Encyclopédie Wikimonde

Pierre Firmin de Barrau

Aller à : navigation, rechercher
Erreur Lua dans Module:Wikidata/Outils à la ligne 95 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Pierre Firmin de Barrau (1731-1816), seigneur de Caplongue[1],[2], est un mousquetaire de la seconde compagnie[3],[4],[5] du roi Louis XV, ensuite capitaine dans les dragons[6].

Biographie

En mars 1789, Pierre Firmin de Barrau de Caplongue[7] et ses deux frères Jean Antoine de Barrau (1737-1795) et Guillaume de Barrau d'Espinassettes (1745-1805) ont été convoqués à l'assemblée primaire de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau pour les États généraux du royaume de France[3],[8] (le troisième frère Pierre-Joseph Barrau, sieur de Saint-Igest (1736-1788), ancien garde du corps, étant mort l'année précédente, en laissant un fils Pierre-François de Barrau, officier, qui fait la souche de la branche cadette).

Pierre Firmin de Barrau de Caplongue est donné par Hippolyte de Barrau comme l'un des deux rédacteurs, avec Gilles-Antoine de Grandsaigne de Loupiac, du cahier de doléances et des délibérations de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau en 1789[9],[10]. Eugène de Barrau[11], quant à lui, donne huit noms, qu'il dit cités dans le procès-verbal de l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau[8],[12],[13], à savoir : le comte de Freyssinet, le marquis de Saint-Côme (Castelnau), le comte de Montvalat, le comte du Bosc, le baron de Saint-Rome, Pierre Firmin de Barrau-Caplongue, le vicomte de Parlan, le chevalier de Dourdou-Bourzès[8]. Il ajoute que Pierre Firmin de Barrau-Caplongue est désigné secrétaire de l'ordre de la noblesse pour la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau à la séance du 24 juillet 1789[8].

Dans les procès-verbaux des assemblées de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau en 1789 conservés à la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron[3] et repris dans les Mémoires de cette société savante[14] mais aussi dans l'ouvrage d'Eugène de Barrau 1789 en Rouergue - Étude historique et critique des institutions électorales de l'ancien et du nouveau Régime[15], il est également écrit qu'il fut nommé secrétaire écrivant et l'un des rédacteurs du cahier des doléances, plaintes et remontrances de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau. Toutefois, contrairement au cahier de Villefranche-de-Rouergue[16], la version manuscrite du cahier des doléances de Rodez conservée aux archives nationales[17] ne comporte ni la liste des comparants des trois ordres[18], ni à la fin les noms et signatures du président, du vice-président, des commissaires et des rédacteurs.

En 1792, il rejoint l'armée des émigrés. Il fit la campagne cette année là comme chef de section dans la première compagnie d'infanterie de la coalition de Guyenne[6].

Notes et références

Erreur de référence : Balise <references> incorrecte ;

seul l’attribut « group » est autorisé. Utilisez <references />, ou bien <references group="..." />.

Bibliographie

  • Eugène de Barrau, 1789 en Rouergue, étude historique et critique des institutions électorales de l'ancien et du nouveau Régime. 1er volume, sénéchaussée de Rodez
  • Jean-Marie-Jacques-Ambroise de Bonald, Documents généalogiques sur des familles du Rouergue, 1902, éditions Carrère
  • Emmanuel de Barrau, Le cahier des doléances de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et du bailliage de Millau en 1789, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, Études aveyronnaises 2012
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
  1. Appelé Pierre Firmin de Barrau-Caplongue ou encore Pierre Firmin de Barrau de Caplongue
  2. Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, tome 4, pages 95 à 109 de Barrau.
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, bibliothèque - collections, fonds H. de Barrau (Site internet de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron).
  4. C'est par erreur qu'Hippolyte de Barrau le dit mousquetaire gris (1re compagnie) (H. de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, article de Barrau).
  5. Les mousquetaires de la seconde compagnie étaient appelés mousquetaires noirs (robe des chevaux) (Benoît Defauconpret, Les preuves de noblesse au XVIIIe siècle, page 118, L'intermédiaire des chercheurs et curieux, 1999, Paris).
  6. 6,0 et 6,1 Hippolyte de Barrau « Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes », éditeur : impr. de N. Ratery (Rodez), 1853-1860, page 98.
  7. Gustave Chaix d'Est-Ange indique qu'en 1789 Pierre Firmin de Barrau se fit représenter par son frère aux assemblées de la noblesse (G. Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 2, pages 361 à 362) mais il s'agit en réalité d'une confusion entre les frères Barrau faite par Chaix d'Est-Ange.
  8. 8,0, 8,1, 8,2 et 8,3 Eugène de Barrau, 1789 en Rouergue, étude historique et critique des institutions électorales de l'ancien et du nouveau Régime, pages 288 à 297.
  9. Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, article « Famille de Barrau ».
  10. Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, article « Famille de Grandsaigne-d'Hauterive », tome 4, page 269).
  11. Eugène de Barrau, 1789 en Rouergue - Étude historique et critique des institutions électorales de l'ancien et du nouveau Régime, pages 230 à 231 et page 284.
  12. Ce procès-verbal est conservé dans le fonds H. de Barrau à la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron.
  13. Sur la rédaction des cahiers de doléances de la noblesse dans le royaume de France en 1789 Guy Chaussinand-Nogaret écrit : « pour la rédaction des cahiers on a élu des commissaires, généralement une dizaine, choisis surtout en raison de leur compétence, et chaque article a ensuite été discuté et approuvé en assemblée générale ».
  14. BnF, Gallica, Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, pages 87 à 91 (date d'édition : 1906).
  15. 1789 en Rouergue - Étude historique et critique des institutions électorales de l'ancien et du nouveau Régime.
  16. Cahier de Villefranche-de-Rouergue.
  17. Version manuscrite du cahier de doléance de Rodez conservée aux archives nationales.
  18. Liste des comparants des trois ordres.