Encyclopédie Wikimonde

Pédopsychologie

Aller à : navigation, rechercher

La pédopsychologie est un terme parfois utilisé pour désigner la psychologie de l'enfant, et de l'adolescent.

Développement

Les explorations et tâtonnement de l’enfant font petit à petit passer l’intelligence du plan moteur au plan représentatif qui est fortement liée à l’action et au geste. L’acquisition du langage est l’un des moyens de communication sociale qui lui permet d’échanger des informations, elle fait progresser l’intelligence de l’enfant et l’intègre dans la vie. Le cas de l’expérience suivante est réalisée par Frédéric II[Lequel ?] qui s’interrogeait à propos de : « Quelle langue parlerait un enfant à qui on n'aurait jamais parlé ? » Il a donc fait une expérience en confiant des enfants à des nourrices qui ont pour mission de s’occuper de ces enfants, de leur donner tous les soins mais de ne pas leur prononcer le moindre mot et ne même pas se parler entre elles, ne rien dire. Elles doivent s’occuper des besoins des enfants et rien d’autre. Résultat : Aucune langue, ces enfants sont tous morts. Aucun de ces enfants n’a survécu[réf. nécessaire].

À la naissance, la vie mentale de l’être humain se manifeste par des réflexes, comportements innés sensoriels et moteur qui correspondent à des tendances instinctives. Ces réflexes permettent aux enfants de survivre et d’apprendre à s’adapter[réf. souhaitée].

Affectivité et physiologie

Les nourrissons représentent des réactions de trois types :

  • D’origine intéroceptive : fonction de nutrition (stimulant au niveau des viscères)
  • D’origine proprioceptive : sensation liées à l’équilibre aux attitudes et aux mouvements (stimulant au niveau des tendons)
  • D’origine extéroceptive : stimulation au niveau de la peau, de l’œil, etc.

Les sensibilités intéroceptives et proprioceptives déterminent les tonalités agréables et désagréables, soubassements de la vie affective ; tandis que la sensibilité extéroceptive, elle, est tournée vers la connaissance du monde extérieur.

Sociabilité

À partir de l’âge de 6 ans, l’enfant présente des comportements socialisés, notions de respect de l’autre, il prend conscience de leurs qualités, se préoccupe de l’autre. Vers 8 ans, l’enfant passe de l’égocentrisme à l’aptitude à se mettre à la place de l’autre dont il commence à saisir les intentions. Il accorde moins d’importance qu’avant aux accessoires des personnes, et comme l’adulte il commence à se référer à leurs mimiques.

Le comportement se distingue en trois phases. La première, qu'est la phase d’opposition, débute par l’affrontement total de tout l’acquis moral ou social. Une période ou l’adolescent est imprévisible avec le refus de tout ordre établi, mépris de l’ordre. Période du « je n’en veux pas ». La deuxième, la phase d’affirmation du moi, une période de revendication de « je veux », la demande d’indépendance et de liberté, nous remarquons un conflit de générations, on crée de nouveaux systèmes meilleurs pour la société. La troisième et dernière, la phase d’insertion, durant laquelle l'adolescent s’identifie à l’adulte de façon stable, il réalise son indépendance affective, et construit si possible son indépendance économique.

Âge

Début de vie

Vers les 4 à 8 mois, l’enfant coordonne les informations venues des sens, en regardant un autre enfant, en l’écoutant ou en essayant de le toucher. Il établit à cette époque ses premiers repères. Vers 8 à 9 mois, il s'agit du début de l’acte intentionnel, l’enfant s’intéresse de plus en plus aux objets extérieurs et aux évènements de l’entourage.

Vers 11 à 12 mois, l’enfant se livre à une intense expérimentation active. Grâce à ses explorations, il devient capable d’incorporer à son répertoire de moyens connus de nouveaux moyens.

Enfance et préadolescence

Les progrès moteurs se manifestent de plusieurs façons complémentaires incluant : l'augmentation de la coordination des mouvements (maîtrise de l’écriture, manipulation des certains outils, par ex. ciseaux), la force qui s’accroît pendant cette phase d’une manière considérable, ainsi que la rapidité, la précision et l'endurance.

Adolescence

Dans les cultures occidentales, l’adolescent est devenu un phénomène de société, un état à la fois enfantin et sérieux. Vers 12 ans, le jeune adolescent va pouvoir raisonner de façon déductive, posant des hypothèses et répondant dans l’abstrait. La naissance de la pensée formelle permettra à l’adolescent d’user à l’excès, la période où on refait le monde créative et sans support dans la réalité. Il a acquis l’intellect adulte.

Articles connexes

Bibliographie

  • Roger Mucchielli, La personnalité de l'enfant. Son édification de la naissance à la fin de l'adolescence, Paris, Les Éditions ESF, 1971, 197 p.
  • Fontaine Coralie-Pirlot Sophie - Van Weymeersch Sibylle, Cours de psychologie, Ulb 2007-2008.
  • Roger Deldime - Sonia Vermeulen, Le développement psychologique de l'enfant, Belgique, De Boeck, 2005, 7e édition.
  • Emmanuelle Piquet et Julien Martinière, À quoi ça sert de vivre si on meurt à la fin ?, Sarbacane, , 32 p. (ISBN 2 848 65416 3).

Liens externes


Cet article « Pédopsychologie » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).