Encyclopédie Wikimonde

Samir Adil

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Samir Adil est un homme politique irakien, né en 1964 à Bagdad[1], actuel président du Congrès des libertés en Irak.

Biographie

Étudiant en mathématiques à l'université de Mossoul, Samir Adil a été choqué par l'expulsion vers l'Iran de plusieurs amis Kurdes opposants au régime de Saddam Hussein. Il devient militant du Parti communiste irakien clandestin. En 1990, lors de l'entrée des troupes irakiennes au Koweït, il rejoint le Courant communiste, plus radical, puis la Ligue pour l'émancipation de la classe ouvrière, plus tournée sur l'action ouvrière.

En 1992, il est arrêté, détenu sans charge durant six mois, torturé pendant 25 jours par la police politique irakienne[1]. Il en garde des séquelles : surdité et paralysie faciale partielle et cicatrices importantes[1]. Une campagne internationale de solidarité, animée notamment par des syndicats canadiens, permet de le faire libérer au bout de six mois[1]. Il gagne alors la Turquie clandestinement, avant d'obtenir l'asile politique au Canada en 1995.

La Ligue pour l'émancipation de la classe ouvrière ayant fusionné avec d'autres groupes en 1993 pour former le Parti communiste-ouvrier d'Irak[1], Samir Adil milite dans ce parti, dont il est membre du bureau politique[2].

En 2003, il choisit de retourner vivre à Bagdad. Il prend part à la création du Congrès des libertés en Irak, dont il est immédiatement élu président. Menacé par les islamistes, il ne circule en Irak qu'entouré de gardes du corps. Ses fonctions l'amènent à voyager beaucoup, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Indonésie, au Japon, aux Philippines, afin de défendre sa vision d'un front opposé à la fois à l'occupation et à la guerre civile, d'une alternative démocratique et laïque en Irak.

En décembre 2008, Samir Adil a été blessé dans un attentat à la bombe à Kirkouk, qui a fait plusieurs victimes[3]. Cet attentat n'était pas spécialement destiné contre lui.

Source

  • Nicolas Dessaux, Résistances irakiennes : contre l'occupation, l'islamisme et le capitalisme, L'Echappée coll. Dans la mêlée, 2006

Liens externes

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).