Encyclopédie Wikimonde

Pierre Jolivet a.k.a. Pacific 231

Aller à : navigation, rechercher

Pacific 231 est un projet de musique industrielle français conduit par Pierre Jolivet.

Biographie

Les débuts

Pierre Jolivet naît le 9 mars 1964 à Paris dans le XVIIème arrondissement.

Dès le début des années 1980, il s'intéresse à l'émergence de la scène industrielle britannique et est fortement impressionné par le groupe Throbbing Gristle.

Mu par son attrait pour la musique et l'art expérimental, il sort une démo à compte d'auteur en 1983 intitulée Psychic Euthanasia[1].

La même année, il rencontre Axel Kyrou de Vox Populi!, avec lequel il tisse de solides liens d'amitié et co-fonde le label VP 231[2]. Celui-ci leur permet de développer des sorties physiques tant pour leurs projets respectifs que par le biais de compilations promouvant des artistes émergents de la scène industrielle française tels que Le Syndicat, Étant Donnés, Nox, Die Form, Denier du Culte... L'aventure reste éphémère puisqu'elle s'achève en 1985.

Toutefois, cette brève époque d'activisme underground inscrit Pacific 231 dans l'histoire originelle du mouvement industriel français[3]. En effet, les quatre principes fondant cette musique selon Jon Savage s'y appliquent et identifient le projet comme l'un des tous premiers représentants de cette scène en France. Ils sont les suivants : " [...] tous les groupes de musique industrielle, au moins à leurs débuts, furent vis-à-vis de l'industrie du disque tout à fait autonomes, faisant paraître leurs disques sur leur propre label ou au mieux sur des labels indépendants. [...] L'industriel sera une musique où l'on chante peu [...] mais où l'on parle beaucoup, où ça parle beaucoup, saturée de messages de toutes provenance. [...] L'industriel sera d'abord affaire de bruit, et il conviendrait plutôt de parler d'imbrication de masses sonores [...] [Elle] consiste [enfin] en un usage quasi systématique d'éléments extra musicaux [visuels et/ou littéraires destinés à choquer voire agresser le public] [...]"[4]

De plus, ces débuts révèlent un goût prononcé de Pierre Jolivet pour les collaborations longues dont, notamment, celle extrêmement suivie avec Psyclones (sorties communes via PSY 231, sorties solo sur le label du groupe, Ladd-Frith). Des mots mêmes de Brian Ladd, Pierre Jolivet est "un alter-ego musical [...] [au même titre que] Julie Frith."[5]

L'évolution

L'année 1989[6] marque un tournant important : celui de l'installation en Irlande et de la mise entre parenthèses des sorties musicales. Elle coïncide cependant avec une réorientation dans la production. Pierre Jolivet y commence des recherches universitaires entremêlant perceptions sonores et mise en espace[7],[8] et se lance dans une carrière d'enseignant à l'université de Dublin[9].

Ce changement alimente sa production musicale qui s'inscrit désormais dans une veine moins contre-culturelle et radicale bien que toujours expérimentale. Sa musique s'empreint d'une identité plus atmosphérique tout en ne délaissant pas obligatoirement les sonorités abrasives. L'objectif est désormais de créer un paysage sonore peu évolutif, entêtant, qui fait écho à la présence marquée de vidéos aux motifs éthérés. Finalement, il s'agit d'une recherche sur l'occupation artistique totale de l'espace.

En parallèle, son travail des débuts trouve quelques résonances dans un paysage musical plus actuel. Ainsi est-il remis à l'honneur par le label Rotorelief au sein de la collection Archives des Musiques Industrielles de France lors de la soirée 30 ans de musique expérimentale en France, ou par Cut Chemist conjointement à Vox Populi[10]!

En 2010, il devient membre du jury pour le prix Luigi Russolo.

Discographie sélective

Albums solos

Psychic Euthanasia, n.o.l., 1983
Thule Apocalypse, Old Europa Cafe, 1983 (1999)
Unusual Perversions, VP231, 1984 (2015)
Power Assume, Bunker Records, 1987
Sachlichkeit, Tonspur Tapes, 1988
Oudjat Millenium Phase, Art Directe, 1993
Heuristic Occlusion, Syntactic, 2001
Ethnicities, Rotorelief, 2006
Live in Russia, Monochrome Vision, 2008
Micromega, Silent Media, 2013
Im'shi 11, Ultra Mail, 2015
Kyben, E-Klageto, 2017

Collaborations

Pacific 231 a sorti des albums avec Le Syndicat, Berlinerluft, Psyclones, Sub S. Ritual, Denier du Culte, Rapoon, Vox Populi!, Lieutenant Caramel, Kommissar Hjuler und Frau, Instinct Primal, et Bardoseneticcube.

Voir aussi

Liens externes

* Site de Pierre Jolivet	

Notes et références

Références

  1. Supreme weirdos: talking French industrial funk with Cut Chemist and Vox Populi!
  2. Inside the no wave scene you've never heard of
  3. Eric Duboys, CAMION BLANC: INDUSTRIAL MUSICS Volume 2, CAMION BLANC (ISBN 9782357795624, lire en ligne)
  4. Eric Duboys, Industrial Musics, vol.1, Camion Blanc, , 648 p. (ISBN 978-2-35779-007-0), p. 14-20
  5. BLACKHOUSE – Interview «  BLACK Onlinemagazin
  6. George Kanavos, « Pacific 231 », Special Interests, no 5,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  7. « Pierre Jolivet | SMARTlab », sur smartlab-ie.com (consulté le 24 mai 2015)
  8. « Pierre Jolivet | National College of Art and Design - Academia.edu », sur ncad.academia.edu (consulté le 24 mai 2015)
  9. « UCD Dublin | Research | Architecture » (http://www.ucd.ie/research/people/architecture/mrpierrejolivet/), sur www.ucd.ie (consulté le 24 mai 2015)
  10. Cut Chemist Presents Funk Off: Vox Populai!/ Pacific 231 - Record Collector Magazine (http://recordcollectormag.com/reviews/cut-chemist-presents-funk-off-vox-populai-pacific-231)
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).