Encyclopédie Wikimonde

Rachel Picard

Aller à : navigation, rechercher
Rachel Picard
Naissance (52 ans)
Lyon (Lyon)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
dirigeante d'entreprise
Formation

Rachel Picard, née à Lyon le 11 décembre 1966, est une dirigeante d’entreprise, directrice générale de Voyages SNCF depuis 2014.

Parcours professionnel (hors SNCF)

Rachel Picard débute sa carrière[1] comme adjointe à la direction des ventes à Valle Nevado, une station de ski située au Chili. De 1991 à 1993, elle fait un passage chez Eurodisney pour développer les ventes du parc. De 1993 à 2000, Rachel Picard intègre Frantour (groupe SNCF puis groupe Accor), successivement comme responsable marketing (1993-1995), puis directrice marketing et communication (1995-1997) et directrice Tour Operating Europe. De 2000 à 2004, elle est directrice générale des Éditions Atlas voyages. De 2010 à 2012, Rachel Picard est directrice générale déléguée puis présidente de Thomas Cook.

Parcours à la SNCF

Voyages-SNCF.com et Gares & Connexions

Rachel Picard entre à la SNCF en 2004, en tant que directrice générale adjointe puis directrice générale de Voyages-SNCF.com (2007-2010)[2]. En 2012, Guillaume Pepy la nomme directrice générale de Gares & Connexions, elle entre au comité exécutif de la SNCF. Elle a pour feuille de route de modifier les gares françaises en y introduisant des services physiques et digitaux[3],

Direction générale Voyages SNCF (2014- ) : la transformation de la grande vitesse[4],[5].

Fin 2014, Rachel Picard devient directrice générale de Voyages SNCF. Elle succède à Barbara Dalibard. Elle y retrouve la distribution digitale, et gère les lignes TGV en France et à l’International (Thalys, Eurostar, Alleo, Elipsos, France-Italie, Lyria)[6]. Elle applique le projet "Réinventer le TGV"[7] pour répondre à deux critiques principales sur l'offre TGV: la cherté et la complexité du système, dans un contexte concurrentiel face à la voiture, à l'aérien et au bus. Sa stratégie a pour objectif de faire voyager 25 millions de voyageurs supplémentaires en 2020 en proposant une offre" moins chère, accessible à tous, plus simple et plus fiable, avec de nouveaux services comme l'installation du Wifi à bord"[8],[9].

OUIGO, TGV INOUI, OUI.sncf

Rachel Picard décide dans un premier temps de développer Ouigo, l'offre low-cost lancée en 2013 depuis Marne-la-Vallée vers le sud-est. En décembre 2015, Ouigo dessert des destinations comme Nantes, Lyon et Rennes[10],[11]. L'offre devient nationale, représentant environ 20 % du trafic de la grande vitesse. 50 % des clients Ouigo sont des nouveaux voyageurs grande vitesse train[12].

Après une polémique liée à une fuite dans la presse en mai 2017 du nom "Inoui"[13], TGV Inoui est expérimenté sur la ligne à grande vitesse Paris - Bordeaux inaugurée en juillet 2017. Rachel Picard lance officiellement cette nouvelle offre de services en septembre 2018, pour une couverture nationale à l'horizon 2020,[14].

En décembre 2017, pour compléter le dispositif que Rachel Picard nomme la "oui stratégie", Voyages-SNCF.com[15], qu'elle avait dirigé de 2004 à 2010, est renommé OUI.sncf. C'est devenu le premier site d'e-commerce français[16].

Le changement du modèle[17]

La reprise des trafics depuis l’automne 2016 (+16 % en 2018 versus 2016 sur la grande vitesse domestique), semble valider l'orientation stratégique prise par Rachel Picard. TGV peut continuer à prendre des parts de marché[18] et proposer des déplacements économiquement accessibles. En 2018, 140 millions de voyageurs ont été transportés en France et à l’international. Les TGV Inoui circulent entre Paris et Bordeaux, Strasbourg, Lyon et Lille[19].

Ouigo en 2018 transporte 13 millions de voyageurs[20], vers 25 destinations. Partant de gares périphériques en Ile-de-France, Rachel Picard décide d'élargir la zone de chalandise l'offre low-cost à trois gares du centre de Paris.

En juillet 2018, Guillaume Pepy et Rachel Picard annoncent la commande à Alstom de 100 rames "TGV du futur"[21],[22].

Le 22 mars 2019, au cours d'un séminaire de presse, Rachel Picard présente la "nouvelle gamme tarifaire" qui entre en application le 9 mai 2019[23],[24].

Notes et références

  1. Mathieu Garcia, « Entretien avec Rachel Picard », Le Quotidien du Tourisme,‎ , p. 14-15 (lire en ligne)
  2. François Bostnavaron, « Rachel Picard: "L'année 2009 a confirmé le retour du client malin" », Le Monde économie,‎ (lire en ligne)
  3. Claire Morel, « Rachel Picard et Roger Barbary: "La gare doit devenir un lieu de vie et de plaisir" », Relationclientmag.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Pauline Damour, « La tête chercheuse », Challenges,‎ (lire en ligne)
  5. Éric Béziat, « Rachel Picard, la "Mme Oui" du TGV », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Éric Béziat, « En Europe, trois femmes sont à la tête des trains à grande vitesse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Lionel Steinmann, « La SNCF dévoile son "projet reconquête" pour le TGV », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  8. Valérie Collet, « La SNCF tente de réconcilier ses clients avec le TGV », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. « être une femme, les grands entretiens: l'interview de Rachel Picard », sur Chérie 25, (consulté le 15 mai 2019)
  10. Fabrice Gliszczynski, « TGV low-cost: la SNCF accélère », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  11. Florian Cazeres, « La SNCF mise sur le low-cost après une année 2016 difficile », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Erwan Benezet, « Sans OUIGO, de nombreux voyageurs ne seraient pas venus au TGV », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  13. Thomas Pontiroli, « TGV INOUI entre en gare », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  14. Thomas Pontiroli, « la SNCF lance la marque TGV INOUI », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  15. FD, « une fois de plus, la SNCF dit oui », Ville, rails et transports,‎ (lire en ligne)
  16. « OUI. sncf reste le premier site français d'e-commerce », sur LESECHOS.fr,
  17. Lionel Steinmann, « 2017, l'année du retour en grâce du TGV », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  18. Pauline Garaude, « Rachel Picard redonne de la vitesse au TGV », Forbes,‎ (lire en ligne (https://www.forbes.fr/femmes-at-forbes/rachel-picard-dg-de-voyages-sncf-redonne-de-la-vitesse-au-tgv/))
  19. Stéphane Jaladis, « interview de Rachel Picard », voyages d'affaires,‎ mars-avril-mai 2019 (lire en ligne (https://www.voyages-d-affaires.com/rachel-picard-voyages-sncf-20190401.html))
  20. Lionel Steinmann, « La SNCF célèbre les cinq ans de OUIGO, pièce maîtresse du renouveau du TGV », Les Échos,‎ (lire en ligne (https://www.lesechos.fr/2018/09/la-sncf-celebre-les-cinq-ans-du-tgv-low-cost-ouigo-977624))
  21. dossier, « La SNCF conjugue le TGV au futur », ville rails et transports,‎ (lire en ligne (https://www.ville-rail-transports.com/dossiers/sncf-conjugue-futur/))
  22. Delphine Denuit, « La SNCF investit 3 milliards dans le TGV du futur », Le Figaro,‎ (lire en ligne (http://www.lefigaro.fr/societes/2018/07/26/20005-20180726ARTFIG00171-tgv-du-futur-la-mega-commande-de-la-sncf-a-alstom.php))
  23. Fabrice Gliszczynski, « La SNCF casse les prix des cartes de réduction avant l'ouverture à la concurrence », La Tribune,‎ (lire en ligne (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/la-sncf-casse-les-prix-des-cartes-de-reduction-avant-l-ouverture-a-la-concurrence-811696.html))
  24. Julie Szmul, « SNCF: des billets plus facilement échangeables et remboursables », Francebleu.fr,‎ (lire en ligne (https://www.francebleu.fr/infos/transports/sncf-des-billets-plus-facilement-echangeables-et-remboursables-1557305750?xtmc=SNCF%20des%20billets%20plus%20facilement%20%C3%A9changeables&xtnp=1&xtcr=5))

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).