Encyclopédie Wikimonde

Racine - Les enseignants patriotes

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Racine - Les enseignants patriotes (anciennement Collectif Racine) est une association française d'enseignants. D'abord proche du Front national (FN), elle soutient le parti dissident Les Patriotes (LP).

Chronologie

Le 12 octobre 2013, le Collectif Racine est fondé à Paris par Marine Le Pen, Alain Avello (professeur de philosophie) ainsi que d'autres membres ou sympathisants du Front national[1],[2],[3],[4],[5].

Il revendique quatre-vingt-dix adhérents le mois de sa fondation[2],[3] et quatre mille visites quotidiennes sur son site internet[4].au moment de sa création. Le collectif serait en 2016 implanté dans dix-huit départements et revendique 1500 membres, dont il souhaite préserver l'anonymat[6].

Fin novembre 2014, alors que débutent les élections professionnelles dans l'Education nationale, Racine formule par voie de communiqué de presse des recommandations de vote, en appelant à faire barrage aux syndicats ayant accompagné les réformes délétères conduites au cours des 30 dernières années (SGEN-CFDT, SE-UNSA et SNES-FSU) ou n'observant pas le principe de neutralité idéologique (SUD Education), et en recommandant aux enseignants de se déterminer librement en faveur du SN-FO-LC (classé à gauche) ou du SNALC (plutôt classé à droite).[réf. nécessaire]

En octobre 2015, Daniel Philippot (père de Florian Philippot, vice-président du FN), prend la direction du collectif en Hauts-de-France[7].

En septembre 2017, lors de son Assemblée générale de Tourcoing, l'association rompt tout lien avec le FN, change de nom et apporte son soutien à Florian Philippot, à la tête des Patriotes[8]. Alain Avello est confirmé dans sa fonction de président, Daniel Philippot, directeur d'école en retraite, et Pierre Miscevic, professeur de Chaire supérieure dans un grand lycée parisien sont élus vice-présidents.

Depuis 2013, Racine a publié de nombreux communiqués de presse, une "Lettre", d'abord mensuelle, puis trimestrielle de 32 pages, avec interruption de la publication selon l'actualité politique, organisé plusieurs dizaines de conférences, à Paris comme en province, et élaboré un projet complet de redressement de l'école et de l'université : les "100 propositions pour l'Ecole et l'Université de demain"[réf. nécessaire].

Projets

En septembre 2016, le collectif remet cent propositions à Marine Le Pen, à l'occasion de sa première Convention présidentielle dédiée à l'école et à l'université. Il propose notamment[1],[9] :

  • la fin du collège unique ;
  • l'autorisation de l'apprentissage dès quatorze ans ;
  • le durcissement des sanctions ;
  • l'enseignement de la lecture par la méthode syllabique[1],[5] ;
  • le respect de l'autorité professorale[1],[3] ;
  • le retour de l'uniforme et des cours magistraux ;
  • le retour des sanctions et des récompenses[1],[4] ;
  • la hausse du temps consacré au français ;
  • l'abandon de l’apprentissage d’une langue étrangère en primaire ;
  • la mise en internat des élèves perturbateurs ;
  • la création d'une discipline nommée « civisme et droit » ;
  • de mettre fin à la scolarisation des clandestins ;
  • l'abolition de la réforme des rythmes scolaires ;
  • la revalorisation du bac[1] ;
  • un repérage des cas de précocité scolaire ;
  • de valoriser les grandes œuvres françaises ;
  • de ramener la préparation du baccalauréat professionnel à quatre ans ;
  • de restreindre la représentation des parents d’élèves, au sein des organes décisionnaires.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 « Marine Le Pen : ce qu'elle a (vraiment) en tête pour l'école », sur Libération.fr, (consulté le 11 avril 2019)
  2. 2,0 et 2,1 « Avec le collectif Racine, le Front national tente d'attirer à lui les enseignants », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2019)
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 « Collectif Racine : des frontistes "à la conquête" du monde enseignant », sur France 24, (consulté le 11 avril 2019)
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 BFMTV, « « Racine »: le FN investit le monde enseignant », sur BFMTV (consulté le 11 avril 2019)
  5. 5,0 et 5,1 Nicholas Guégan, « Les vieilles recettes du FN pour séduire les enseignants », Le Point,‎ (lire en ligne)
  6. « Le collectif Racine est lancé dans la Loire », sur France Bleu, (consulté le 13 avril 2019)
  7. « Le père de Florian Philippot dirigera le collectif Racine dans le Nord », sur RTL.fr (consulté le 13 avril 2019)
  8. « Le Collectif Racine s’affranchit du FN – Les Patriotes » (consulté le 11 avril 2019)
  9. « Nos 100 propositions | Racine » (consulté le 19 avril 2019)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).