Encyclopédie Wikimonde

Pôle câblier marseillais

Aller à : navigation, rechercher

Un pôle câblier est un lieu qui présente une forte concentration d'activités câblières à visée de télécommunications. Le pôle câblier marseillais est le plus important d'Europe et relie plus d'une quinzaine de pays à travers des liaisons sous-marines. L'existence de ces routes de l'information influence fortement la faune et la flore environnantes, qui subissent les conséquences de cette invasion territoriale.

Le port de Marseille, au coeur de l'action.

Activités câblières

Marseille ayant l'avantage d'offrir un accès direct par mer à la majorité des villes méditerranéennes et via les câbles en fibre optique terrestres un accès aux principales villes d'Europe du Nord où se situent la majorité es plates-formes européennes consacrées à l'informatique et aux télécommunications, elle est rapidement devenue un emplacement stratégique pour les compagnies désireuses de poser des câbles sous-marins à moindre frais[1].

L'accès à la Méditerranée permet également de rejoindre l'Asie sans passer par la voie terrestre où la pose des câbles est bien plus coûteuse que par la voie marine[1].

Historique des câbles sous-marins

.

Confrontations avec l'environnement

Catastrophes naturelles

De par sa relative immobilité, le câble sous-marin est à la merci de toute sorte de périls tels que les chalutiers de pêche, le mouillage des navires, les avalanches sous-marines (ou courants de turbidité), ainsi que les jaillissements brûlants en provenance des dorsales volcaniques médio-océaniques.

Faune

Les requins, curieux de nature, ont tendance à mâchouiller les câbles afin de tester leur réaction. Les câbles avaient tendance à répondre par un bon choc électrique, jusqu'à ce qu'ils soient renforcés par une matière similaire au kevlar qui les protège suffisamment des morsures de squales.

Une autre théorie voudrait aussi que les requins captent les émissions électromagnétiques produites par les câbles grâce aux récepteurs électromagnétiques sur leur museau, et attaquent en pensant avoir affaire à une proie comestible[2]...

Flore

Les éponges ont rapidement adopté les câbles comme un nouveau lieu de résidence fort à leur goût.

Guerre humaine de l'information

Contrôle

Les câbles au départ de Marseille sont tous la propriété d'Orange Marine (qui possède également l'essentielle des câbles alimentant l'Afrique).

Détournements

Il semblerait que les services de renseignements russes aient tendance à rôder autour des câbles à l'aide de sous-marins afin de capter les renseignements émis par l'Ouest...

Attentats

En mars 2013, dans les eaux du port d'Alexandrie, trois plongeurs sont arrêtés par les forces navales égyptiennes car ils tentaient de couper le câble principal, South-east Asia-Middle East-Western Europe-4 (SE-WE-ME-4), qui assure la transmission du tiers des datas entre l'Europe et l’Égypte[3]. S'ils avaient réussi, le trafic n'aurait pas été interrompu, mais déjà considérablement ralenti.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Philippe Gallini, « Télécommunications : tous les câbles mènent à Marseille », LaProvence.com,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  2. « Câbles sous-marins : pourquoi les requins constituent-ils une menace? », sur www.interxion.com, (consulté le 21 mars 2018)
  3. (en) Charles Arthur, « Undersea internet cables off Egypt disrupted as navy arrests three », sur the Guardian, (consulté le 22 mars 2018)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).