Encyclopédie Wikimonde

Rachid Abou Houdeyfa

Aller à : navigation, rechercher

Rachid Abou Houdeyfa est un imam français qui officie dans une mosquée de Brest.

Biographie

Rachid Abou Houdeyfa est né à Brest vers 1980. Il est d'origine marocaine. Il a animé des conférences à Montréal. Il a participé au salon musulman du Bourget. « Il dit avoir été formé par des gens de sciences, notamment en Arabie saoudite où il a séjourné « plus de cinq fois » »[1].

En 2008 il officie dans la mosquée de Pontanézen, au nord de Brest. C'est une mosquée réputée islamiste. En effet, en 2003 un de ses prédécesseurs « avait été expulsé pour avoir incité la jeunesse à se révolter »[1].

Il se met en scène alors dans des vidéos sur Youtube particulièrement suivies[2].

Idéologie

Classé comme salafiste.

Comme bon nombre de salafistes, il refuse de se décrire ainsi et « se décrit comme un musulman qui « suit le Coran et la Sounnah » avec « la compréhension des ancêtres pieux » ».[réf. nécessaire]

Il prône le niqab.

Selon lui « le vêtement de la piété, c'est le meilleur que tu peux porter, dit-il en s'adressant aux femmes. La manière dont tu t'habilles peut créer des troubles. Les coupes et chignons au-dessus de la nuque sont interdits ». Il prône le port du voile intégral pourtant interdit en France. « Il ne fait aucun doute qu'il est interdit à la femme de laisser apparaître son visage et ses mains devant un étranger »[3].

Il accepte le principe démocratique.

Lors de l'élection présidentielle française de 2012, « il a recommandé aux musulmans et aux musulmanes de voter au nom de « l'intérêt » de la communauté musulmane. Ces propos lui ont valu des critiques d'autres imams qui pensent que la démocratie est « impie » et que seul Dieu peut légiférer »[1].

Il considère la musique comme une abomination.

En mai 2014, il déclare dans un prêche que ceux qui écoutent de la musique seront engloutis par la Terre. Ce prêche a été repris de très nombreuses fois après le massacre du Bataclan du 13 novembre 2015 [4].

Liens externes

Notes et références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Le Télégramme
  2. [1]
  3. Site personnel
  4. [2]
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).