Encyclopédie Wikimonde

Philippe Cachau

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Philippe Cachau, né en 1965 à Versailles, est un chercheur français en histoire de l'art.

Il est spécialiste de l'architecture française des XVIIe et XVIIIe siècles et de la dynastie des Mansart, particulièrement ses derniers membres, Jean Mansart de Jouy et Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, ainsi que de la succession de Jules Hardouin-Mansart au XVIIIe siècle[1].

Biographie

À la suite de sa maîtrise entamée en 1988-1989 sous la direction du professeur Antoine Schnapper et de Claude Mignot, alors maître de conférences, et à son DEA en 1993-1994 à l'université Paris-IV sous la direction du professeur Jean Guillaume, il consacre sa thèse à Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, soutenue en 2004 à l'université Paris 1 sous la direction du professeur Daniel Rabreau. Il est également titulaire du diplôme spécial de muséologie de l'École du Louvre obtenu en 1990,

Il travaille à la Réunion des musées nationaux de 1992 à 2005 où il a occupé différentes fonctions (accueil, commercial). En 2006, il entre au château de Versailles où il occupe successivement les fonctions d'attaché de conservation, puis de chercheur associé au Centre de recherche du château de Versailles. En 2009-2010, il est chargé de recherche et de diffusion de l'information au sein de la Direction de l'information et de la communication du château.

Depuis 2011, il est chercheur et chargé de communication du patrimoine indépendant.

Il est l'auteur de plusieurs études et articles sur l'architecture des XVIIe-XVIIIe siècles, principalement sur Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne qu'il s'efforce de faire connaitre et de replacer chaque fois dans la perspective de ses célèbres aînés, François Mansart et Jules Hardouin-Mansart.

Ancien vice-président de l'"Association de sauvegarde du quartier Saint-Louis" de Versailles, Philippe Cachau s'est longtemps engagé dans la protection du patrimoine de sa ville natale.

Il est l'auteur en 2009 d'un ouvrage sur la cathédrale Saint-Louis de Versailles, en collaboration avec Xavier Salmon, directeur scientifique du musée national du château de Fontainebleau, et Xavier Guenez, photographe (préface de Mgr Aumonier, évêque de Versailles)[2].

De 2011 à 2014, il a concouru, avec le propriétaire M. Sydney Abbou, à la connaissance et à la promotion du château des Ormes (Vienne), ancienne propriété de la famille Voyer d'Argenson, haut lieu patrimonial et historique de la Région Poitou-Charentes. En 2013 et 2014, il fut le coordinateur des Journées d'histoire du château, organisées en juin, qui ont pour objet la redécouverte des lieux et de la famille Voyer d'Argenson sous tous ses aspects[3].

Il a publié en mai 2013, sous la houlette du service de l'Inventaire, un ouvrage sur le château des Ormes - le premier sur ce thème -, préfacé par Mme Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, ancien ministre et députée honoraire. Il dirige, par ailleurs, les Annales des journées d'histoire du château (premier tome paru en avril 2014, cf. Ouvrages).

En 2015, Philippe Cachau contribue à la reconnaissance nationale et internationale de la collection de la famille de Gramont, déposée à la ville de Bayonne en 1982, qui attend toujours sa présentation au public, via une pétition sur internet, les réseaux sociaux, la presse locale et nationale. Pétition qui a recueilli 715 signatures et permit le retour de la collection des réserves du château de Pau à celles du château neuf de Bayonne[4]. Le retour de la collection a été annoncé en décembre 2016 par le maire Jean-René Etchegaray et s'effectuera courant 2017.

En 2016, il sollicite M. Jean-Jacques Aillagon pour la promotion au Pays Basque de sa loi de 2003 sur le mécénat culturel et patrimonial à l'occasion d'une conférence organisée en collaboration avec la CCI Bayonne-Pays Basque et l'Agglomération Côte Basque-Adour (Bayonne-Anglet-Biarritz)[5].

Il prépare actuellement la publication de plusieurs articles sur les réalisations et projets de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, les rapports de Julien-David Leroy avec les Voyer d'Argenson, ainsi qu'un important ouvrage sur la dynastie Mansart (préfaces de Jean-Jacques Aillagon et de Michael B. Rabens).

Il poursuit, par ailleurs, le développement de ses activités d'historien de l'art et de communicant du patrimoine en Aquitaine, principalement au Pays basque dont sa famille est originaire[6].

Ouvrages

  • Mémoire Dominicaine, n° 32, Lausanne, 2015.
  • Le marquis de Voyer (1722-1782) : l'homme, le parent, l'ami, le politique et le mécène, annales de la journée d'histoire 2013 du château des Ormes, Châtellerault, 2014.
  • Le château des Ormes, coll. "Itinéraires du Patrimoine", Service régional de l'Inventaire de Poitou-Charentes, Poitiers, éd. Geste, préface de Mme Ségolène Royal, présidente de la Région Poitou-Charentes, 2013.
  • La cathédrale Saint-Louis de Versailles : un grand chantier royal du règne de Louis XV, Paris, éd. Somogy, préface de Mgr Eric Aumonier, évêque de Versailles, 2009.
  • L'histoire de l'art pour les nuls, Paris, éd. First, 2006.

Liens externes

Notes et références

  1. Etudes Mansart Architecture XVIIe-XVIIIe Recherche et communication patrimoniale
  2. « La cathédrale Saint-Louis de Versailles | Somogy éditions d'Art », sur www.somogy.fr (consulté le 2 janvier 2017)
  3. « Journée d'histoire 2013 - Château des Ormes », Château des Ormes,‎ (lire en ligne)
  4. Bayonne : une pétition pour faire revenir la collection Gramont., 13 novembre 2015
  5. Le Mécénat culturel et patrimonial : conférence animée par Jean-Jacques Aillagon jeudi 7 juillet 2016 à 19h - CCI Bayonne Pays Basque
  6. Philippe Cachau, « Solférino. Napoléon III à la conquête de l'ouest », Le Festin,‎ , p. 48-53
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).