Encyclopédie Wikimonde

Rassemblement pour la France (1992)

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RPF.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le RPF fondé par Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Pour le RPF fondé par Charles Pasqua, voir Rassemblement pour la France (1999).

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Logo

Le Rassemblement pour la France (abrégé en RPF) est un parti politique français fondé en 1992 par Nicolas Stoquer[1].

Présentation

Nicolas Stoquer en 2011.

Il a bénéficié de la dispersion des réseaux souverainistes engendrée par la création de l'UMP en 2002. Il entend « défendre la nation française, son identité, sa culture, ses traditions dans le respect des valeurs gaullistes d'indépendance et de souveraineté populaire[2] ».

Le 22 mars 2012[3], le comité directeur du RPF a élu à l'unanimité le député du Nord Christian Vanneste à la présidence du parti[4]. À cette occasion, ce dernier a déclaré vouloir « donner au gaullisme la force d'un renouveau qui lui permettra de servir la France »[4], et souhaiter associer le RPF à l'UMP afin d'en faire le « pied droit » de cette dernière pour l'équilibrer par rapport au Parti radical[5]. Nicolas Stoquer a remis sa démission le jour même. À la suite de la médiatisation de cette nomination, Charles Pasqua a tenu à éclaircir la « confusion » qui a pu être faite avec son parti le RPFIE (appelé RPF avant 2003), indiquant qu'il y a eu le RPF de Charles de Gaulle, et maintenant le RPF de Christian Vanneste.

Élections

Logotype du Rassemblement pour la République.

Lors des élections cantonales de 2011, le RPF s'allie à l'Union républicaine populaire (URP), un parti fondé par l'ancien député de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) Christian Jeanjean[1],[6].

Lors des élections législatives 2012, le Rassemblement pour la France présente plusieurs candidats dont son président Christian Vanneste. Deux des candidats de Vaucluse signent une « charte d'union de la droite et du centre » avec le maire Ligue du Sud d'Orange Jacques Bompard. Le RPF soutient également dès le premier tour Jacques Peyrat à Nice. Au second tour le parti appelle à voter pour des candidats UMP (Valérie Wagner, Charles-Ange Ginésy, Marie-Christine Salmona), du Rassemblement bleu Marine (Marion Maréchal-Le Pen, Gilbert Collard, Émile Cavasino) et pour Bompard.[réf. nécessaire]

En juillet 2014, Frédérik Bigrat dépose le nom et le logo du Rassemblement pour la République pour le compte du RPF[7],[8].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Rassemblement pour la France (RPF) 1992 », sur france-politique.fr (consulté le 8 juin 2012).
  2. Statuts 2012, sur rpf-site.fr, le site officiel du RPF. Consulté le 11 mai 2012.
  3. « Le député Christian Vanneste président du RPF », sur medias-france-libre.fr, 24 mars 2012. Consulté le 11 mai 2012.
  4. 4,0 et 4,1 « Christian Vanneste élu à la tête du RPF », AFP, sur lefigaro.fr, le site du Figaro, 22 mars 2012. Consulté le 11 mai 2012.
  5. François Krug, « Christian Vanneste nargue l’UMP en créant son micro-parti », Rue89, 19 avril 2012. Consulté le 11 mai 2012.
  6. « Union Républicaine Populaire (URP) », sur france-politique.fr. (consulté le 8 juin 2012).
  7. « Le RPR ressuscité dans le Vaucluse pour siphonner l'UMP », sur Le Figaro, .
  8. « Non, le RPR de Jacques Chirac ne renaît pas de ses cendres », sur Le Lab, (consulté le 18 mai 2019).

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).