Encyclopédie Wikimonde

Rosine Buhler

Aller à : navigation, rechercher

Rosine Buhler est un écrivain français, critique d'art et expert des peintres de Paris dont André Barbier, Claude Monet et Albert Marquet.

Biographie

Rosine Buhler est la fille de Robert Tarkakovski (journaliste et homme politique d'origine russe communiste proche de Maurice Thorez et Marcel Cachin) et de Muguette Buhler créatrice de mode ayant travaillé pour Paul Poiret, Madeleine Vionnet, Jean Patou

Rosine Buhler est né en 1940 à Paris.[1] Elle étudie au lycée Molière puis suit des cours de peinture à l'Académie de la grande Chaumière dans la classe de divers professeurs dont Roger Chapelain-Midy. Par sa famille, elle côtoie Fougita, Yves Brayer, Zao Wou-Ki, Hartung, Miro, Soulage...

Filleule de André Barbier, elle baigne depuis sa petite enfance dans le milieu de la peinture. Et c'est tout naturellement qu'à la mort de Barbier elle s'occupe de l’œuvre de son parrain. En tant qu’élève libre à l’académie des beaux arts de Paris elle côtoie le sculpteur César et se lie d'amitié avec le dessinateur Topor et Yves Klein avec qui elle voyait fréquemment Iris Clair.

Elle part en Pologne en 1960 envoyée par le ministre de la culture André Malraux, une relation de sa mère, dans le cadre des échanges culturels.

Carrière

Elle travaille à Varsovie avec Henryk Tomaszewski et l'aide à promouvoir son travail en occident. Puis elle est l'assistante de Jerzy Grotowski en 1965-1966 pour The Tragical History of Doctor Faustus. À Varsovie elle est rattachée à l’Académie des Beaux Arts, se lie d'amitié avec l'écrivain Jarosław Iwaszkiewicz.

En 1967, elle passe son doctorat d'histoire de l'art Portraits funéraires peints sur métal, en Pologne à l'École pratique des hautes études sous la direction de Jacques Le Goff.

En 1969, elle rentre à Paris et participe à l'élaboration d'un plan d'initiation des enfants à l'art diligenté par le ministère de la culture. Elle conseille Michel Troche qui participe à la création du Centre Georges-Pompidou. Elle continue à fréquenter l'atelier de son parrain André Barbier qui a peint jusqu’à sa mort. Elle commence à fréquenter l'avant-garde de Paris comme les peintres Miguel Amate, Miguel Barcelo et assiste aux débuts de Christian Bourgois dans sa micro maison d'édition dans les Halles de Paris.

En 1970, elle participe au catalogue raisonné de Tamara de Lempicka. Par la suite elle fait plusieurs expertises en 1976 pour le Musée Beaubourg et la villa de Medicis en 1994 pour l'estimation de la donation Tamara de Lempicka.

Depuis 1980, elle est experte pour les salles de ventes, les institutions et les particuliers des tableaux d'André Barbier et de Claude Monet pour la Fondation Wildenstein (5e tome), en particulier avec Daniel Wildenstein. En 1986, Burroughs William la contacte pour qu'elle s'occupe de ses archives. Depuis elle participe aux travail critique sur son œuvre graphique.[2]

Le fonds Rosine Buhler donné en 1994 à l’Union Française des Arts du Costume (UFAC) est riche d’environ 15 000 dessins de mode. Il nous permet de découvrir le travail de deux modélistes, dont Muguette Buhler (1905-1972)

En 1995, elle rencontre et travaille avec Pierre Rosenberg, président du musée du Louvre sur le « gris parisien » dans la peinture de Fragonard qui le passionnait.

Entre 1996 et 2006, elle entre comme professeur d'histoire de l'art à l'école supérieure des Beaux Arts de Cergy Pontoise, et de l'IESA à Paris.

Notes et références

  1. « Buhler, Rosine (1940-....) », sur idref.fr
  2. « Jean-Jacques Lebel | "William S. Burroughs" », sur fondsdedotationjjlebel.org (consulté le 18 mars 2018)

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 424 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Cet article « Rosine Buhler » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).