Encyclopédie Wikimonde

Olivier Kirsch

Aller à : navigation, rechercher
Olivier Kirsch

Olivier Kirsch (né le ) à Strasbourg, est un chef d'entreprise français et un spécialiste de la coopération transfrontalière ; il a exercé différents mandats politiques ; pianiste et chanteur rock et blues, passionné de musique, il est le chanteur du groupe de rock emblématique des sixties, "Les Falcons".

Biographie

Vie privée

Olivier Kirsch est le fils de Joseph Kirsch, médecin-radiologue (diplômé de la faculté de Heidelberg et de la Faculté de Paris), ancien "Malgré Nous", ancien officier des "Forces françaises libres", Chevalier de la Légion d'Honneur, et de Jeanne née Debras, ancienne résistante gaulliste,militante UNR, UDR, RPR, UMP, Les Républicains. Marié depuis 1983 au Docteur Michèle Payeur, dermatologue-allergologue, ancienne Présidente des dermatologues de la Sarre et vice-présidente des dermatologues d'Allemagne, exerçant à Sarrebruck (Sarre, Allemagne) depuis 25 ans, et à Luxembourg depuis 17 ans.

Carrière

Condisciple[1] de Nicolas Sarkozy, il effectue ses études de droits à Paris-X-Nanterre. Durant ses études il est collaborateur d’Etienne Hinsberger, député de la Moselle.

Dès cette époque il se revendique comme gaulliste et milite aux « Jeunes de l’UDR » : première campagne électorale avec Nicolas Sarkozy pour Jacques Chaban-Delmas (1973). Il est l’un des plus jeunes secrétaires de circonscription et conseiller national du mouvement. Membre successivement UDR, RPR, UMP, Les Républicains.

Chef d'entreprise depuis 1981 d'un important cabinet d'administration de biens, issu d'une petite structure née en 1924 (Cabinet Woll), il devient membre actif de la CPME et de la FNAIM. Il dirige l'Agence immobilière de l'Est lorrain (Cabinet Olivier Kirsch) jusqu'au 31 décembre 2018.

Parallèlement il fonde en 1985 la Jeune chambre économique du Bassin Houiller qui s’illustrera dans des dossiers comme le TGV EST, l’organisation des championnats de France de natation ou le sauvetage de bâtiments historiques en péril. En 1986, le scrutin proportionnel de liste départementale a été rétabli pour les législatives. Pierre Messmer, ancien premier ministre, député maire de Sarrebourg, dirige la liste RPR et demande à Olivier Kirsch d’y figurer comme plus jeune colistier.

Il est élu en 1989 sur la liste du Sénateur-Maire Jean-Eric Bousch, et exerce les fonctions de Maire-Adjoint de Forbach (1989-1995), chargé de l'environnement, de la communication, mais également des relations transfrontalières. Dans ses fonctions, il sera l'initiateur du plan vert de la ville et d'aménagements de parcs de jeux en quartiers. La ville de Forbach organisera aussi pour Patricia Kaas, "l'enfant du pays", un concert mémorable diffusé en direct sur RTL.

Aux Régionales de 1992, Olivier Kirsch est élu sur la liste du Docteur Jean Kieffer (apparenté RPR). Il travaille avec le Président Gérard Longuet qui lui confie les relations transfrontalières européennes et internationales. Seront traités, des dossiers très importants pour les nombreux travailleurs frontaliers : liaisons ferroviaires et routières, mise en place EURES transfrontalier.

Il est l'initiateur et l'organisateur de la "Fête nationale d'ouverture des frontières" (Espace Schengen), le 31 décembre 1992, diffusée en direct sur TF1 et ARD (20000 personnes présentes).

Olivier Kirsch sera le Président de l'Association Nationale des Amis de Nicolas Sarkozy (ANANS) (2004-2012).

Il est nommé en 2010, par le Président de la République, membre du CESE (Conseil économique, social et environnemental) de la République, au titre des personnalités qualifiées. Il rejoindra la section des affaires internationales et européennes et sera élu par sa section, rapporteur d’un "avis sur les migrations internationales, un enjeu planétaire[2]". Après deux ans de travaux collectifs, et l’accord unanime de la section, l’avis est présenté en séance plénière par Olivier Kirsch le 27 octobre 2015. L'avis est adopté à l'unanimité du Conseil (182 sur 182 votants). Pour marquer l’intérêt du CESE à ces problèmes de migrations, il a obtenu la venue de son vieil ami Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne qui s’est rendu le lendemain du vote de l’avis au Palais d’Iena pour s’adresser à l’Assemblée plénière. Il s’agissait là d’une première dans l’histoire de cette institution[3].

A la demande de Marie France Bigeard et de Anne-Marie Quenette, Présidente de la Fondation Bigeard, il crée, "l’Association des Amis du Général Bigeard" dont il est depuis le président (dans cette association il est entouré de Gérard Longuet, ancien ministre de la défense, du général Jacques Lechevallier, président de la Fédération nationale des associations parachutistes, Hugues Gall, de l’institut, ancien directeur de l'Opéra de Paris, du recteur Patrick Hetzel, député LR du Bas-Rhin, de Valérie Debord, vice-présidente de la région Grand-Est, de Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement de Paris ..)

Carrière politique

Détail des mandats

  • Fondateur et président d'honneur de la Jeune chambre économique du Bassin Houiler depuis 1985 ;
  • Colistier de Pierre Messmer (1986-1988), compagnon de la libération[4] ;
  • Adjoint au sénateur-maire de Forbach (Jean-Éric Bousch), chargé des relations transfrontalières avec Sarrebrück, il est également conseiller districal (1989-1995) ;
  • Conseiller régional chargé des dossiers européens et transfrontaliers de la région Lorraine (1992-1998) ;
  • Président de la Fondation pour les échanges culturels franco-allemands (Stiftung für die Deutsch-Franzosiche Kulturelle zusammen arbeit) , fondée par Helmut Kohl et François Mitterrand au sommet de La Rochelle (1992-2002) ;
  • Candidat aux élections européennes (1994) sur la liste nationale UDF-RPR codirigée par Dominique Baudis et Hélène Carrère d'Encausse ;
  • Membre de l'Institut de la Grande Région (Saar-Lor-Lux, Wallonie, Rhénanie, Palatinat) depuis 1997 ;
  • Délégué Général de l'Association pour la promotion du bilinguisme (depuis 1998) ;
  • Président Fondateur de l'Association des anciens conseillers régionaux de Lorraine depuis 2006 (fondée avec Messieurs Messmer, Poncelet, Bigeard, Rossinot, Seguin, Rausch) ;
  • Membre du Conseil économique, social et environnemental,en remplacement de Pierre Charon, élu sénateur de Paris. Il siège au titre des personnalités qualifiées dans la section des affaires européennes et internationales (2010-2015)
  • Président de l'Association des amis du général Bigeard (depuis 2017)
  • Conseiller national du parti "Les Républicains" (réélu 2018) (auparavant, conseiller national UDR, RPR, UMP).

Travaux

Carrière musicale

Olivier Kirsch est un passionné de musique Blues, Jazz et Rock. Après avoir chanté dans des groupes de rock dès les années 60, il devient chanteur du Groupe "LES FALCONS", créé en 1963[6]. Ils ont donné ensemble de nombreux concerts à Strasbourg, Nancy, Sarrebrück, Courchevel, La baule, et à Paris (devant le Palais d'Iéna au Trocadero) et assuré la première partie de Chuck Berry, les Beach Boys, les Kinks, Gene Vincent, mais aussi Claude François, Johnny Hallyday[7] ou Hugues Aufray ... Ils ont fait « les belles nuits» de boîtes à la mode de Juans-les-Pins, Saint-Raphaël, Saint-Tropez, mais également d’Allemagne, d’Espagne…et même du Sénégal. Ils ont accompagné les « régionaux » devenus stars internationales comme Herbert Leonard, ou croisé dans des cabarets allemands la toute jeune Patricia Kaas. Ensemble ils ont enregistré 3 albums. En solo, Olivier Kirsch a enregistré 3 albums, dont le dernier[8] avec Dorado Schmitt, le célèbre guitariste de jazz manouche.

Œuvres

  • Les Partenaires culturels franco-allemands (1992)
  • Sarre-Lorraine-Luxembourg : un laboratoire européen (étude, 1993)
  • Le Droit transfrontalier : un droit à inventer (étude, 1994)
  • Enregistrement de 8 albums jazz et rock : Memories Falcons, Memories Falcons 2, Cool Songs [9], Fifty years of rock'n roll (2012), Cabaret patriotique[10] (2013), With Friends / A wonderful world (2015), Surtout toi (2015), Jazz Classics[11] (avec Dorado Schmitt) (2018)

Distinctions

Récompenses

  • Médaille d'argent de la Jeunesse et des Sports ;
  • Médaille d'argent de la Ville de Paris (1985) ;
  • Prix de la presse politique sarroise (Goldene Ente) (1994) ;
  • Médaille d'honneur de la Région Lorraine (1998) ;
  • Mérite du Land de Rhénanie-Palatinat (2001) ;
  • Médaille d'Or de la société d'encouragement au progrès (2010).

Décorations

Notes et références

  1. Le Républicain Lorrain, « O. Kirsch : brunch entre amis à l’Elysée », Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  2. « Migrations internationales : un enjeu planétaire | Travaux Publiés | Travaux du CESE », sur www.lecese.fr (consulté le 24 novembre 2018)
  3. DNA, « Migrations: déconstruire les préjugés », Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  4. « Pierre Messmer, compagnon de la libération », sur https://www.ordredelaliberation.fr/ (consulté le 29 novembre 2018)
  5. « Les préconisations du CESE sur les migrations internationales | Actualités | Actualités et agenda », sur www.lecese.fr (consulté le 24 novembre 2018)
  6. Le Républicain Lorrain, « Les noces d’or du rock des Falcon’s », Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  7. Le Républicain Lorrain, « Olivier Kirsch de Forbach : « Ma soirée avec l’idole des jeunes à Paris » », Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  8. Le Républicain Lorrain, « Dorado Schmitt et Olivier Kirsch font revivre le jazz classique », Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018)
  9. Le Républicain Lorrain, « Olivier Kirsch, le crooner », Journal,‎ (lire en ligne (https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2010/09/07/olivier-kirsch-le-crooner), consulté le 25 novembre 2018)
  10. Le républicain lorrain, « La fibre patriotique et nostalgique d’Olivier Kirsch », journal,‎ (lire en ligne (https://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2013/12/28/la-fibre-patriotique-et-nostalgique-d-olivier-kirsch), consulté le 25 novembre 2018)
  11. Le Républicain Lorrain, « Dorado Schmitt et Olivier Kirsch font revivre le jazz classique », Journal,‎ (lire en ligne (https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-saint-avold-creutzwald/2017/12/08/faire-revivre-le-jazz-classique-biding), consulté le 25 novembre 2018)
  12. Décret du 31 décembre 1999 portant promotion et nomination
  13. Décret du 31 décembre 2009 portant promotion et nomination
  14. Le Républicain Lorrain, « Olivier Kirsch au Palais d’Iéna », Journal,‎ (lire en ligne (https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2011/10/06/olivier-kirsch-au-palais-d-iena), consulté le 25 novembre 2018)
  15. Décret du 14 mai 1994 portant promotion et nomination
  16. Arrêté du 9 juillet 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres
  17. Le Républicain Lorrain, « Olivier Kirsch commandeur des Arts et des Lettres », Journal,‎ (lire en ligne (https://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2014/08/07/olivier-kirsch-commandeur-des-arts-et-des-lettres), consulté le 25 novembre 2018)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).