Encyclopédie Wikimonde

Prise d'otages de Loutsk

Aller à : navigation, rechercher

Prise d'otages de Loutsk
Image illustrative de l’article Prise d'otages de Loutsk
La place Teatralna ou s'est déroulée la prise d'otages, près du monument Lesia Ukrainka.

Localisation Loutsk, oblast de Volhynie (Drapeau de l'Ukraine Ukraine)
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 686 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Date 21 juillet 2020
Type Prise d'otages
Armes AKS-74U, revolver, grenades RGD-5, bombe
Morts 0
Blessés 0
Auteurs Maksym Kryvosh
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Prise d'otages de Loutsk

La prise d'otages de Loutsk, est une prise d'otages commise par un homme de 44 ans, Maksym Kryvosh, qui, le , détourne un bus BAZ A079 et se barricade à l'intérieur avec 13 passagers. Cette prise d'otage se déroule sur la place Teatralnase à Loutsk, dans l'oblast de Volhynie en Ukraine, et se conclue par la libération des otages et l'arrestation de Kryvosh[1],[2].

Déroulement

Avant la prise d'otage

Un bus BAZ A079

Avant de s'emparer du bus, Maksym Kryvosh publie sur Twitter que « l'État est le premier terroriste » et exige que les principaux dirigeants de l'État, à savoir Avakov, Porochenko, Akhmetov, Kolomoysky, Pinchuk, Medvedchuk, enregistrent des déclarations vidéo selon lesquelles ils sont des terroristes de droit. En outre, il exige que le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky publie un appel exhortant la population à regarder le film documentaire de 2005 Earthlings, qui dénonce l'exploitation animale.

Détournement du bus

Le , muni d'un sac à dos et d'un sac de voyage, Kryvosh monte à bord du bus effectuant le trajet de Krasnylivka à Berestetchko via Loutsk. L'autobus est contraint de s’arrêter sur la place de Teatralna près du monument de Lesia Ukrainka. Selon le vice-ministre de l'Intérieur de l'Ukraine Anton Herashchenko (en), le preneur d'otages, sous le nom de Maksim Plokhoy, appelle la police à 9h25 le même jour et prétend détenir une bombe.

En raison du détournement du bus, le centre-ville est bloqué. La police met en place l'Opération Otage et le Service de sécurité d'Ukraine présente le plan Boomerang. Les enquêteurs de la police nationale ukrainienne de l'oblast de Volhynie établissent qu'il s'agit d'une prise d'otage en vertu de l'article 147 du code pénal ukrainien. Initialement la police signale 20 personnes dans le bus, mais il est confirmé par la suite qu'il y en avait seulement 13.

Le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov prend l'avion pour Loutsk. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky déclare qu'il garde la situation sous contrôle et qu'il essaye de résoudre la crise sans faire de victimes.

Le journaliste Yuriy Butusov déclare avoir été appelé par l'agresseur, lequel exige la présence de journalistes.

Selon les premières constatations, Kryvosh a lancé une grenade et a tiré plusieurs coups de feu sur la police. La grenade n'a pas explosé, mais plus tard, trois explosions ont retenti près du bus.

Natalia Bosa, l'une des otages du bus, déclare après sa libération que Kryvosh avait bien traité les otages, les avait félicités pour la journée anti-système et les avait invité à utiliser un seau comme toilettes.

À 19h00, l'agresseur autorisé la remise d'eau aux otages.

Négociations

À 21 heures, Volodymyr Zelensky s'entretient environ 10 minutes au téléphone avec l'agresseur, à la suite de quoi l'agresseur libère trois otages. Puis, Zelensky se conforme à la demande du preneur d'otages en enregistrant une vidéo accompagnée de la mention en russe : « Le film Earthlings de 2005. Tout le monde devrait le regarder ». Cette vidéo a été supprimée par la suite.

Un BTR-60 de la Garde nationale ukrainienne ayant participé à l'opération de sauvetage des otages.

Vers 21h46, après des heures de négociations, Kryvosh descend du bus les bras levés et a attend environ une minute avant d'être arrêté et menotté sans opposer de résistance par 3 policiers. Puis, les forces spéciales s'approchent du bus à l'aide d'un véhicule blindé de transport de troupes et tous les otages sont libérés durant cet assaut. Par la suite, le sous-ministre de l'Intérieur Anton Herashchenko précise que l'assaut a été mené parce que la police ne savait pas si Kryvosh allait prendre d'autres mesures.

Suite

Arsen Avakov rapporte qu'un complice du preneur d'otage a été arrêté à Kharkiv.

Dans la nuit du 21 au , des criminologues commencent leurs investigations sur les lieux du crime.

The Guardian rapporte la réaction suivante:

Tard mardi [21 juillet], le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, a déclaré: « Le film… est un bon film. Et vous n'avez pas à être si foutu et à causer une telle horreur pour tout le pays - vous pouvez le regarder sans cela.

Le , un suspect de vol de voiture prend un policier en otage alors que ce dernier tente de l'arrêter à Poltava. Le , un tribunal de Kharkiv à deux mois de détention un possible complice de Kryvosh, Dmytro Mykhaylenko, condamnation assortie d'une caution de 175 000 hryvnias.

Enquête

A la suite de son arrestation, l'auteur est inculpé en vertu de quatre articles du Code pénal : prise d'otages, manipulation illégale d'armes, mise en danger de la vie d'un agent des forces de l'ordre et acte terroriste.

Assaillant

L'assaillant est Maksym Kryvosh, un homme de 44 ans, né le dans la ville de Gaï, dans l'oblast d'Orenbourg, dans la république socialiste fédérative soviétique de Russie. Son père, Stepan Kryvosh, professeur agrégé de l'Université polytechnique, est l'auteur d'un brevet pour la fabrication d'un collecteur d'une machine électrique et d'un procédé de durcissement de pièces annulaires. Sa mère est décédée en 2013 dans un accident de voiture. Maksym a un frère Bohdan, et a eu un fils en 2005.

Il a été condamné deux fois . Dans un premier temps, le , la police a signalé que l'agresseur était sous traitement psychiatrique. Le ministre de l'Intérieur Avakov a nié cette information.

En 2014, il publie un livre tiré à 400 exemplaires, Philosophy of the Criminal en russe, aux éditions VolynPoligraf, dans lequel il décrit son séjour en prison.

Kryvosh déclare par la suite avoir prévu initialement de s'emparer de la cathédrale de la Sainte-Trinité de Loutsk (en).

Réactions

Internes

Les services de sécurité ukrainien lors de l'incident ont été critiqués pour leur incompétence, en particulier pour avoir permis au terroriste de négocier avec le président Zelensky.

Selon un certain nombre d'activistes, la prise d'otages à Loutsk aurait été planifiée.

Étrangères

  • Les représentants de l'ambassade des États-Unis en Ukraine (en) ont salué la libération des otages.
  • L'homme d'affaires américain Elon Musk a réagi aux événements de Loutsk sur Twitter: « Encore un jour en 2020 », voulant dire par là que 2020 n'apportait que de mauvaises nouvelles.
  • Les auteurs du film Earthlings ont réagi aux événements de Loutsk, déclarant qu'ils étaient opposés à toute forme de terreur.

Conséquences

Après l'incident, la police nationale ukrainienne a renforcé les mesures de sécurité dans 9 oblasts occidentaux de l'Ukraine (Vinnytsia, Jytomyr, Transcarpatie, Ivano-Frankivsk, Lviv, Rivne, Ternopil, Khmelnytskyï et Tchernivtsi) et à Kiev.

Notes et références


  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lutsk hostage crisis » (voir la liste des auteurs (http://en.wikipedia.org/wiki/Lutsk_hostage_crisis?action=history)).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).