Encyclopédie Wikimonde

Prix Essai France Télévisions 2008

Aller à : navigation, rechercher

Le Prix Essai France Télévisions 2008 a été attribué à Wassyla Tamzali pour son ouvrage Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire aux Éditions Gallimard.

Préambule

Ce prix Essai a été décerné le matin du vendredi sur le plateau de France Télévisions au cours du Salon du livre de Paris qui s’est tenu du vendredi 14 au mercredi , au Parc des expositions de la porte de Versailles[1].

Au préalable, un jury de professionnels a sélectionné plusieurs essais parmi la longue liste de la rentrée littéraire 2007 et début 2008.

Ce jury de sélection était composé de :

Sélection

Après de nombreuses délibérations, les ouvrages suivants ont été retenus :

  1. Simone Bertière pour Mazarin, le maître du jeu aux Éditions de Fallois.
  2. Noëlle Châtelet pour Le Baiser d'Isabelle, l’aventure de la première greffe du visage aux Éditions du Seuil.
  3. Marie-Dominique Lelièvre pour Sagan à toute allure aux Éditions Denoël.
  4. Danièle Sallenave pour Castor de guerre aux Éditions Gallimard.
  5. Christian Salmon pour Storytelling aux Éditions La Découverte.
  6. Wassyla Tamzali pour Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire aux Éditions Gallimard.

Jury public

Sur l’ensemble des chaines de France Télévisions et sur internet, début 2008, le président du jury de sélection, Olivier Barrot, a invité les passionnés de littérature à se porter candidats par lettre de motivation pour être membre du jury public.

Hormis la qualité de la lettre, les membres de ce jury ont été choisis en fonction de leur âge, de leur profession et de leur lieu d’origine.

Tous ont reçu chez eux les 6 ouvrages en compétition en disposant d’un mois environ pour les lire le plus sereinement possible.

Ce jury public se composait de 25 membres dont 13 femmes et 12 hommes :

  • Annabelle : doctorante allocataire à l’IEP de Paris
  • Michel : chef de service d’insertion et de probation de Nancy (Meurthe-et-Moselle)
  • Marion : commerçante en lingerie féminine de Tulle (Corrèze)
  • Christine : retraitée de l’Education nationale de Monteux (Vaucluse)
  • Jennifer : secrétaire de direction de La Rochelle (Charente-Maritime)
  • Annie : assistante maternelle de Cléden-Cap-Sizun (Finistère)
  • Jean : pâtissier de Gujan-Mestras (Gironde)
  • Bernard : agent EDF-CNR de Viviers (Ardèche)
  • Noëlle : rédactrice territoriale de Puget-Thénier (Alpes-Maritimes)
  • Corinne : agricultrice de Saint-Barthélemy-de-Vals (Drôme)
  • Christophe : artisan ramoneur de Modane (Savoie)
  • Pascal : artiste peintre de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
  • Jean-Louis : économiste retraité d'Albi (Tarn)
  • Cécile : inspectrice des douanes de Lille (Nord)
  • Marie-Thérèse : retraitée de l’Éducation nationale de Montpellier (Hérault)
  • Yoan : lycéen de Saint-Etienne (Loire)
  • Laurent : fonctionnaire territorial de Sèvres (Hauts-de-Seine)
  • Marie : doctorante muséologie, médiation, patrimoine de Boissy Saint-Léger (Val-de-Marne)
  • Valérie : employée des remontées mécaniques de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie)
  • Antoinette : infirmière de Metz (Moselle)
  • Didier : magasinier du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis)
  • Michel : psychologue et professeur vacataire de Strasbourg (Bas-Rhin)
  • Jean-Claude : inspecteur d’académie honoraire de Paris
  • Soraya : chargée d’affaires innovation de Chécy (Loiret)
  • Romain : lycéen de Herblay (Val-d'Oise)

Délibération et consécration

Tous les membres du jury ont pris la parole en public et ont défendu leur choix en donnant aussi leurs avis sur les autres ouvrages.

Alors que les opinions étaient exprimées en public, les votes se sont déroulés à bulletin secret, ce qui était alors important pour les ouvrages éliminés à chaque tour de scrutin, chacun ayant un ordre de préférence dans les livres en lice.

Finalement, Wassyla Tamzali, avec son ouvrage Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire (Gallimard), remporte le prix par 16 voix contre 5 à Danièle Sallenave pour Castor de guerre (Gallimard) et 4 à Simone Bertière pour Mazarin, le maître du jeu (Éditions de Fallois)[2].

Olivier Barrot annonce alors le lauréat en direct dans le 12/13 de France 3.

Notes et références

  1. « Salon du livre de Paris 2008 », sur education.gouv.fr (consulté le 23 décembre 2019)
  2. « Podium prix Essai France Télévisions 2008 », sur lematindz.net (consulté le 23 décembre 2019)

Liens externes

« Prix Essai France Télévisions 2008 », sur lematindz.net (Le Matin d'Algérie) (consulté le 23 décembre 2019)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).