Encyclopédie Wikimonde

Olivier Couriol

Aller à : navigation, rechercher

Olivier Louis Edgard Couriol, né le 5 novembre 1964 à Chamalières, dans le département du Puy-de-Dôme, est un banquier et financier français et suisse établi à Abou Dhabi, Émirats arabes unis.

Olivier Couriol fait l'objet de plusieurs enquêtes pénales en France et en Suisse[1],[2],[3].

Biographie

Diplômé en économie et en commerce international, Olivier Couriol débute sa carrière au Crédit Suisse à Genève à la fin des années 1980.

Il s'installe ensuite à Abou Dhabi où il officie en tant que conseiller de membres de la famille royale. De retour à Genève quelques années plus tard, il fonde la société de gestion d'actifs Nemo Asset Management. En 2007, il rejoint Noor Capital en tant que responsable de la gestion des actifs et des fonds[4],[5].

Les médias français décrivent Olivier Couriol comme "le voltigeur de la finance offshore", notamment pour le compte d'Airbus au Mali, de LVMH au Panama et du Crédit Suisse en Russie[5].

Controverses

En mars 2016, Olivier Couriol est cité dans une enquête diligentée par le parquet de Paris visant l'homme d'affaires malien Aliou Boubacar Diallo, ont révélé Bloomberg et Mediapart[2],[1].

En parallèle, Olivier Couriol est accusé de blanchiment d'argent et de complicité dans le pillage des actifs de l'ancien premier ministre géorgien Bidzina Ivanishvili. Au cours de l'instruction, le procureur genevois Yves Bertossa fait saisir la Rolex d'Olivier Couriol[6].

Olivier Couriol apparaît également dans l'affaire de corruption impliquant Shell et ENI au Nigéria dite "OPL 245". Lors d'une perquisition dans l'appartement d'Olivier Couriol à Genève, la police y découvre un attaché-case contenant des milliers de documents compromettants, propriété de son ami Emeka Obi[7],[8],[9].

Olivier Couriol est aussi cité dans les Panama Papers comme actionnaire de Nisfan Investments Inc., société domiciliée aux Îles vierges britanniques depuis le 2 janvier 2008[10].

Références

  1. 1,0 et 1,1 Yann Philippin, « La justice enquête sur une mystérieuse mine d'or d'Airbus au Mali », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  2. 2,0 et 2,1 « The Curious Tale of Airbus and the African Gold Mine », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  3. « Olivier Couriol – Gotham City », sur gothamcity.ch (consulté le 9 juin 2018)
  4. (en-US) « Management Team - Noor Capital », Noor Capital,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  5. 5,0 et 5,1 « AFRIQUE/EMIRATS ARABES UNIS/FRANCE : Olivier Couriol, le voltigeur de la finance offshore du CAC 40 », Intelligence Online,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  6. « Mali : Trois financiers inculpés dans l’enquête sur le banquier fraudeur de Credit Suisse », Mali Actu,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  7. « Olivier Couriol – Gotham City », sur gothamcity.ch (consulté le 9 juin 2018)
  8. « Olivier Couriol – Gotham City », sur gothamcity.ch (consulté le 9 juin 2018)
  9. Mali anti-corruption, « Corruption : Olivier Couriol cité dans le scandale ENI et Shell au Nigéria », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
  10. (en) « MR. OLIVIER COURIOL | ICIJ Offshore Leaks Database », Panama Papers,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).