Olivier Urrutia, The role of think tanks in the definition and application of defence policies and strategies, Revista del Instituto Español de Estudios Estratégicos, N°2, 2013, P. 502-534 : [3]
  • Olivier Urrutia, Think Tanks, Foreign Policy, Geo-Politics : pathways to influence, Foreign policies in Spain : The role of think tanks in the battle between the central state and Catalonia, Routledge, 2016 : revista.ieee.es/index.php/ieee/article/download/88/83

Liens externes

Notes et références

  1. (es) « La UPF acogerá la oficina española del Observatorio de los Think Tanks | UNICA - Unitat d'Investigació en Comunicació Audiovisual », sur unica.upf.edu (consulté le 26 janvier 2017)
  2. « Site Radio France Culture » (consulté le 27 octobre 2015)
  3. « Site du Point » (consulté le 26 janvier 2017)
  4. « Site du JDD » (consulté le 13 août 2012)
  5. « site du Revenu » (consulté le 12 janvier 2017)
  6. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.rfi.fr/com/20160616-1eres-assises-nationales-think-tanks-4-juillet-2016
  7. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://onthinktanks.org/events/assises-nationales-des-think-tanks-2016/
  8. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.institut-kervegan.com/actualite/linstitut-kervegan-labellise-think-tank-2016/
  9. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.lesechos.fr/elections/presidentielle-2017/0211508681346-un-label-pour-faire-le-tri-dans-les-think-tanks-2044073.php
  10. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.oftt.eu/presse/nos-contributions/article/france-24-think-tank-et-intelligence-economique
  11. « site de Veille Magazine » (consulté le 22 novembre 2014)
  12. « site de Challenges.fr » (consulté le 28 octobre 2015)
  13. « site de Challenges.fr » (consulté le 7 septembre 2015)
  14. « site de Influencia » (consulté le 27 mai 2015)
  15. « site de l’institut de sondage Viavoice » (consulté le 27 janvier 2017)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).