Encyclopédie Wikimonde

Paedophilia : The Radical Case

Aller à : navigation, rechercher

Paedophilia : The Radical Case
Auteur Tom O'Carroll
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre essai
Éditeur Peter Owen
Collection Contemporary Social Issues, no 12
Date de parution 1974
Nombre de pages 284
ISBN 0 7206 0546 6

Paedophilia : The Radical Case (Pédophilie : le cas radical) est un essai sur la pédophilie publié en 1980, écrit par l'activiste pédophile à double nationalité irlandaise et britannique[1] Tom O'Carroll, ancien président de l'association Paedophile Information Exchange. Le livre défend la normalisation des relations sexuelles consensuelles entre adultes et enfants ou adolescents.

Fondements

Théorie

Tom O'Carroll s'appuie sur les études de Sigmund Freud sur la sexualité infantile pour défendre une idée controversée selon laquelle les enfants pourraient désirer, consentir et jouir du sexe avec des adultes. L'auteur explique que chaque étape de la relation sexuelle entre un adulte et un enfant pourrait ainsi être « négociée » par le biais de « pistes et de signaux verbaux et non verbaux, de telle sorte que chaque partie indiquerait à l'autre ce qu'elle accepterait et ce qu'elle n'accepterait pas[réf. nécessaire] ». Quant à la prétendue « innocence » des mineurs sur la sexualité, O'Carroll soutient qu'elle résulterait de la désinformation forcée à laquelle ils seraient exposés[réf. nécessaire].

Implications

Le livre présente plusieurs cas d'enfants qui auraient entretenu des rapports sexuels avec des adultes, cherchant à démontrer que de telles expériences auraient prétendument été vécues comme « positives » par les enfants ... jusqu'à ce que, toujours selon les allégations de l'auteur, la pression psychologique infligée par l'appareil judiciaire en corrode l'allégué « bénéfice » qui en aurait initialement résulté[réf. nécessaire].

Critiques

Les critiques publiées à l'époque dans les journaux et magazines affichent moult divergences, allant du dédain mordant[2],[3],[4],[5] au soutien inconditionnel envers l'auteur et ses idées[6],[7]. La presse gay se montre relativement compréhensive[8]. Jim Monk, de The Body Politic, va jusqu'à affirmer : « Un jour, il y aura une école qui portera le nom de Tom O'Carroll[9] ».

Notes et réferences

Références

  1. (en) Case of European Court of Human Rights : cas O'Carroll v. the United Kingdom, décision judiciaire, (présentation en ligne)
    Application no 35557/03 by Thomas Victor O'Carrol against the United Kingdom
  2. (en) Mary-Kay Wilmers, Young Love, vol. 2 (lire en ligne)
  3. (en) Mary-Kay Wilmer, London Review of Books, Vol. II, no 23, 4 décembre 1980, pp. 9-10
  4. (en) Rycroft, Charles, Sensuality from the start, Times Literary Supplement, 21 novembre 1980
  5. (en) Rae, John, Suffer little children, Times Educational Supplement, 17 octobre 1980
  6. (en) Yaffé, Maurice. Age Of Consent, New Statesman, 7 novembre 1980, p. 31
  7. (en) Taylor, Eric, Too young to love?. New Society, 30 novembre 1980, p. 246
  8. (en) Hamilton, Wallace. Honor Thy Son, Christopher Street, février 1981, pp. 55-57
  9. (en) Monk, Jim. The subject that refuses to go away, The Body Politic, novembre 1981, pp. 31-32

Bibliographie

  • Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).