Encyclopédie Wikimonde

Qu’est-ce que la politique ?

Aller à : navigation, rechercher

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas. Qu'est-ce que la politique ?[1] est la troisième partie d'un essai intitulé l'Essence du Politique rédigé par Julien Freund publié en 1965 aux éditions Sirey. Cependant cette extrait sera republié aux éditions du Seuil en 1968.

Dans cet ouvrage Julien Freund s'intéresse à l'essence de la politique, il s'interroge aussi sur liens entre la politique (que Freund considère comme une activité à part entière) et les autres activités (la morale, la religion, l'économie, la science et l'art). De plus Freund essaye de déterminer les moyens et les finalités de la politique.

Préface

Dans cette préface Freund prend tout d'abord l'exemple de la morale pour démontrer que la politique et tous les autres activités (voir précédemment) ne se réduisent aux unes ou aux autres des activités et qu'une bonne politique n'est pas forcément morale. Puis il explique que la politique à plusieurs moyens et finalités selon les intérêts et les convictions politiques de celui qui la porte. Après avoir expliqué cela, il prend l'exemple de la liberté en politique pour montrer qu'il y a des points communs entre chaque activité et que la liberté est une finalité commune à chaque activité. Cependant il prend un second exemple la paix en politique pour démontrer que la paix et la liberté en politique sont antagonistes puisque la première n'est pas une finalité et a pour but d'éliminer le combat en politique à l'inverse de l'autre, bien qu'elle ne veut pas supprimer l'ennemi bien au contraire elle veut l'intégrer, de plus la paix est un objectif qui est spécifique à la politique. Puis il finit par conclure en affirmant que même si la politique, la morale, la religion, l'économie, la science et l'art ont des différences, ils sont aussi liés les uns par rapports aux autres, à ce sujet Freund déclare dans la préface à la page 13 : " Cela signifie que l'on ne saurait réduire la politique à la morale, à l'économie ou à la science et inversement, qu'elle ne se déduit pas non plus de l'une de ces activités ni inversement et enfin que l'on ne peut, sans tomber dans l'arbitraire philosophique, considérer l'une comme l'infrastructure dont les autres seraient les superstructures."

Introduction : De l'action politique

1. L'antagonisme des fins

Dans le premier point de l'introduction, Freund définit le but du politique en disant qu'il doit rester inchangé quoiqu'ils adviennent, de même pour les moyens qui doivent permettre de l'atteindre. Cependant Freund précise son propos en déclarant : « La détermination claire, précise et univoque de ce but ainsi que des moyens spécifiques du politique se heurte à trois séries de difficultés ». Ainsi il décrypte la première série de difficulté dans ce point qui est lié à la notion de finalité. Il commence par dire qu'il existe plusieurs fins politiques. Elles ont toutes pour objectif de favoriser soit la liberté, soit l'égalité, soit la justice, soit la sécurité, soit les quatre notions en même temps. Cependant il démontre que parfois certaines idéologies ou hommes politique choisissent de privilégier une notion plus qu'une autre car elles sont difficilement conciliables, cependant faire ce choix ne permet pas de répondre aux problèmes par exemple d'un pays, même si ce n'est pas la seule explication à donner pour parler de l'échec d'une politique en faveur d'un but, en effet il ne faut pas oublier les problèmes imprévus que peuvent rencontrer l'homme politique une fois arrivé au pouvoir. Mais il existe un autre facteur qui explique cet échec, c'est ce que l'on appelle « le jeu ou système politique », en effet les hommes politiques sont prêts à tout pour accéder au pouvoir et même ceux qui affirme qu'ils ne sont pas des hommes politiques et qui veulent conquérir le pouvoir, or comme le dit Freund : « Quiconque estime que sa vocation consiste à se dévouer à la cause publique, ne peut faire autrement que devenir un homme politique, ce qui suppose une certaine ambition politique ». De plus il ne suffit pas de vouloir le pouvoir pour l'avoir, il faut convaincre face aux autres prétendants (ce qui est un obstacle supplémentaire pour mettre en place un but politique). La question que se pose alors Freund est : Comment distinguer le but du politique des artifices politiques ? Et pour monter l'interrogation qu'on peut avoir autour du but du politique, il prend l'exemple des anarchistes pendant la guerre d'Espagne qui avaient refusés d'obéir aux chefs républicains et il se pose alors la question si le but des anarchistes étaient de sauver la république espagnole ou d'imposer leurs idéaux.

Notes et références

  1. Qu'est-ce que la politique ?, éditions du Seuil, , 181 p. (ISBN 202000325-2) 

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).