Encyclopédie Wikimonde

Projet d'invasion de la France par l'URSS

Aller à : navigation, rechercher
L'Europe au temps de la Guerre froide.
  • Pays du bloc de l'Ouest
  • Pays neutres
  • Pays du bloc de l'Est

Le projet d'invasion de la France par l'URSS est né au milieu des années 1960, pendant la Guerre froide.

Contexte

Dès les années 1950, l'URSS et ses alliés mirent au point un plan offensif pour tenter d'occuper l'Europe de l'Ouest. Au milieu des années 1960, l'URSS envisage une option offensive qui confiait à la Tchécoslovaquie l'invasion du sud-est de la France[1].

But

L'armée tchécoslovaque était chargée par son allié soviétique d'opérer en cas de guerre une offensive en France et conquérir les villes de Langres, Besançon, Épinal et Lyon en huit jours en utilisant si besoin l'arme nucléaire.

Un plan d'opération daté du 14 octobre 1964 (qui fut approuvé par le président tchécoslovaque Antonin Novotny) avait pour projet de vaincre les armées occidentales en Allemagne de l'Ouest et d'opérer au bout d'une semaine à la frontière française. Après la prise de Lyon par l'armée tchécoslovaque, l'armée soviétique était censée rejoindre les Pyrénées.

Après la dissolution de l'URSS

Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant de l'URSS

Le plan resta intact jusqu'en 1986, où le chef d'état soviétique Mikhaïl Gorbatchev choisit d'effectuer un rapprochement avec les pays du monde capitaliste. L'année 1991 est marqué par la démission de Gorbatchev qui entraîna la dislocation de l'URSS. Le plan ne fut pas abandonné pour autant. En effet, en 1989, le plan fut édulcoré de manière à proposer deux options, une défensive et une offensive. Il fut modifié une nouvelle fois en janvier 1990 par le président tchèque Vaclav Havel. L'option offensive est abandonnée.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).