Encyclopédie Wikimonde

Pensée matricielle

Aller à : navigation, rechercher

La pensée matricielle est une forme de pensée abstraite, qui désigne la capacité de l'esprit à catégoriser les concepts utilisés dans le raisonnement.

Problématique

Le problème de la pensée matricielle comporte une dimension de rétroactivité. Dans le sens commun on dit « cela se mord la queue ». À savoir que pour écrire sur la pensée matricielle, le meilleur exemple est la pensée matricielle elle-même.
Le problème peut se formuler comme ceci : Dans une encyclopédie en ligne, doit-on classer l’article « pensée matricielle » à « pensée » ou à matrice » ?
Pour produire la réponse il est nécessaire de considérer les implications de chacun des choix. Si l’on classe « pensée matricielle » à « pensée », on insiste sur ce dernier terme qui est mis en position première, centrale. Matricielle devient une qualité.

Si l’on classe « pensée matricielle » à « matrice » c’est ce terme qui devient central et va impliquer une manière de penser à partir de la matrice.

Arbre matrice mathematique pour la pensee.png

Pour illustrer l’enjeu, prenons un exemple de la vie quotidienne.
Pendant des décennies, dans les magasins de confection, les vêtements étaient classés par « type » (veste, pantalon, etc.). Et puis un jour, un magasin de confection a classé ses vêtements par couleur.

Matrice vetement couleur.png

Cela peut paraître banal, n’être qu’une astuce de vente. En fait, cela marque un passage - observé via de nombreux autres signes - entre une société de l’utilité (qui pense en tant que vêtement) et une société de l’apparence (qui pense en termes de signes, de couleurs, etc.). Il s'agit de l'entrée dans un épistémè nommé hypermodernité.

Seule la pensée matricielle permet de penser ce changement d'épistémè. C’est parce que le chercheur peut dessiner la matrice avec ses deux axes qu’il peut penser le changement d’axe.

Matrice pensee matricielle.png

La pensée matricielle c’est une pensée à deux, trois, quatre axes donc autre chose que la pensée linéaire et autre chose que la pensée hiérarchique.

Chaque fois que l’on a une expression à deux termes, il convient de s’interroger sur le modèle qui doit s’appliquer : hiérarchique ou matriciel.

Par exemple l’expression « argument d'autorité » n’est un sous-ensemble ni d’argument ni d’autorité mais correspond à la matrice ci-après.

Genèse

Matrice argument autorite.png Les « graffitis » humains d’il y a 30 mille ans dans les grottes montrent une première pensée visuelle, « paysagère ».
Pour le premier millénaire avant notre ère, Walter J. Ong, Baudouin Jurdant, etc. proposent un modèle où l’homme pense comme il écrit. Dès que l’écriture linéaire – voir boustrophédon - s’implante quelque peu, une pensée qui est linéaire comme l’écriture se précise.

Puis Aristote développe la pensée hiérarchique – voir classification.

La pensée matricielle a son origine dans les mathématiques. La pensée matricielle appliquée aux affaires humaines, les pragmata, est un développement plus récent. En effet, l’organisation des disciplines par cloisonnement tend à réduire la nécessité d’une pensée matricielle. C’est en particulier à partir d’une pensée de la recherche multiréférentielle que la pensée matricielle se développe.

Là encore on a un effet de rétroactivité (i) c’est parce que je pense la pensée matricielle que je peux penser la multiréférentialité (ii) c’est par nécessité de penser la multiréférentialité que je dois clarifier ma pensée matricielle.

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).