Encyclopédie Wikimonde

Rééducation sensitive de la douleur

Aller à : navigation, rechercher

La rééducation sensitive de la douleur est une méthode, mise au point par Claude Spicher, qui a pour but de diminuer les douleurs neuropathiques. La justification de la rééducation sensitive est que le traitement de l'hypoesthésie diminuera la douleur neuropathique[1],[2]. Cette rééducation[3] passe par une évaluation de la sensibilité tactile par l’évaluation du seuil de perception à la pression. Des exercices pluriquotidiens de perception de stimulations tactiles, basés sur la plasticité neuronale adaptative, ont pour objectif de permettre la substitution de lésions axonales partielles.[4],[5]. Parfois la présence d’une allodynie mécanique empêche d’accéder à la peau[6] il faudra donc la faire disparaître avant de pouvoir traiter l’hypoesthésie sous-jacente et observer la corrélation entre la diminution du seuil de perception à la pression et la diminution du score au QDSA[interprétation personnelle].

Méthode de rééducation sensitive de la douleur

La rééducation de l’hyposensibilité a pour objectif d’améliorer la qualité de la sensibilité tactile cutanée, voire de la normaliser. La justification de la rééducation sensitive est que le traitement de l'hypoesthésie tactile permet de diminuer les douleurs neurogènes, ou neuropathiques.[7],[8],[9],[10]

Cette rééducation passe par l’évaluation régulière de la qualité de l’hypoesthésie, illustrée par le seuil de perception à la pression (SPP).[11],[12],[13].

Parfois, l’hypoesthésie n’est pas accessible, car la peau est recouverte d’une hypersensibilté au toucher. En médecine depuis 1979, il y a lieu de parler d'allodynie mécanique. La définition originale est de Merskey & Bogduk (1994) : Douleur causée par un stimulus qui normalement ne produit pas de douleur traduction de Malenfant 1998[12]. Lors de la première séance d’ergothérapie, en cherchant à réaliser le bilan diagnostique de lésions axonales[14],[15], est alors intestable.

Lorsque cette hypersensibilité au toucher est présente[16],[17], elle est un frein à tout autre traitement physique car tout contact direct au cœur de ce territoire hypersensible[pas clair][18] ; s’il est en soi, sur le moment, encore supportable, ce contact entraîne un post-effet très douloureux de plusieurs heures, voire de plusieurs nuits sans repos. Cette hypersensibilité au toucher provient des lésions axonales des fibres a-beta largement myélinisées[19]. Plus précisément, après une lésion nerveuse périphérique d'un nerf de la peau, un bourgeonnement aberrant prolifère dans la corne postérieure de la moëlle épinière et expliquerait qu’un stimulus non nociceptif soit perçu de manière nociceptive (hypersensibilité au toucher)[20]. Ce mécanisme est un des modèles explicatifs des différents mécanismes de sensibilisation centrale.

Lorsque le patient ne présente pas, ou plus, d’allodynie mécanique statique, la rééducation de l’hyposensibilité, basée sur la plasticité neuronale du système somesthésique, va être mise en place, pour diminuer les symptômes neurogènes. On pourra alors observer que la diminution de l'hypoesthésie (SPP) est corrélée avec la diminution de la douleur (Questionnaire de la douleur Saint-Antoine[21], DN4[22]).

Nonobstant, cette méthode ne peut devenir réalité qu'avec l'adhésion du patient [23],[24] dans une éthique du pacte de soins, puis par une éducation thérapeutique du patient.

C'est une des recommandations du Traité de rééducation de la main[Quoi ?][25].

Notes et références

  1. Quintal I, Noël L, Gable C, Delaquaize F, Bret-Pasian S, Rossier Ph, Annoni JM, Maupas E, Spicher CJ. « Méthode de rééducation sensitive de la douleur » Encyclopédie Médico-Chirurgicale (EMC), Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation. 2013;9(1):1-16 Article 26-469-A-10
  2. Morier A, Lallemant A, Romeu P. « Pratique de la rééducation sensitive des douleurs neuropathiques Douleurs Évaluation - Diagnostic - Traitement 2019;20:175-182
  3. Spicher CJ, Quintal I. « La méthode de rééducation sensitive de la douleur (2003 - 2013)» In: Izard MH Expériences en ergothérapie, 26e série Sauramps Médical, 2013, p. 71-77.
  4. Spicher C, Barquet O, Quintal I, Vittaz M, de Andrade Melo Knaut S. Douleurs neuropathiques: évaluation clinique et rééducation sensitive - Préface: François Moutet (4e édition) . Montpellier, Paris : Sauramps Médical, 2020. (ISBN 9791030302455)
  5. (en) Spicher, C.J.Handbook for Somatosensory Rehabilitation. Montpellier, Paris : Sauramps Médical, 2006. (ISBN 9782840234708)
  6. (en) Packham TL, Spicher CJ, MacDermid JC, Buckley ND « Allodynography: Reliability of a New Procedure for Objective Clinical Examination of Static Mechanical Allodynia » Pain Med. 2020;21:101-108.PMID 30908579
  7. Spicher CJ, Buchet N, Quintal, I Sprumont P. Atlas des territoires cutanés pour le diagnostic des douleurs neuropathiques, (3e édition) Sauramps Médical, 2017. (ISBN 9791030300925)
  8. (en) Spicher CJ, Clément-Favre S. « Chronic Neuropathic Pain decreases through Somatosensory Rehabilitation » RAE : Recueil Annuel francophone belge d'Ergothérapie. 2008;1:25-37.[PDF]
  9. Mathis F, Degrange B, Desfoux N, Sprumont P, Hecker E, Rossier Ph, Spicher CJ. « Diminution des douleurs neuropathiques périphériques par la rééducation sensitive » Rev Med Suisse 2007;3(135):2745-2748. PMID 18214230
  10. Desfoux N, Spicher CJ, Noël L. « Suivi de la diminution des douleurs neuropathiques par le test de discrimination de 2 points statiques » In: Izard MH, Nespoulous R. Expériences en ergothérapie, 22e série Sauramps Médical, 2009. p. 140-149.
  11. (de) M. von Frey et al. « Untersuchung über die Sinnesfunktion der Menschlichen Haut : Erste Abhandlung: Druckempfindung und Schmerz » Des XXII Bandes der Abhandlungen der mathematisch–physischen Classe der Königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften, n° III:175-266, Leipzig: S. Hirzel,1869]
  12. 12,0 et 12,1 A Malenfant, Déficits sensoriels et névralgies chroniques aux sites guéris de brûlures Montréal, thèse de médecine, 1998.
  13. (en) Semmes J, Weinstein S, Ghent L, Teuber HL. Somatosensory changes after penetrating brain wounds in man. Harvard University Press, 1960
  14. Noël L, Desfoux N, Spicher CJ « Le bilan diagnostique de lésions axonales » In: Izard MH, Nespoulous R, Expériences en ergothérapie, 21e série Sauramps Médical, 2008. p. 109-115.
  15. Spicher CJ, Hecker E, Thommen E, Rouiller EM « La place du test de discrimination de 2 points statiques dans l’examen clinique » Doul et Analg. 2005;18(2):73–76.
  16. Spicher CJ, Ribordy F, Mathis F, Desfoux N, Schönenweid F, Rouiller EM « L’allodynie mécanique masque une hypoesthésie: Observations topographiques de 23 patients douloureux neuropathiques chroniques » Doul et Analg. 2008;21:239-251.
  17. (en) Spicher CJ, Mathis F, Degrange B, Freund P, Rouiller EM « Static Mechanical Allodynia is a Paradoxical Painful Hypoaesthesia: Observations derived from neuropathic pain patients treated with somatosensory rehabilitation » Somatosens Mot Res. 2008;25(1):77-92. [PDF] PMID 18344149
  18. Noël L, Spicher CJ, Degrange B, Rouiller EM « Une esthésiographie intestable signe des lésions axonales ou comment cartographier une hypoesthésie douloureuse » In: Izard MH, Nespoulous R, Expériences en ergothérapie, 18e série Sauramps Médical, 2005, p. 127-135.
  19. (en) Devor M « Ectopic discharge in Abeta afferents as a source of neuropathic pain » Exp Brain Res. 2009;196:115-128.PMID 19242687
  20. (en) Kohama I, Ishikawa K, Kocsis JD « Synaptic reorganization in the substantia gelatinosa after peripheral nerve neuroma formation: aberrant innervation of lamina II neurons by Abeta afferents » J Neurosci 2000;20:1538-49. PMID 10662843 (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10662843)
  21. Boureau F, Luu M, Gay C, Doubrere JF « Les échelles d'évaluation de la symptomatologie de la douleur par la liste des qualificatifs » Thérapie. 1982;39:119-129
  22. Bouhassira D « Le questionnaire DN4 : le nouvel outil d’aide au diagnostic des douleurs neuropathiques » Douleurs. 2005;6:297-300 initialement paru en anglais sous (en) Bouhassira D, Attal N, Alchaar H et al. « Comparison of pain syndromes associated with nervous or somatic lesions and development of a new neuropathic diagnostic questionnaire (DN4) » Pain. 2005;114:29-36
  23. Lamonerie M. Douleur neuropathique : apport de l'ergothérapie pour la prise en charge des patients souffrant d'allodynie mécanique. Montpellier : Institut de Formation en Ergothérapie, 2016[PDF][1]
  24. Lamonerie M. Adhésion du patient: étude Delphi. Fribourg : Réseau de Rééducation Sensitive des Douleurs, 2016. [2][PDF]
  25. (en) Packham TL, Holly J (2020). Therapist's Management of Complex Regional Pain Syndrome. In TM Skirven, AL Osterman, JM Fedorczyk, PC Amadio, SB Feldscher, EK Shin (Eds.). Rehabilitation of the Hand and Upper Extremity, (7e édition) (pp. 137-1392) Elsevier, 2020. (ISBN 9780323509138)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).