Encyclopédie Wikimonde

Réactions après l'annonce de la mort du pape Jean-Paul II

Aller à : navigation, rechercher

Cet article vise à collecter un florilège de réactions internationales après l'annonce de la mort du pape Jean-Paul II, survenue samedi 2 avril 2005 au Vatican.

Voir également les articles Jean-Paul II, Mort du pape Jean-Paul II et Conclave de 2005.

Sommaire
Organisations supranationales Organisation des Nations uniesLigue arabeCommission européenneOrganisation internationale de la francophonie
Afrique MarocNigeria - Rwanda - Togo
Amérique BrésilCanada, incluant le QuébecCubaÉtats-Unis d'AmériqueVenezuela
Asie IndeIndonésieIranIsraëlPalestinePhilippinesTibet
Europe AllemagneAutricheBulgarieCroatieEspagneFranceIrlandeItalieLuxembourgMonacoPays-BasPolognePortugalRoyaume-UniRussieSlovaquieSuisse
Liens externes


Organisations supranationales

Organisation des Nations unies

  • Kofi Annan, secrétaire général, a notamment déclaré : « Au-delà de son rôle de guide spirituel de plus d'un milliard d'hommes, femmes et enfants, il était un avocat infatigable de la paix, un vrai pionnier du dialogue entre les croyances et une force pour une auto-évaluation critique de l'Église elle-même. » (Quite apart from his role as a spiritual guide to more than a billion men, women and children, he was a tireless advocate of peace, a true pioneer in interfaith dialogue and a strong force for critical self-evaluation by the Church itself.)

Ligue arabe

  • Hesham Youssef, porte-parole du secrétaire général : « Nous n'oublierons jamais son attitude noble de soutien aux personnes opprimées, y compris les Palestiniens » (We will never forget his noble stance in support of the oppressed people, including the Palestinians). Il a en outre souligné son rôle d'« apôtre de la paix ayant encouragé le dialogue entre les nations et les religions » (man of peace who encouraged dialogue between nations and religions).

Commission européenne

  • José Manuel Barroso, président de la Commission, met l'accent sur le « rôle essentiel [de Jean-Paul II] dans la réunification de l'Europe et dans l'avancée des idées de liberté et de démocratie sur notre continent ».

Organisation internationale de la francophonie

  • Abdou Diouf, secrétaire général – et ancien président de la République du Sénégal –, salue l'« athlète de Dieu » après avoir exprimé sa « très grande émotion et sa profonde tristesse ».

Afrique

Flag of Morocco.svg Maroc

  • le roi Mohammed VI s'est dit « affligé de la mort du pape ». En outre, en sa qualité de « commandeur des croyants », il a tenu à rappeler les excellents rapports qui avaient existé entre son défunt père, le roi Hassan II, et le souverain pontife disparu, lequel avait réservé sa première visite dans un pays musulman et arabe au Maroc. Il a aussi mis en avant la volonté commune des deux dirigeants de « donner toute leur substance aux valeurs de dialogue, de tolérance et d'entente parfaite entre les religions révélées ».

Drapeau du Nigeria Nigeria

  • Olusegun Obasanjo, président de la République, honore le pape en en faisant une « personnification de la vertu de l'amour » et rappelle que le souverain pontife, qui s'était rendu deux fois dans son pays, s'était tenu aux côtés de son peuple dans le « combat contre la dictature et l'injustice ».

Drapeau du Rwanda Rwanda

  • "Le pape a condamné le génocide. Il a appelé ses ouailles à prier pour le Rwanda mais il n'avait pas d'armée pour empêcher ça. J'imagine qu'il aurait pu faire appel aux pays pour qu'ils envoient leur armée", a affirmé lundi à l'AFP le ministre rwandais des Affaires étrangères, Charles Murigande. « Mais toute supposition sur ce qu'il aurait pu ou ne pas faire c'est de la spéculation. Certainement qu'il n'a pas manqué de tout faire mais avec les limites qui étaient les siennes »
  • "Le pape a été l'un des premiers à reconnaître qu'il avait y eu un génocide au Rwanda mais il n'en a pas tiré les conséquences. La plupart des hommes d'église ont trempé dans le génocide", a renchéri un autre responsable rwandais ayant requis l'anonymat. « On ne comptait plus le nombre d'églises ou des Rwandais étaient massacrés. Si le pape avait donné seulement le mot d'ordre d'arrêter, beaucoup de vies auraient pu être épargnées », a-t-il insisté. (Selon l'Agence France Presse)

Drapeau du Togo Togo

  • Abbas Bonfoh, président de la République togolaise par intérim a qualifié le Pape Jean Paul II de « grande figure ». « Il était l'une des grandes figures de notre temps (...). Le courage exceptionnel dont il a fait preuve devant les souffrances indicibles de la maladie, surtout ces dernières heures, est une grande leçon de vie et de foi pour nous tous ».

Amérique

Flag of Brazil.svg Brésil

  • Luís Inácio da Silva, président de la République fédérative : « Jusqu'à la fin de sa vie, Jean Paul II a conduit sa mission avec énergie et lucidité. La souffrance qu'il ne cachait pas, dans les dernières années, n'a jamais altéré sa détermination. »

Flag of Canada.svg Canada

  • Paul Martin, premier ministre : « Ce digne fils de la Pologne, qui a présidé aux destinées de l'Église catholique romaine pendant 26 ans, a exercé une influence extraordinaire dans le monde, non seulement en sa qualité de chef spirituel, mais aussi en tant que véritable apôtre de la paix. »
  • Jean Chrétien, ancien premier ministre : « Je pense qu'il sera toujours considéré comme « Jean-Paul Le Grand ». [...] Quand vous discutiez avec lui, vous saviez que vous étiez en compagnie d'une personne exceptionnelle »

Flag of Quebec.svg Québec

  • Jean Charest, premier ministre (Parti Libéral du Québec): « Le monde vient de perdre un homme qui a particulièrement et profondément marqué son époque », « L'histoire retiendra de sa vie l'influence déterminante qu'il a exercée en faveur de la liberté et de la paix. »
  • Bernard Landry, chef de l'opposition (Parti québécois) : Il a émis un communiqué pour signaler sa « profonde tristesse ».
  • Mario Dumont, chef de l'Action démocratique du Québec : « Ses accomplissements sont innombrables et son héritage sera l'inspiration de tous ceux qui voudront emprunter le chemin qu'il a lui-même tracé. Reconnu comme un grand pèlerin de la paix et défenseur des droits de l'Homme, on se rappellera de lui pour son ouverture sur le monde et son amour pour la jeunesse. »
  • Lise Thibault, lieutenante-gouverneure du Québec : « Le décès de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II nous fait tous perdre un père spirituel. Lui qui se disait « malade parmi les malades », « pèlerin parmi les pèlerins », le voilà, à présent, « saint parmi les saints ». », « Touchant d'authenticité, il aura poursuivi sa mission de vie en allant parfois même au-delà du supportable, confrontant les préjugés véhiculés autour de la maladie ».

Drapeau de Cuba Cuba

  • Fidel Castro Ruz, Président du Conseil d'État et du Conseil des Ministres a exprimé « les plus sincères condoléances du peuple et du gouvernement cubains. L'humanité conservera un souvenir ému du travail inlassable de sa Sainteté Jean Paul II en faveur de la paix, de la justice et de la solidarité entre les peuples ».
  • Felipe Pérez Roque, ministre des Relations extérieures : « Nous avons toujours vu le pape Jean Paul II et continuerons de le voir comme un ami, qui se préoccupait des pauvres, qui a combattu le néo-libéralisme et a lutté pour la paix. » ( Siempre vimos al Papa y lo seguiremos viendo como un amigo, alguien que se preocupó por los pobres, combatió el neoliberalismo y que luchó por la paz.)

Flag of the United States.svg États-Unis

  • George W. Bush, président des États-Unis : « Tous les papes appartiennent au monde, mais les Américains ont eu une raison spéciale d'aimer l'homme de Cracovie. » (All Popes belong to the world, but Americans had special reason to love the man from Krakow.)
  • Bill Clinton, ancien président des États-Unis, ou son épouse Hillary Rodham Clinton, sénateur de l'État de New York : « En parlant avec force et éloquence pour le pardon et la réconciliation à ceux que divisent de vieilles haines ou qui sont victimes d'abus de pouvoir, le Saint Père a été une source de lumière non seulement pour les catholiques, mais pour tous. » (In speaking powerfully and eloquently for mercy and reconciliation to people divided by old hatreds and persecuted by abuse of power, the Holy Father was a beacon of light not just for Catholics, but for all people.) – Note : communiqué attribué à Bill Clinton par le Nouvel Observateur, à Hillary Clinton par le Mail & Guardian (Afrique du Sud)...
  • Henry Kissinger, ancien secrétaire d'État et Prix Nobel de la Paix : « Jean-Paul II était un des plus grands hommes du siècle précédent. Peut-être le plus grand. » (John Paul II was one of the greatest men of the last century. Perhaps the greatest.)

Drapeau du Venezuela Venezuela

  • Hugo Chávez, président de la République, pense que pour les catholiques, dont lui-même, Jean-Paul II laissera le souvenir d'un « pape voyageur » et d'un apôtre de la « paix dans le monde », ajoutant que, par exemple, lors de l'invasion de l'Irak par les États-Unis, le souverain pontife avait qualifié cet acte d'« illégal et immoral ».

Asie

Drapeau de l'Inde Inde

  • A.P.J. Abdul Kalam, président de la République : « Le monde a perdu un chef d'Église et un homme d'État qui, durant toute sa vie, a travailla pour la dignité et la liberté humaines et pour les nécessiteux et les opprimés. Il a inlassablement œuvré pour la paix sur cette planète et pour établir un ordre international basé sur l'égalité et la justice. » (The world has lost a church leader and a statesman who throughout his life worked for human dignity and freedom and for the needy and oppressed. He tirelessly worked for peace on this planet and to establish an international order based on equality and justice.)
  • Manmohan Singh, Premier ministre : « Le pape Jean-Paul II aura été une icône pendant presque trois décennies, en particulier comme repère inflexible des valeurs morales. (Pope John Paul II was an iconic figure for nearly three decades, in particular as a beacon of unflinching moral values.) Qualifiant en outre le défunt de « symbole de la force et de l'aspiration invincibles à la liberté pour les personnes du monde entier » (one who came to symbolize the indomitable power and will to freedom for people the world over), M. Singh a ajouté qu'il était un « reconciliateur des religions, un critique de tous les « ismes » et, par dessus tout, un humaniste » (a reconciler of religions, a critic of all isms and, above all, a humanist).

Drapeau de l'Indonésie Indonésie

  • Susilo Yudhoyono, président de la République : « Son apport et les services qu'il a rendus ne seront jamais oubliés. »

Drapeau de l'Iran Iran

  • Mohammad Khatami, président de la République, salue un défenseur de « la vérité, de la justice et de la paix ».

Drapeau d’Israël Israël

  • Silvan Shalom, ministre des Affaires étrangères a notamment souligné sa « profonde détermination à construire un avenir de compréhension et de fraternité entre toutes les fois » (profound determination to build a future of understanding and brotherhood between all faiths).
  • pour Shimon Peres, vice-premier ministre, le souverain pontife incarnait « le meilleur qui est dans toute l'humanité, ainsi que ce que l'humanité a de commun ».

Drapeau de la Palestine Palestine

  • Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestininenne : « Nous perdrons avec lui une figure religieuse distinguée, ayant consacré sa vie à défendre les valeurs de la paix, de la liberté et de l'égalité. Il a défendu les droits des Palestiniens, leur liberté et leur indépendance » (We will miss him as a distinguished religious figure, who devoted his life to defending the values of peace, freedom and equality. He defended the rights of Palestinians, their freedom and independence).

Drapeau des Philippines Philippines

  • Gloria Macapagal-Arroyo, présidente de la République, a salué un champion des « valeurs chrétiennes profondes qui conduisent chacun de nous à méditer journellement sur ce qui est juste, moral et sacré dans la vie » (profound Christian values that make everyone of us contemplate everyday, what is just, moral and sacred in life).

Flag of Tibet.svg Tibet

  • le XIVe Dalaï Lama avait fait savoir, dans la journée du 2 avril, qu'il se joignait aux prières pour le pape des millions de catholiques à travers le monde, et qu'il était « extrêmement affecté par la santé déclinante du Saint-Père » (extremely sad by the declining health of the Holy Father). Le 3 avril, il a en outre déclaré que Jean-Paul II lui paraissait « avoir le sens des réalités et être ouvert, avec un grand jugement des problèmes globaux » et qu'il n'avait « pas de doute sur le fait qu'il était un grand leader spirituel » et exprimé sa « profonde reconnaissance pour la mission du pape d'apporter la paix dans le monde ».

Europe

Flag of Germany.svg Allemagne

  • Gerhard Schröder, chancelier fédéral : « Le pape Jean Paul II a mené un combat infatigable pour la paix, les droits de l'homme, la solidarité et la justice sociale. »

Flag of Austria.svg Autriche

  • Heinz Fischer, président de la République, estime que la mort de Jean-Paul II signifie « la perte d'une autorité morale – reconnue de toutes parts –, dans les domaines de la paix, des droits de l'homme, de la justice et du combat contre la pauvreté » (den Verlust einer allseits anerkannten moralischen Instanz für Frieden, Menschenrechte, Gerechtigkeit und Kampf gegen Armut).
  • Wolfgang Schüssel, chancelier fédéral : « Jean-Paul II était un infatigable exhortateur à la paix et à la justice sociale, et un grand défenseur des droits de l'homme » (Johannes Paul II. war ein unermüdlicher Mahner zu Frieden und sozialer Gerechtigkeit, ein Verfechter der Menschenrechte).

Flag of Bulgaria.svg Bulgarie

  • Georgi Parvanov, président de la République : « Le pape Jean Paul II a défendu l'unité spirituelle du Vieux continent en tant qu'entité historique et culturelle. Il a montré la voie de l'union des deux grandes traditions européennes, celles de l'Est et de l'Ouest, en proclamant protecteurs célestes de l'Europe les saints frères Cyril et Méthode. »

Flag of Croatia.svg Croatie

  • Stipe Mesic, président de la République : « le pape a été non seulement un leader religieux mais aussi un combattant infatigable pour des relations meilleures entre les gens, les États, les civilisations et les religions, ce qui lui a apporté le respect de millions de gens à travers le monde. »

Flag of Spain.svg Espagne

  • le roi Juan Carlos lui rend hommage pour « pour son service dévoué à la chrétienté et son infatigable travail en faveur de la paix, de la justice et de la dignité ».
  • José Luis Rodriguez Zapatero, président du gouvernement : « Avec sa disparition, l'humanité se trouve privée d'un référent moral de premier ordre, tant pour les chrétiens que pour les non chrétiens. »

Flag of France.svg France

  • Jacques Chirac, président de la République : « L'Histoire gardera l'empreinte et la mémoire de ce Souverain Pontife exceptionnel, dont le charisme, la conviction et la compassion auront fait résonner le message évangélique d'un écho sans précédent sur la scène internationale. Jean-Paul II n'aura eu de cesse de montrer à tous les hommes et à tous les peuples le chemin de la concorde, de la solidarité et de la liberté. »
  • Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, a rappelé que « ses rapports avec la jeunesse, symbolisés par le succès régulier des journées mondiales de la jeunesse, furent un trait marquant de son œuvre ».
  • Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République : « Tous les chrétiens et tous les hommes se rejoignent dans le dernier adieu qu'ils adressent au pape polonais Jean Paul II. Sa foi, sa simplicité, son extraordinaire courage et l'acceptation de la souffrance lui ont permis de les entraîner vers une forme supérieure de l'humanité. »
  • Nicolas Sarkozy, député français et président de l'UMP : « Jean-Paul II a marqué de manière déterminante l'histoire contemporaine par son combat contre l'oppression marxiste et son action en faveur de la réconciliation et du dialogue entre les religions. »
  • François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste : « Nul ne pourra oublier son engagement en faveur de la paix, son influence dans les événements européens, notamment à la suite de la chute du mur de Berlin, ses initiatives en faveur des pays les plus pauvres, le dialogue interreligieux qu'il a relancé, et enfin son courage personnel tout au long de son pontificat. »
  • François Bayrou, président de l'UDF : « Ce que le pape aura accompli pour l'humanité, c'est l'œuvre de toute une vie. Au moment de son élection, il était l'athlète de Dieu. Ensuite la souffrance a donné une autre dimension à son apostolat, mais il n'a jamais cessé d'être un bloc d'humanité. »
  • Jean-Marie Le Pen, député européen et président du front national, a notamment communiqué : « Le courage héroïque qu'il aura montré face à la maladie est celui qu'il a manifesté tout au long de son pontificat. Artisan de la chute du communisme soviétique, intrépide combattant de la vie contre ce qu'il a si justement appelé la culture de mort, pourfendeur de la dérive totalitaire des démocraties sans morale, il nous laisse un message impérissable, qui continuera d'éclairer notamment les défenseurs de la souveraineté des nations, et d'une Europe fidèle à son héritage. »
  • le communiqué du Parti communiste français se démarque un peu de l'ensemble des réactions : à la fois louangeur (« Sensible au sort des plus faibles et des plus démunis, il a dénoncé, dans son propre pays comme dans le monde, un ordre capitaliste qui les ignore et creuse les inégalités. ») et critique (« [...] porteur de principes moraux dogmatiques d'un autre âge, tournant notamment le dos aux aspirations massives des femmes à la maîtrise de leur corps, [...], il aura sur ce plan nourri l'action des forces réactionnaires qui luttent contre le droit à la contraception et à l'avortement ».
  • Bruno Mégret, président du MNR, salue la mémoire du pape, indiquant notamment : « Grande figure du monde contemporain, le Saint-Père a constamment œuvré pour la paix, la justice, la liberté et la vérité. Souvent à contre-courant du politiquement correct, il aura été un adversaire résolu des idéologies matérialistes et totalitaires du XXe siècle. »
  • le parti régionaliste d'extrême droite Alsace d'abord rend hommage au « combattant et [à] l'homme de foi dont l'aura a dépassé les limites de la communauté chrétienne ».
  • Bertrand Delanoë, maire de Paris : « L'histoire retiendra qu'il a été un des acteurs de la réunification européenne et l'artisan inlassable, tout au long de ses nombreux voyages, de la paix et du dialogue entre les peuples et les différentes religions. »
  • Pierre Mauroy, ancien premier ministre socialiste : « Par bien des aspects, il a donné l'image d'un Pape moderne et charismatique. Et pourtant il est resté conservateur par son attachement intangible au dogme, allant jusqu'à méconnaître l'évolution de la société et les nouvelles attentes des femmes et des hommes du XXe siècle, jusque dans leur vie intime. »
  • le cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien archevêque de Paris : « Cet homme aux dons et aux talents extraordinaires était d'abord un homme pétri de l'amour de Dieu et de l'amour de ses frères. C'est ce qui lui a donné une liberté et une audace extraordinaires. »
  • Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman : « Ce saint homme a fait de sa vie et de son action un exemple de sacrifice pour la sauvegarde de la spiritualité, de la foi et de la paix pour le monde chrétien et non chrétien. »
  • L'abbé Pierre : « La mort, pour le pape comme pour un pauvre qui meurt dans la rue, c'est l'épanouissement qui termine la vie. »

Dans la presse

  • Libération retient surtout le rôle historique de Jean-Paul II mais le critique pour les conséquences de son rigorisme en matière de mœurs : « Alors que le monde pleure le pape, je ne peux m'empêcher de penser à sa responsabilité dans la propagation du sida, notamment en Afrique subsaharienne » (D. Delbecq, responsable de la rubrique Terre).

Flag of Ireland.svg République d'Irlande

  • Mary McAleese, présidente de la République, considère que Jean-Paul II « a été un pilier du monde moderne, servant l'Église catholique et la cause de toute l'humanité » (had been a pillar of the modern world, serving the Catholic Church and the cause of all humanity)

Flag of Italy.svg Italie

  • Carlo Azeglio Ciampi, président de la République, dit notamment, dans un long communiqué : « Il laissera le souvenir d'un de ces hommes qui ont montré le chemin vers la liberté et la justice, et qui ont poursuivi ce but de toutes leurs forces. » (Sarà ricordato come uno di quegli uomini che hanno indicato una strada, di libertà e di giustizia, e che l'hanno perseguita con tutte le loro forze.), ou encore « Jean-Paul II croyait en la force de l'esprit et a témoigné, par son courage indompté et sa sérénité dans la souffrance, de la force qui permet de franchir n'importe quel obstacle et d'œuvrer pour le bien en toute circonstance. Il continuera à vivre dans nos cœurs, en reconnaissance pour son témoignage et son exemple. » (Giovanni Paolo II ha creduto nella forza dello spirito e ha testimoniato, con il Suo indomito coraggio e la serenità nella sofferenza, la fortezza che permette di affrontare qualsiasi ostacolo, di operare per il bene in ogni circostanza. Egli continuerà a vivere nei nostri cuori, nella riconoscenza per la Sua testimonianza, per il Suo esempio.)
  • Silvio Berlusconi, président du Conseil : « Jean-Paul II a mené sans relâche [un difficile et inlassable combat] contre toutes les formes de totalitarisme, de violence, d'oppression et de dégradation morale, toutes au nom des valeurs de l'Église catholique, qui sont les valeurs suprêmes de la dignité humaine et de la solidarité. »

Drapeau du Luxembourg Luxembourg

  • Jean-Claude Juncker, premier ministre : « Jean Paul II a été un infatigable défenseur des droits de l'homme et il s'est fait l'avocat de la liberté religieuse et de la justice sociale. »

Drapeau de Monaco Monaco

  • Albert de Monaco, prince héréditaire et régent, honore « la mémoire, le courage de l'homme et du pèlerin vicaire du Christ prêchant à travers le monde la foi, la dignité humaine, la liberté, la vérité, la paix, l'assistance aux pauvres et son espérance en la jeunesse. »

Flag of the Netherlands.svg Pays-Bas

  • Jan Peter Balkenende, premier ministre : « Le pape était un infatigable combattant pour la paix, la justice et la démocratie. Humain au quotidien, il était surhumain par son sens des responsabilités. »

Flag of Poland.svg Pologne

  • Selon certaines sources, l'ancien président Lech Wałęsa aurait fait annoncer par l'un de ses fils qu'il préférait s'abstenir de réaction pour le moment, préférant se consacrer à la prière et au recueillement. Mais, par ailleurs, CNN rapporte que M. Wałęsa aurait dit – peut-être avant l'annonce du décès – que sans Jean-Paul II, « le communisme [en Europe de l'Est] n'aurait pas pris fin ou sinon beaucoup plus tard et sans doute dans des conditions sanglantes » (there would be no end of communism or at least much later and the end would have been bloody).
  • Aleksander Kwaśniewski président : « Un grand pape nous a quittés, notre plus grand compatriote aussi. Il n'y aurait pas eu de Pologne libre sans un pape polonais. Il a contribué à briser le rideau de fer et à élargir l'Union européenne. »

Flag of Portugal.svg Portugal

  • Jorge Sampaio salue notamment, dans un long communiqué, une « vision universaliste et œcuménique » (uma visão universalista e ecuménica) et de « courageuses prises de position dans la défense de la paix, des droits de l'homme, des droits sociaux des personnes, des exclus et des humbles, et ses gestes de réconciliation et de repentance » (corajosas tomadas de posição na defesa da paz, dos direitos humanos e por direitos sociais dos povos e das pessoas excluídas e humilhadas; por gestos de reconciliação e pedidos de perdão).

Flag of the United Kingdom.svg Royaume-Uni

  • la reine Élisabeth II a fait diffuser un communiqué faisant part de son « profond chagrin » (deep sorrow) et indiquant qu'elle se souvenait notamment de « l'œuvre du pape Jean-Paul II pour l'unité des chrétiens » (the work of Pope John Paul II for Christian unity), en particulier pour le rapprochement de l'Église catholique romaine et de l'Église anglicane.
  • Tony Blair, premier ministre : « Tout au long d'une vie dure et souvent difficile, il est resté ferme pour la justice sociale et aux côtés des opprimés, que ce soit en tant que jeune homme affrontant l'occupation nazie en Pologne ou, plus tard, en défiant le régime communiste. Il n'a jamais hésité, jamais flanché jamais, dans sa lutte pour ce qu'il pensait être bon et juste. » (Throughout a hard and often difficult life, he stood for social justice and on the side of the oppressed, whether as a young man facing the Nazi occupation in Poland or later in challenging the communist regime. He never wavered, never flinched, in the struggle for what he thought was good and right.)
  • Margaret Thatcher, ancien premier ministre : « Sa vie a été une longue lutte contre les mensonges utilisés pour excuser le mal. En combattant les tromperies du communisme et en proclamant la vraie dignité de l'individu, il a été la force morale derrière la victoire dans la guerre froide. » (His life was a long struggle against the lies employed to excuse evil. By combating the falsehoods of communism and proclaiming the true dignity of the individual, his was the moral force behind victory in the Cold War.)

Drapeau de la Russie Russie

  • le président Vladimir Poutine rend hommage à « une figure exceptionnelle de notre temps, à laquelle est associée une ère tout entière ».

Drapeau de la Slovaquie Slovaquie

  • Ivan Gašparovič, président de la République, voit en lui « un symbole de la chute du communisme en Europe, un défenseur des droits de l'Homme et de la liberté ainsi qu'un adversaire de la violence et de l'injustice ».

Flag of Switzerland.svg Suisse

  • le Conseil fédéral a adressé ses sincères condoléances au Saint-Siège et à l'église catholique : «Avec Jean-Paul II se termine un pontificat qui restera gravé dans l'histoire. De part sa personnalité charismatique, il a durant un quart de siècle laissé son empreinte dans l'histoire du monde au-delà des frontières religieuses. Nous Suissesses et Suisses nous souviendrons des différentes visites de Jean-Paul II dans notre pays, entre autres de son passage à Berne l'été dernier, au cours duquel il a su captiver notre jeunesse »

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.