Encyclopédie Wikimonde

Philippe Ploncard d'Assac

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ploncard et PPA.
Page d'aide sur l'homonymie Pour son père, voir Jacques Ploncard d'Assac.
Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Philippe Ploncard, dit Ploncard d'Assac, est un essayiste français appartenant à la mouvance nationaliste et traditionaliste française. Il est le fils de Jacques Ploncard d'Assac dont il est — par ses travaux — le continuateur.

Biographie

Jeunesse

Il a passé une partie de sa jeunesse au Portugal lorsque son père était auprès du président António de Oliveira Salazar.

Parcours professionnel

Neurochirurgien, Philippe Ploncard d'Assac a été chef de clinique à l'Hôpital cantonal universitaire de Genève.

Il est l'auteur d'un Précis de techniques microchirurgicales, publié chez Doin, et d'articles dans sa spécialité dans les revues Neurochirurgie et Neurosurgery.

Parcours politique

Il est appelé en 1990 par Jean-Marie Le Pen pour reprendre en main le Cercle national des français résidents à l'étranger (CFRE) qu'il quitte en 1993, pour cause de divergences politiques, et fonde les Cercles Nationalistes Français (CNF) après son retour en France. Il publie un ouvrage intitulé Le Nationalisme français, aura une tribune dans l'émission de Serge de Beketch sur Radio Courtoisie de 2000 à 2002 mais la quitte au motif de l'interdiction qui lui serait faite de parler de la franc-maçonnerie.[réf. nécessaire]

À partir d'avril 2001, il diffuse sur abonnement une lettre d'information mensuelle, La Politique. Il dirige une maison d'édition, « La société de philosophie politique », qui publie ses livres ainsi que ceux de son père Jacques Ploncard d'Assac. Il donne régulièrement des conférences et des entretiens en France et à l'étranger[1].

Doctrine

Son combat nationaliste vise à former doctrinalement des cadres pour rétablir les principes constitutifs qui ont fait la France depuis le baptême de Clovis. Il s'oppose à la franc-maçonnerie, qu'il accuse d'être l'instigatrice de la Révolution française et de la « république des lobbies ». Il dénonce également dans Enquête sur la « Nouvelle Droite » et ses « compagnons de route », entre autres, un clan gnostique agissant à l'intérieur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X et regroupant les abbés Grégoire Célier et Guillaume de Tanoüarn. Il s'inscrit dans la lignée de son père qui avait commencé à dénoncer la Nouvelle Droite dans le numéro 5 de la revue Europe-Action.

Ouvrages

Médecine

  • Précis de techniques microchirurgicales, Paris, Éditions Doin, 1975, 95 p.

Politique

  • L'Armée française face à la destruction de la nation, Société de Philosophie Politique, 2016, 322 p.
  • Le Nationalisme français, avec une préface de Henry Coston, 2e édit., Société de Philosophie Politique, 268 pp.
  • La démocratie contre le peuple, Société de Philosophie Politique, 59 p.
  • Histoire d'une trahison, Société de Philosophie Politique, 2e édit., 193 p.
  • Enquête sur la « Nouvelle Droite » et ses « compagnons de route », Société de philosophie politique, 2003, 159 p.
  • Tradition ou révolution ?, Société de Philosophie Politique, 2e édit.2004, 262 p.
  • Le Complot Mondialiste, Société de philosophie politique, 2e édit., 2007, 159 p.
  • La Maçonnerie,, Société de philosophie politique, 2e édit., 2013, 316 p.
  • Sarkozy ou la mort programmée de la France, Société de philosophie politique, 5e édit., 2015. 69 p.
  • Évolution de la société ou complot contre la société, Société de Philosophie Politique, 2012. 91 p.
  • La IIIe Révolution dite française, Société de Philosophie Politique. 2015, 63 pages.

Notes et références

  1. (fr) [vidéo] Les entretiens de Franck Abed - Le Complot Mondialiste par Philippe Ploncard d'Assac sur YouTube.

Liens externes

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).