Encyclopédie Wikimonde

Réseau Mutu

Aller à : navigation, rechercher

Le réseau Mutu est un réseau de médias alternatifs francophones. La particularité des médias du réseau mutu est de s’ancrer dans une localité, d’être liés aux luttes, d’être participatif et anti-autoritaire. Tout le monde peut proposer un article dessus, article qui doit être validé par le groupe de modération local. Chaque média du réseau est indépendant dans son fonctionnement. Les médias du réseau Mutu se veulent des « médias des mouvements sociaux » pour proposer une alternative aux « médias sociaux »[1].

Le réseau Mutu a été créé en 2013, le plus ancien média étant Rebellyon (2005), le plus consulté étant Paris Lutte info (créé en 2013)[1].

Ce réseau rassemble à la fois du partage technique (interface du site, hébergement, échange de connaissances), et des réflexions sur le fond (enjeux de l'information, comment publier, etc.) [2].[source insuffisante]

L'histoire du réseau

En novembre 2004, des militants lyonnais font, selon eux, le constat que « la presse dominante est le relais fidèle et servile des intérêts capitalistes » et décident de créer un média alternatif autonome politiquement, financièrement et techniquement. Une distance est faite avec le réseau Indymedia et son principe de publication ouverte, tout en gardant un esprit collaboratif : « Sur Indy, il y a des choses qui n’ont pas d’intérêt, qui polluent le site. Et il y a des textes dont le contenu est intéressant mais qui, dans l’état, sont pour nous impubliables »[3] tout en partageant l'idée de nouveaux médias qui portent une critique radicale du journalisme et construisent un rapport plus horizontal à l’information.

Comme le souligne le site anglais libcom : « En combinant la publication ouverte avec un processus éditorial transparent, cela a aidé Mutu à surmonter les problèmes qu’Indymedia a connu là où leurs sites se sont fait inondés de spam et de conspirations antisémites ; par le travail de modération du collectif du site en question, les gens voulant publier des spams ou des articles trolls sont découragés à le faire[4]

  • novembre 2004 : débuts de Rebellyon.info[5] (Lyon)
  • juin 2007 : emménagement dans un serveur de la colo Riseup
  • juillet 2008 : premières rencontres « médias libres » à Lyon
  • décembre 2009 : achat du serveur actuel de Mutu à Seattle.
  • août 2011 : deuxièmes rencontres « médias libres » à Forcalquier
  • avril 2013 : annonce du projet « de mutualisation » par Rebellyon
  • printemps 2013 : premières réus à Paris, Reims et Tours.
  • juin 2013 : lancement de Iaata[6](Toulouse)
  • août 2013 : 3es rencontres médias libres sur la ZAD à Notre-Dame-des-Landes
  • novembre 2013 : lancement de Paris-luttes [7](IDF)
  • décembre 2013 : lancement de la Rotative [8] (Tours)
  • janvier 2014 : 1res rencontres Mutu à Tours
  • printemps 2014 : 2es rencontres Mutu près de Lyon
  • automne 2014 : 3es rencontres Mutu à Toulouse
  • décembre 2014 : lancement de Reims médias libres [9]
  • janvier 2015 : création du site mutu.mediaslibres.org
  • janvier 2015 : première bière de soutien à Mutu, par le collectif de Renversé
  • avril 2015 : lancement de Brest médias libres devenu bourasque.info [10]
  • printemps 2015 : 4es rencontres Mutu à Paris
  • juin 2015 : lancement de Renversé, sur Genève et la Suisse romande
  • juin 2015 : fête des 10 ans de Rebellyon
  • juillet 2015 : lancement de Marseille infos autonomes (« Je pense le MIA »)[11]
  • automne 2015 : 5es rencontres à Reims
  • mars 2016 : lancement du Pressoir à Montpellier [12]
  • mars 2016 : le Numéro Zéro[13], qui existe depuis 2003 à St Étienne, rejoint le réseau
  • printemps 2016 : 6es rencontres Mutu à Genève
  • juin 2016 : lancement d’ Expansive à Rennes[14]
  • juillet 2016 : Renversé.ch déménage et devient Renversé.co
  • Juillet 2016 : lancement de Manif-Est à Nancy [15] (Nancy et le grand Est)
  • novembre 2016 : 7es rencontres à Marseille.
  • Janvier 2017 : débuts d’À l’Ouest [16] (Rouen)
  • février 2017 : lancement de Cric-Grenoble.info[17]
  • printemps 2017 : 8es rencontres Mutu à Rennes.
  • mai 2017 : lancement de Barrikade.info [18], site de la Suisse alémanique
  • automne 2017 : Lancement de la Bogue[19] (Limousin) ; 9es rencontres Mutu à Montpellier
  • printemps 2018 : Lancement de Dijoncter[20](Dijon)
  • automne 2018 : 10es rencontres Mutu à Dijon
  • Hiver 2018 : lancement de Basse-Chaine.info [21] (Angers)
  • Printemps 2019 : 11es rencontres Mutu a Grenobles
  • Juin 2019 : lancement de EmRawi [22]( Vienne, Autriche)

Diffusion et audience

Selon l'article "Le Mutu, c’est toi !" paru dans CQFD n°155[23], en juin 2017, de Ferdinand Cazalis, le réseau Mutu compte entre un et deux millions de vues mensuelles avec de grande disparité entre les sites, paris-luttes.info dépassant le million et rebellyon.info(lyon) plus de 250 000. Les sites les plus récents en comptent chacun plusieurs dizaines de milliers. Le réseau Mutu est décrit par le journal Libération comme étant "[un] réseau qui recense les sites dits «anti-autoritaires», [qui] mettent en avant la contribution participative, l’aide à la publication ou l’ancrage local. "[24]

Suite a une rencontre avec le réseau Mutu, des animateurs du site libcom.org appellent, dans le numéro de l'été 2019 de la revue Freedom, à développer un maillage similaire en Angleterre [25]. Les sites du réseau Mutu font partie des sources alimentant différents portails de presse indépendant comme le portail Medialibre de basta[26] ! ou encore ou la sélection hebdomadaire du collectif "Actu en continu"[27] présent sur Médiapart.

Financement

Le réseau Mutu se déclare en auto-financement, ne touchant aucune subvention de l'État, d'entreprises privées ou d'associations, et fonctionnant uniquement grâce aux cotisations de ses membres, mais aussi grâce à des soirées de soutien qui ont lieu régulièrement [28].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Le réseau Mutu : la renaissance des médias radicaux », sur renverse.co (consulté le 4 août 2019)
  2. « Présentation du réseau « Mutu » - ReseauMutu.info », sur reseaumutu.info (consulté le 4 août 2019)
  3. Indymedia aujourd'hui : la critique en acte du journalisme et les paradoxes de l'open publishing de Yannick Estienne
  4. Traduction de l'article en français sur le site renversé.co : https://renverse.co/Le-reseau-Mutu-la-renaissance-des-medias-radicaux-1622
  5. http://rebellyon.info
  6. https://iaata.info
  7. https://paris-luttes.info
  8. https://larotative.info
  9. https://reimsmediaslibres.info
  10. https://bourrasque-info.org/
  11. https://mars-infos.org
  12. https://lepressoir-info.org/
  13. https://lenumerozero.lautre.net/
  14. https://expansive.info
  15. https://manif-est.info
  16. https://a-louest.info
  17. https://cric-grenoble.info
  18. https://barrikade.info
  19. https://labogue.info/?lang=fr
  20. https://dijoncter.info
  21. https://basse-chaine.info/
  22. www.emrawi.org
  23. http://cqfd-journal.org/Le-Mutu-c-est-toi
  24. https://www.liberation.fr/france/2017/09/22/automedias-on-n-est-jamais-mieux-informe-que-par-soi-meme_1598309
  25. Mutu: rethinking our radical media : https://libcom.org/library/mutu-rethinking-our-radical-media
  26. Médias libres, La sélection de Basta ! : https://portail.bastamag.net/
  27. https://blogs.mediapart.fr/collectif-lactu-en-continu/blog/270719/actu-en-continu-2-aout-2019
  28. Dernière soirée de soutien en 2019 :https://paris-luttes.info/soiree-paris-luttes-la-fete-a-mutu-11659

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).