Encyclopédie Wikimonde

Principauté d'Aigues-Mortes

Aller à : navigation, rechercher

Principauté d'Aigues-Morte

CoA Aigues Mortes (Micronation).webp         Aigues Mortes Flag (Micnronation).jpg
Administration
Statut politique Micronation non-reconnue
Capitale Aigues-Mortes
Gouvernement Principauté
Prince Jean-Pierre IV
Démographie
Langue(s) Francais
Géographie
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 655 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Superficie 57,78 km2
Divers
Monnaie Flamant d'Aigues-Mortes (Monnaie locale)
Fuseau horaire UTC + 1
Devise Le pays où l'on voit la vie en rosé !

La principauté d'Aigues-Mortes est une micronation non reconnue située dans le sud de la France sur la commune d'Aigues-Mortes[1] fondée en 2011 par Jean-Pierre Pichon. La principauté est considérée comme une micronation à but humoristique par ses partisans, et n'est pas reconnue par des nations membres des Nations unies. Sa population est variable, dû au fait que la « citoyenneté » soit attribuée y compris à des étrangers. Fondée comme une parodie de la principauté de Monaco, elle ne revendique pas son indépendance.

Géographie

Le territoire de la principauté d'Aigues-Mortes est la ville portant le même nom, située dans le département du Gard, en région Occitanie en France.

La commune remonte à l'époque du roi Saint Louis. En effet, dès le début de son règne Louis IX souhaite se doter d'un débouché sur la Méditerranée ; c'est dans ce contexte qu'il fait construire le port d'Aigues-Mortes[pertinence contestée][réf. nécessaire].

<mapframe zoom=11 latitude=43.566667 longitude =4.1925 height=280 width=500 align=center text="Localisation de la commune d'Aigues-Mortes"> {"type": "ExternalData", "service": "geoline", "ids": "Q193809", "properties": { "fill": "#fc3", "stroke": "#ac6600" }} </mapframe>

Histoire de la micronation

La principauté fut contituée en 2011 lorsque le Jean-Pierre Pichon se fait couronner "21e" prince d'Aigues-Mortes (selon l'histoire). Il devient alors "Jean-Pierre IV"[réf. nécessaire].

Economie

Monnaie princière officielle

En 2015, Jean-Pierre Pichon et Olivier Martinez, les fondateurs de la principauté créent l'association de la Bourses Princières d'Aigues-Mortes (BPAM), et créent une nouvelle monnaie locale: le Flamant. Cette devise, réellement mise en service en 2016 est aujourd'hui utilisable dans plusieurs dizaiens de commerces de la micronation et a pour but de "booster l'économie sous un aspect ludique, pour mieux soutenir la production locale et l'image de la cité". Bien que les monnaies locales soient utilisées dans un soixantaine de communes en france, la principauté d'Aigues-Mortes est l'unique Micronation a avoir sa propre devise, réellement échangeable contre la monnaie officielle et respectant les normes validées par la Banque de France.[2],[3]

Economie extérieure

En plus de sa monnaie locale, la principauté d'Aigues-Mortes comemrce également en euros ce qui permet de maintenir une économie stable et répartie entre devise officielle, et locale[réf. nécessaire].

Culture

La principauté d'Aigues mortes cultive l'ironie et la culture du rire, au sein de ses remparts, mais plusieurs symboles de cette micronation peuvent être relevés:

  • Un drapeau national bleu et blanc, la deuxième partie marquée de la croix de Camargue. Il symbolise les valeurs et la culture "camarguaise avec lesquelles Aigues-Mortes a traversé les âges".[4]
  • Des armoiries officielles avec la devise Je vois la vie en rosé[réf. nécessaire].
  • La monnaie locale (Le Flamant), en service dans la principauté depuis 2016[réf. nécessaire].
  • Des timbres officiels[réf. nécessaire].
  • La Radio-Télévision de la Principauté d'Aigues-Mortes (RTAM), chaîne d'information micronationale[réf. nécessaire].

Chaque année est organisé au sein de la Micronation un concours "Miss Principauté", s'inspirant de Miss France. Autre évènement princier, le Bal du Godet d'Or a lieu tous les ans, rassemblant des dignitaires micronationaux, citoyens de la principautés et autres sympatisants, venant assister à l'attribution du Prix Constance.[5]

Ordres et Récompenses

Le Prix de Constance

En 2012, la princesse Olivia-Eugénie d'Aigues-Mortes a créé sa fondation pour les oeuvres sociales et culturelles. Le prix de Constance a pour but de récompenser une personne ayant accompli des actions significatives pour la "qualité de vie ou la renommée de la ville"[réf. nécessaire].

Ordres honorifiques

La principauté d'Aigeus-Mortes n'a qu'un seul ordre honorifique, "le Grand Ordre Princier du Flamant Rose", attribué par le gouvernement de la micronation[réf. nécessaire].

Politique extérieure

La micronation camarguaise, dispose d'un réseau de dignitaires à travers le monde pour représenter les interêts de la principauté auprès des autres nations. Depuis 2016, elle fait partie en tant que membre fondateur de l'Organisation de la MicroFrancophonie, destinée à rassembler les micronations francophones au sein d'un même organe international permettant de mener une politique commune. A ce jour, l'organisation se compose de 17 membres, dont l'Empire aéricain (Canada), le Grand-duché de Flandrensis (Antarctique), la principauté d'Hélianthis (France) ou la principauté de Bérémagne (Canada). Chaque année, l'organisation se rassemble au cours d'un sommet, organisé par une nation-membre.[6],[7],[8]

Relations inter-micronationales

La principauté entretient des relations plus ou moins poussées avec des micronations situées tout autour du globe[8], en voici une liste non-exhaustive:

Relations internationales

Bien que régulièrement représentée au cours d’événements officiels, la principauté d'Aigues-Mortes n'entretient pas de relations diplomatique avec des États "normaux"[réf. nécessaire].

Références

  1. Planet.fr, « Connaissez-vous la principauté d’Aigues-Mortes, dans le sud de la France ? », https://www.planet.fr/societe-connaissez-vous-la-principaute-daigues-mortes-dans-le-sud-de-la-france.1123831.29336.html,‎ .
  2. Midi Libre.fr, « Aigues-Mortes : Le Flamant, nouvelle monnaie locale », https://www.midilibre.fr/2015/11/19/aigues-mortes-le-flamant-nouvelle-monnaie-locale,1244488.php,‎ .
  3. bpam-leflamant.com, « Association BPAM », https://www.bpam-leflamant.com/la-bpam,‎ .
  4. principaute-aigues-mortes.com, « Nous aussi, on a ca », https://www.principaute-aigues-mortes.com/chez-nous-aussi-on-a-ca,‎ .
  5. Midi Libre.fr, « Aigues-Mortes : la principauté a fait son grand bal du Godet d'Or », https://www.midilibre.fr/2016/10/01/aigues-mortes-la-principaute-a-fait-son-grand-bal-du-godet-d-or,1402159.php,‎ .
  6. Blandine Le Cain, pour "Le Figaro", « Entre folklore et géopolitique, les micronations francophones se réunissent », https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/23/01016-20160923ARTFIG00359-entre-folklore-et-geopolitique-les-micronations-francophones-se-reunissent.php,‎ .
  7. Johan Rivallant, « Micronations : nouveau phénomène de mode ? », Contrepoints,‎ (lire en ligne).
  8. 8,0 et 8,1 Denis Courtine, pour "Le Parisien", « Vincennes : les roitelets ne veulent plus (trop) jouer », http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vincennes-les-roitelets-ne-veulent-plus-trop-jouer-22-07-2018-7829688.php,‎ .

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).