Encyclopédie Wikimonde

Rebecca Amsellem

Aller à : navigation, rechercher
Rebecca Amsellem

Rebecca Amsellem (née le 15 octobre 1988 à Paris) est une activiste féministe franco-canadienne, créatrice de la newsletter Les Glorieuses (2015) et fondatrice de la société Gloria Media (2018).

Biographie

Après l’obtention du baccalauréat elle intègre SciencesPo Toulouse en 2007, où elle réalise un cursus de cinq ans en « Affaires internationales ». Elle obtient également un double master à l'Université Panthéon-Sorbonne en économie et gestion des produits culturels. Une fois diplômée, elle rédige une thèse sur Les stratégies d’internationalisation des musées et l’impact sur leurs modèles économiques et devient docteure en économie[1]. Sa thèse obtient le prix Enctact 2017 et est traduite en anglais en 2019[réf. nécessaire].

Elle a enseigné à la Sorbonne[réf. nécessaire] et enseigne également à SciencesPo[réf. nécessaire].

En 2015, elle lance la newsletter féministe Les Glorieuses dans l'optique de constituer un nouvel imaginaire collectif où les femmes et les hommes sont égaux.

Les Glorieuses sont aujourd'hui plus de 110 000 abonnés. Le contenu éditorial est centré sur les questions de sororité.

Elle est à la tête de Gloria Media, une société de production de newsletters créée en 2018.

Rebecca Amsellem est l'auteure des Glorieuses : chroniques d'une féministe (2018, Hoëbeke[2]).

Engagements politiques et féministes

Elle créé la newsletter Les Glorieuses en 2015 [3]. Dans ce média, elle rédige toutes les semaines une newsletter qui parle de sujets sociétaux liés à l'émancipation des femmes, de non-binarité, d'intersectionnalité[4]. En 2018, elle lance le Club des Glorieuses, un format d'abonnement pour les lectrices, pour lesquelles une rencontre mensuelle est organisée autour de la question des féminismes.

En tant que chroniqueuse féministe, elle rédige plusieurs articles pour Le Nouveau Magazine littéraire, Elle, Femmes ici et ailleurs, dans lesquels elle défend un féminisme intersectionnel et inclusif[5].

Dans le cadre de son engagement militant, elle a donné des conférences à l'Assemblée nationale pour le Webathon de l'égalité femmes-hommes (2017) ainsi que pour la Délégation aux droits des femmes (2018). Elle dénonce les inégalités économiques subies par les femmes au Parlement européen (2017) ainsi qu'à la Fondation des Femmes[6].

En 2017, elle interpelle les pouvoirs publics dans une lettre ouverte dans laquelle elle demande de modifier le nom du musée de l'Homme en musée de l'humanité[7]. Cette revendication est suivie d'une pétition qui a un écho national[8].

Elle s'investit pleinement dans la plateforme politique et apartisane « Les femmes ont le pouvoir » pendant les élections présidentielles de 2017[9],[10].

Elle est à l’initiative du mouvement pour l'égalité salariale, #6Novembre15h35 (2018),  #3Novembre11h44 (2017), et #7Novembre16h34 (2016)[11],[12],[13].

Ces dates symboliques désignent le jour à partir duquel les femmes ne sont plus payées à cause des inégalités de salaires qui persistent entre les femmes et les hommes. Dans ce cadre là, elle intervient dans une multitude de médias digitaux comme Brut, Konbini et également dans des médias plus traditionnels comme Libération, Le Monde...

A travers ses prises de paroles et de positions, elle défend fermement l'écriture inclusive et plaide pour une transformation non-genrée de la langue française[14].

Prix et distinctions

Publications

Notes et références

  1. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  2. « Rebecca Amsellem : « Je me bats pour que le corps des femmes cesse d’être l’objet de commentaires » », sur Marie Claire (consulté le 13 mars 2019)
  3. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  4. « Les Glorieuses, la newsletter d’info sur et par les femmes », sur lesinrocks.fr
  5. « On a parlé féminisme avec Rebecca Amsellem », sur https://www.lesinrocks.com,
  6. « “Pour 73 % des Français, le gouvernement n'en fait pas assez contre les inégalités salariales hommes-femmes“ », sur franceinter.fr
  7. « Pour l'égalité, nous demandons de renommer le musée de l’Homme en musée de l’humanité », sur www.huffingtonpost.fr,
  8. « BLOG - Pour l'égalité, nous demandons de renommer le musée de l’Homme en musée de l’humanité », sur Le Huffington Post, (consulté le 3 avril 2019)
  9. « Les Glorieuses lancent «Les Femmes Ont le Pouvoir» », sur France Bleu (consulté le 13 mars 2019)
  10. « “Marche anti-Trump dans le monde : « montrer que les femmes sont la première puissance politique » “ », sur europe1.fr,
  11. « Après le 3 novembre, les Européennes travailleront... pour rien », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2019)
  12. « A partir du 3 novembre à 11h44, les femmes travaillent bénévolement : comment ont-elles (encore) perdu quatre jours ? », sur LCI, LCI (consulté le 13 mars 2019)
  13. « A 16h34, ces femmes ont cessé de travailler pour demander plus d'égalité », sur Franceinfo, (consulté le 13 mars 2019)
  14. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).
  15. Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).