Encyclopédie Wikimonde

Ordre du Lys et de l'Aigle

Aller à : navigation, rechercher

L’ordre du Lys et de l'Aigle (O.L+A) est un mouvement spirituel qui déclare avoir pour but « la régénération de l’homme en tant qu’individu et de la société ». L'organisation a été fondée au Caire, en Égypte, le 19 janvier 1915, par Marie Routchine-Dupré et Démétrius Platon Sémélas. Tous les deux étaient Maîtres Rose-Croix de la Tradition Orientale (Frères d’Orient). Après la mort de Marie Routchine-Dupré, à Paris, en 1918, Démétrius Sémélas s’est attribué la direction de l’Ordre, et l’a reconstituée, à Paris, le 23 octobre 1919. Le mouvement est considéré par certains spécialistes comme une dérive sectaire[1].

Les Fondateurs

Marie Routchine

Marie Routchine est née à Odessa (Empire russe), le 25 novembre 1883. Sa famille s'installe à Paris quand elle est encore bébé. En 1905, elle épouse Eugène Dupré, français, dessinateur mécanique, et a avec lui trois enfants.

En 1910, au Caire, le couple Dupré rencontre Démétrius Sémélas, qui serait l'héritier et successeur de la tradition orientale Rose-Croix (Frères d’Orient).

Bien que les Rose-Croix n’acceptaient pas les femmes dans leur Ordre, Marie Routchine-Dupré a été acceptée et initiée (1913) à la branche restante des Frères (Rose-Croix) d’Orient, celle des « Frères de la Vérité », basée à Athènes (Attique, Grèce).

En 1915, au Caire, elle fonde l'ordre du Lys et de l'Aigle en présence de trois « témoins » : Antonios Hatziapostolou, Nikolaos Kontaros et Georgios Agathos, tous d'origine grecque, qui, avec Eugène Dupré furent les quatre premiers gouverneurs régionaux (Grands Commandeurs) de l'Ordre.

Immédiatement après, elle s'installe à Paris, où elle aurait révélé des enseignements supérieurs à ses disciples à Paris et au Caire. Elle décède le 30 janvier 1918, à l'âge de 34 ans dans un hôpital parisien (Tenon)[2].

Demetrius Platon Sémélas

Demetrius Platon Sémélas est né à Sylivria en Thrace, le 14 mai 1884. Il était diplômé de l'École française et il a fréquenté l'Ecole de Commerce d'Istanbul. Tout de suite après, il est allé en Égypte pour travailler. À l'âge d'environ 19 ans, il est allé à Athènes pour étudier la médecine en 1903. Là, il a été marié à Sophie Plyta, avec laquelle ils ont eu un garçon, Platon (1910)[3].

En 1911, étant retourné au Caire, Demetrius Sémélas a été initié à l’Ordre Martiniste de Papus et il a fondé la Loge Martiniste ‘Essénienne, n ° III’. Il a complété le Rite de l’Ordre Martiniste avec les rituels[Lesquels ?] des 2e, 3e et 4e degrés, que Papus a adopté et qui sont toujours en cours d'utilisation, dans quelques des expressions contemporaines du martinisme. En 1913, il a constitué le « Conseil de Fraternalité » avec sept collaborateurs et il a conçu et élaboré avec eux le « Code Universel », une charte inspirée des principes et des idées pour une régénération universelle de la société humaine[4].

Installé en France (1915-1924), Sémélas a publié les revues socio-politiques: « Méditerranée Orientale » (1917) et « Hellénisme Irrédimée » (1919), et les revues initiatiques « La Force de la Vérité » (1918) et « EON » (1920). Il fut un membre du Suprême Conseil de l'Ordre Kabbaliste Rosicrucien (1916), Délégué Général de l'Ordre Martiniste (1916), membre fondateur de la Société des Amis de Louis-Claude de Saint-Martin (1920)[5],[6].

Après 1910, il a travaillé en étroite collaboration avec Marie Routchine-Dupré pour la fondation et le développement de l'ordre du Lys et de l'Aigle (1915)[7].

Après la mort de Marie Routchine-Dupré en 1918, Démétrius Sémélas s’attribuait la direction de l’O.L+A, en toute liberté et la reconstitue. Pendant cinq années consécutives, il a travaillé pour l’O.L+A, en instruisant personnellement ses disciples et en enrichissant l’Ordre avec des enseignements, des règles et des rituels originaux et inspirés.

Épuisé par une tuberculose grave, il a rendu son dernier souffle au Sanatorium de Dûrtol en France, le 5 août 1924, et l’enterrement a lieu le lendemain, en l'église orthodoxe de Saint-Étienne à Paris (actuelle cathédrale grecque Saint-Étienne de Paris).

Dans son testament, il désigne comme son successeur Eugène Dupré et, après lui, George Agathos.

Les Successeurs

Eugène Dupré (1924-1945)

Après la mort de Demetrius Sémélas en 1924 et conformément à sa dernière volonté, la direction de l'Ordre revient au Grand Commandeur Eugène Dupré, époux de Marie Routchine, fondatrice de l’O.L + A. En dépit des difficultés[Lesquelles ?] auxquelles il fait face, Eugène réussit à collecter et classifier les enseignements des fondateurs de l'Ordre. Il a ajouté des commentaires et des références ainsi que des notes sur ses enseignements oraux tirés de ses notes personnelles et de ses souvenirs. Il a organisé et développé l’Ordre, en soulignant la dimension sociale et la direction que les fondateurs avaient eux-mêmes envisagé depuis le début.

Georges Agathos (1945-1958)

Après la mort d'Eugène Dupré, en 1945, et conformément au testament de Sémélas, la direction de l'Ordre revient au Grand Commandeur Georges Agathos, un Grec d’Égypte. Agathos a souligné une plus grande application pratique de l'enseignement, en même temps qu’il a restructuré l'Ordre, selon les besoins de son époque[Lesquels ?], et il a élargi à nouveau les enseignements des fondateurs avec d'autres commentaires. Il meurt en 1958, après avoir désigné comme son successeur Vassilios Gouletas, un autre Grec d’Égypte et il a nommé Madeleine Weill, haute dignitaire française, comme codirigeant féminin de l'Ordre.

Les continuateurs de l’œuvre (1958 - présent)

L'histoire récente de l'Ordre (à partir de 1960), a vu un certain nombre de désaccords, concernant son orientation spirituelle, diviser aussi bien sa direction que ses membres[incompréhensible]. Aujourd'hui, en dehors de la ligne de succession régulière (définie par le testament de chaque Maitre Commandeur de l’Ordre) au moins trois ou quatre formations principales fonctionnent avec les mêmes noms et emblèmes, mais avec des administrations différentes. Depuis 2007, un effort officiel de convergence fraternelle de la part de trois organisations principales est en cours[8].

Vision et Buts

La vision de l’O.L.+A est : « L’Amour et la Réciprocité établies dans les seins de l'Humanité »[réf. nécessaire]. Ce qui, selon la doctrine de ses fondateurs, pourrait être atteint par la réalisation de trois objectifs.

Symboles et Emblèmes

Les symboles du Lys et de l'Aigle déclarent et décrivent la mission de l’O.L+A. Le Lys représente l'Amour, l'Amitié et la Solidarité. L'Aigle bicéphale représente la Sagesse, la Justice et l'Equité (le sens de ce qui est juste).

Emblem of the order of the Lily and the Eagle

Il existe d'autres emblèmes ou symboles qui sont utilisés en différentes circonstances. Par exemple, l’emblème suivant, est la représentation linéaire du Lys et de l'Aigle[9],[10].

Organisation

L’O.L + A confère un degré introductif (Frère / Sœur Adhérent) et sept degrés de Chevalerie. Les trois premiers degrés de Chevalerie sont initiatiques (enseignement - éducation - pratique), les trois degrés suivants sont dédiés à l'administration interne ou la direction des œuvres sociales. Le septième degré concerne la direction de l'Ordre[11].s.

Références

  1. « Ordre du Lys et de l », sur www.sos-derive-sectaire.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  2. La Mediterranee Orientale Vo. 23 page 9
  3. La Mediterranee Orientale, revue bi-mensuelle, 21/4/1917-30/12/1918, ed. D.P.Semelas, Paris, impr. Driary-Cahen.
  4. http://secretsdutarot.blogspot.gr/2013/01/demetrios-semelas-alias-selait-ha-deon.html
  5. Encyclodedia Papytus Larus-Britannica, article "Semelas Dimitrios", Vol .53, page 315
  6. EON (1924) Vol. 12, 13, 14 page 65
  7. Spyros V., "The Martinism of Semelas", paper at the 20th Conference of Martinistic Studies G.E.I.M.M.E., in Segovia of Spain, 25-28 November 2011
  8. Milko Bogaard: https://www.scribd.com/doc/5443360/1914-THE-ORDER-OF-THE-LILY-THE-EAGLE
  9. http://ole.archatoz.net
  10. Semelas, Dimitrios (1936) The Traditions, Sphinx Journal, page 93
  11. The order of the Lily and the Eagle Greece http://www.eon.gr

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).