Encyclopédie Wikimonde

Rebellyon

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Adresse https://rebellyon.info/
Description Site d'information alternatif lyonnais
Slogan Lisez! Écrivez! Publiez!
Écrit en SPIP
Publicité Non
Type de site Site collaboratif
Langue Français
Siège social Lyon
Drapeau de la France France
Lancement 2004
État actuel actif

Rebellyon.info est un media alter­na­tif Lyonnais géré par un col­lec­tif auto­nome et codé sous SPIP. Il n’est pas com­posé de pro­fes­sion­nels des médias, mais d’indi­vi­dus béné­vo­les et mili­tants. Il s’ins­crit, en tant que média libre, au sein du mou­ve­ment anti-auto­ri­taire lyon­nais, tout comme Radio Canut ou la librairie la Gryffe. Son modèle est celui d'un site collaboratif où toutes et tous peuvent proposer un article. Ainsi le collectif d'animation du site a pour principal rôle la modération d'articles proposés par des militants, de habitants et des individus de Lyon et ses environs ; et le développement et l'entretien technique du site. Les articles étant quant à eux proposés par les lecteurs et lectrices.

Contrairement au réseau Indymedia, Rebellyon.info n'est pas un site en Open-publishing. Si tous le monde peut proposer des articles, un collectif d'animation existe afin d'accompagner les auteurs et autrices en vue d'une publication, via une aide à la mise en page, à la correction orthographique, à la bonne insertion des documents et des images, ainsi qu'à la vérification du respect la charte de publication. Contrairement à l'Open-publishing, l'équipe d'animation se réserve le droit de refuser des articles qui ne respecteraient pas la charte.

Histoire

2004 : Fondation

En novembre 2004, les fondateurs font, selon eux, le constat que « La presse dominante est le relais fidèle et servile des intérêts capitalistes »[1] et décide de créer un média alternatif autonome politiquement, financièrement et techniquement. Une distance est faite entre le réseau Indymedia et l'Open-publishing : « Sur Indy, il y a des choses qui n’ont pas d’intérêt, qui polluent le site. Et il y a des textes dont le contenu est intéressant mais qui, dans l’état, sont pour nous impubliables »[2], mais l'équipe fondatrice partage avec le réseau Indymedia l'idée de la nécessité de créer de nouveaux médias qui portent une critique radicale du journalisme et construisent un rapport plus horizontal à l’information grâce à un modèle collaboratif.

2013 : Création du réseau MUTU

En avril 2013, Rebellyon annonce un projet « de mutualisation » en vue de créer de nouveaux sites d'information sur son modèle. Ainsi en juin 2013 se lance le site d'information Iaata[3] (Information Anti Autoritaire Toulouse et Alentours) à Toulouse, puis en novembre de la même année, lancement de Paris-luttes.info[4], et enfin en décembre est lancé le site la Rotative[5] à Tours. Ces trois sites seront à la base du réseau Mutu[6] qui regroupe en 2019 19 sites d'information alternatif en France, Suisse et Autriche.

2015 : Fête des 10 ans

Pour ses 10 ans d’existence, du samedi 20 au dimanche 28 Juin 2015, dans plusieurs lieux militants et politique de Lyon, dont l'Atelier des Canulars[7] ou le CEDRATS, le collectif d'animation de Rebellyon organise débats, fêtes, expos, réunions pour discuter de sujet aussi variés que les médias libres, les luttes anti-carcérales, la répression policière ou encore la gentrification. La soirée de clôture, le samedi 27 juin, se déroule sur la place Guichard à Lyon, face à la Bourse du travail de Lyon et clôt la semaine part un concert de groupe alternatifs et locaux[8].

2017 : Rebellyon aujourd'hui

Le début de l'année 2017 est marqué par la publication de l'article "A -5C°, le maire de Lyon s’oppose à la mise à l’abri des personnes à la rue de sa ville"[9], article critique de la politique d’accueil des SDF du maire de Lyon Gérard Collomb, et de qui fera plus de 200.000 visites en quelques jours. Dès lors le site acquiert une visibilité qui dépasse les milieux militants d’extrême-gauche lyonnais et fait mensuellement environ 250.000 visites par mois[10]. Le média participe avec d'autres médias en ligne locaux, comme Rue89Lyon, à diffuser une information locale ancré à gauche et à l’extrême gauche.

Depuis 2010, et plus intensément depuis 2017 grâce à la mise en place d'une application dédiée, le site d'information fait régulièrement des suivis d'action et de manifestation locale en temps réel, s'inscrivant dans la lignée de la mise en ligne rapide d'information enclenché massivement par certains site et chaîne télévisée d'information en continue. Surfant entre journalisme et activisme politique[11], ces suivis sont souvent une des rares sources d'information directe quand les médias traditionnels sont absents, voire non admis lors d'une action militante.

Position de Rebellyon dans l'espace politique lyonnais

Le média est le point de jonction de plusieurs grands courants d'idées principalement liés aux différentes composantes du courant anti-autoritaire lyonnais : mouvement libertaire, féministe, anti-fasciste, syndicaliste, d'écologie politique et anarchiste. Des groupes politiques comme l'Union communiste libertaire (fusion de la Coordination des Groupes Anarchistes et Alternative libertaire), le Groupe Antifasciste Lyon et Environs (GALE), les syndicats locaux liés aux centrales CNT, Solidaires et CGT, publient régulièrement des appels à des actions politiques (manifestations, rassemblements, grèves), ou des communiqués.

Le site d'information relais régulièrement des témoignages, photographies et vidéos de violences policières sur l'agglomération de Lyon, notamment durant la Loi Travail [12] ou durant le mouvement des Gilets Jaunes où le site à fait le relais de nombreux suivis de manifestation et des violences qui s'y sont déroulés. Cette pratique s'inscrit dans la continuité du mouvement Copwatch né dans les années 90 aux États-Unis.

Le média alternatif est par ailleurs reconnus par la presse traditionnel qui l'utilise régulièrement comme source, spécialement la presse locale comme Rue89Lyon[13],[14], mais aussi la presse nationale[15],[16],[17] ; par exemple le média Basta ! considère Rebellyon.info comme une source potentiel[18], de plus en 2017, le site d'information est considéré comme "Plutôt fiable" par le Décodex[19]. Les textes ou récits d'évènements relayés par Rebellyon servent ainsi régulière de source à d'autres médias de presse écrite ou en ligne.

Le site est aussi utilisé par la presse comme baromètre de l’extrême gauche lyonnaise[20]. Notamment car il n'hésite pas à se faire le relais d'action illégale sur Lyon[21],[22]. L’anonymat total offert aux contributeurs et contributrices fait de Rebellyon.info une plate-forme de revendication pour les groupes ou individus politiques locaux qui souhaitent faire des revendications publiques de manière sécurisées et anonymes.

Diffusion et audience

Selon l'article "Le Mutu, c’est toi !" paru dans CQFD n°155[23], en juin 2017, de Ferdinand Cazalis, le site Rebellyon cumulerait 250 000 visites mensuelles, le classant dans le top 5 des médias d'information lyonnais en ligne. Le site a surtout une audience locale, mais via le réseau MUTU, il acquiert avec les années une audience et reconnaissance internationale[24].

Critiques et polémiques

Rebellyon financé par la CIA ?

En 2011, selon un article de l'Union Populaire Républicaine [25], le média serait potentiellement financé par la CIA. Le même jour, l'organisation politique annonçait déposer plainte contre Rebellyon.info[26] pour diffamation, injures publiques, refus du droit de réponse et atteinte à la liberté d'expression suite à la publication de l'article "Attention, l’ultra-droite souverainiste débarque à Lyon !"[27]. Le collectif d'animation du site répondra ironiquement ne pas être financé par la CIA dans un article publié quelques jours plus tard : « Rebellyon est manipulé par la CIA ?! »[28]. La plainte sera classé sans suite.

Controverse autour de Juan Branco

Le 6 mai 2019, un article à charge contre Juan Branco : "Crépuscule ou l’erreur de la confusion. À propos de l’idole Branco"[29] est publié sur le site. Écrit par des auteurs qui se définissent eux-mêmes comme "Des camarades anti-autoritaires lyonnais.e.s", l'article crée la polémique et est largement repris sur Twitter par des opposants du jeune pamphlétaire, poussant l'intéressé à faire plusieurs réponses publiques sur Twitter comme : « Les anarchos de @rebellyon_info qui mènent un procès victorien, reprenant les mots d'ordres délirants du pouvoir (Assange violeur, Branco homophobe !) et excomunications demi-savantes ("il a pas dit ISME"), pour finir RT par les journalistes du Parisien et du JDD »[30]. Polémique, l'article restera en ligne et sera complété le 27 mai par un second article[31], il fera débat au sein des "Gilets Jaunes" lyonnais, et poussera Juan Branco à annuler deux conférences à Lyon, dont une à Science Po Lyon[32].

Notes et références

  1. FAQ du site : https://rebellyon.info/Presentation-de-Rebellyon-Questions-141
  2. Estienne Yannick, Indymedia aujourd'hui : la critique en acte du journalisme et les paradoxes de l'open publishing, Mouvements, 2010/1 (n° 61), p. 121-131.
  3. https://iaata.info/
  4. https://paris-luttes.info/
  5. https://larotative.info/
  6. https://reseaumutu.info/
  7. Site : https://latelierdescanulars.wordpress.com/
  8. Programme de la semaine : https://rebellyon.info/Rebellyon-info-a-10-ans-et-ca-se-fete Rebellyon.info a 10 ans, et ça se fête !
  9. Lire en ligne : https://rebellyon.info/A-5Co-le-maire-de-Lyon-s-oppose-a-la-mise-17352
  10. http://cqfd-journal.org/Le-Mutu-c-est-toi
  11. Pierre Alonso et Salomé Vincendon,Journalistes activistes : l’actu heurt par heurt, Libération, 17 mai 2016
  12. Théau Monnet, « Loi travail » : des collectifs face à la violence policièreLe Monde, 15 avril 2016
  13. Un faux chantier urbain pour chasser les Roms de la Guillotière, à Lyon par Rue89Lyon publié le 26/08/2014
  14. À Villeurbanne, le squat comme ultime asile pour les migrants par Gabrielle Maréchaux publié le 09/01/2018
  15. Les migrants mineurs sont-il mieux traités en France qu'aux États-Unis? de Antoine Hasday, Slate, 9 juillet 2018
  16. Retour du racisme dans les tribunes de foot : le cas de Lyon, par L'Obs le 16 mars 2012
  17. Signaler les contrôleurs pourrait vous envoyer en prison par Julien Lausson, le 20 janvier 2016
  18. https://portail.bastamag.net/spip.php?page=sources
  19. Decodex - Sous le capot par Philippe Huysmans, vendredi 3 février 2017
  20. Loi travail : 18 personnes visées par des interdictions de manifestation à Lyon, Le Progrès, 5 juillet 2016
  21. Marion Maréchal indignée après la dégradation de l'ISSEP Lyon par des antifas, Huffington Post, 27 mars 2019
  22. Lyon: Le président de la métropole David Kimelfeld enfariné, une enquête en cours par Elisa Frisullo, article de 20 minutes du 02 février 2018
  23. Ferdinand Cazalis, Le Mutu, c'est toi ! (http://cqfd-journal.org/Le-Mutu-c-est-toi),CQFD, n°155, juin 2017
  24. Mutu: rethinking our radical media (https://libcom.org/library/mutu-rethinking-our-radical-media)
  25. https://www.upr.fr/actualite/upr-parti-politique/qui-veut-nuire-a-lupr-dr-jekyll-mrs-hyde-lantifasciste-boutoleau-et-la-tres-americanophile-professor-guyet/
  26. https://www.upr.fr/actualite/upr-parti-politique/depot-de-plainte-a-lencontre-de-mlle-ornella-guyet-et-des-sites-internet-indymedia-et-rebeyllyon/
  27. https://rebellyon.info/Attention-l-ultra-droite
  28. https://rebellyon.info/Rebellyon-est-manipule-par-la-CIA-9251
  29. https://rebellyon.info/Crepuscule-ou-l-erreur-de-la-confusion-A-20628
  30. https://twitter.com/rebellyon_info/status/1125438731434037249
  31. https://rebellyon.info/Le-best-seller-de-Juan-Branco-un-opuscule-20685
  32. https://www.arretsurimages.net/articles/les-chaotiques-conferences-de-juan-branco-dans-les-iep-de-province

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site officiel (https://rebellyon.info/)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).