Encyclopédie Wikimonde

Sidi Rezzoug

Aller à : navigation, rechercher
Sidi Rezzoug Al-Khangui Ier
Description de l'image Sidi Rezzoug Comte du Kheneg Terfa.png.

Titre

Gouverneur du Kheneg

15 Juin 1534 – 18 Mai 1580

Prédécesseur Abu-Tajlalte Al-Jilali
Successeur Brahim Rezzougui de Guelb
Biographie
Dynastie Maison de Khangui
Naissance 1er Janvier 1491
Bagdad Irak
Décès 18 mai 1580
Drâa Maroc
Père Sharif Abu Rezzoug Al-Idrissi
Mère Lala Umm Rezzoug
Conjoint Umm Al-Kheir Tajlalte du Drâa
Enfants

Brahim Ben Rezzoug de Guelb Hasbya bint Rezzoug du Kheneg Hayba bint Rezzoug du Kheneg Issa ben Rezzoug du Tafilelte

Abdel-Moulla Rezzougui du Kheneg
Résidence Château de Talate [Kasbah]
Religion Sunnite

Description de l'image Maison des Khangui.jpg.

Al-Sharif Abu Ibrahim Sidi Rezzoug[1] Al-Ya'qoubi Al-Idrissi Al-Hassani plus connu sous le nom de Sidi Rezzoug dit "Al-Wali N'Dra'a" né le 19 Safar 896 Hégirien (1491) à Bagdad en Irak et mort le 3 Rabi'ou Al-Thani 988 (1580) à Kheneg Tarfa dans la région de Guelmim-es Smara au Maroc[2].

Son nom complet : Sidi Rezzoug Abu Ibrahim Al-Ya'coubi descendants de Moulay Idriss II Al-Asghar (793-828), fils de Moulay Idris Ier (743-793), Le fondateur de la Dynastie Idrissides, fils d'Abdallah El Kamil (687-762), fils de Al-Hassan El Muthana (661-715), fils d'Al-Hassan al-Mujtaba (625-670), fils du Compagnon Ali ibn Abi Talib (599-661).

Biographie

Né le 1er janvier 1491 sous le règne de Bey Abul-Fath Baysonqur ou Baysunghur Ier (1491-1492) de la dynastie des Aq Qoyunlu appelés aussi Moutons blancs, qui ont régné de 1378 à 1508, on fait de Bagdad leur capitale après sa prise en 1469. Dès son enfance, il reçoit une éducation plutôt stricte et religieuse, il étudie à la Madrassa de Bagdad, où il suit des études de sciences religieuses et de théologie, mais abandonne ses études à l'âge de 17 ans à la suite de la guerre survenue par les Qizilbash qui étendent le pouvoir Safavides au reste de la Perse, jusqu'à la prise de Bagdad en 1508, Shah Ismaïl Ier de Perse, le fondateur de la dynastie des Safavides ordonna aux Qizilbash de massacrer les sunnites et de détruire les mausolées d’Abû Hanîfa et d’Abd al Qadir al-Jilani. Après son pèlerinage aux tombeaux des Imams Ali et Hussein, il nomma un vice-roi et rentra à Tabriz. C'est à ce moment que Rezzoug fuit les persécutions commises par les Qizilbash et partit avec sa famille pour l'Égypte, sous le Règne du Grands Sultans Mamelouk Al-Achraf Qânsûh Al-Ghûrî (1446-1516), arrivé au Caire Il y séjourna pendant quelque temps, et repris ses enseignements dans la Madrasa Gamal al-Din al-ustadar dans le quartier de la Gamaliyya (al-Ǧamāliyyaẗ) du Caire, elle fut bâti par l'émir Jamal al-Din al-Ustadar (en) sous le règne du Sultan An-Nasir Fâraj ben Barquq (1386-1411), un an plus tard après son arrivée en janvier 1509 le Commandant Amir Husain Al-Kurdi gouverneur de la ville de Jeddah qui fait partie de l'empire Sultanat Mamelouk, envoya des capitaines pour recruter des stratèges navales, pour lancer une bataille navale qui déroulera le 3 Février 1509 (Bataille de Diu). Rezzoug fut l'un des élèves à qui on proposa de s'engager mais qui n'a pu accepter la demande, car il voulait consacrer sa vie à la science. Un jour de 1510 en passant près du marché aux esclaves du Caire, il aperçoit un esclave abyssin originaire d'Éthiopie. Comme ses semblables, ils sont traités comme des produits dont on évalue la qualité. Rezzoug eut de la peine pour l'esclave enchaîné, il négocia le prix du Habashi esclave, l’Égyptien la laissé à 60 dinars pièces d'or. Habashi lui raconta son histoire et de tout ce qu'il a enduré de sa capture en Éthiopie et son parcours de Mogadiscio jusqu’à son arrivée au marché aux esclaves du Caire. En 1511 âgé de 20 ans, le bruit court dans la ville qu'au sud du Maghreb al-Aqsa (le nom historique du Maroc), les Saadiens dynastie arabe chérifienne originaire de la vallée du Draâ arrive au pouvoir. Le fondateur de cette dynastie est Abû `Abd Allah Muhammad al-Mahdî al-Qâ'im bi-'Amr Allah surnommé al-Qâ'im bi-'Amr Allah (celui qui applique la volonté de Dieu) et al-Mahdî (1460-1517). Désigné par les zaouïas « Chadhiliya du Drâa » en août il lance une expédition. Le Sultan fait appel à la guerre sainte contre les chrétiens qui occupent le littoral du Maroc dans la forteresse portugaise de Founti en référence au mot portugais "fonte" (Agadir), l'emplacement où les Portugais choisirent de s'installer en 1505. Rezzoug partit pour rejoindre les Saint Chadhiliya du Draa avec des voyageurs commercent de retour du Hedjaz accompagné de son esclave Asuya Mimoun Habashi, arriver au Drâa du Maghreb al-Aqsa début 1512 à l'âge de 21 ans.

L'entrée dans la Zaouïa d'Imi n’Tatelt

Arrivé au Drâa du Maghreb al-Aqsa, il fut amené dans un village à Imi n’Tatelt appelé « Ben Ya‘qub »[3] ou il rencontre pour la première fois le Sheykh Al Qutb arabânni Sidi Mohammed Ben Ya’qub al-Idrissi fondateur de la zawya d’Imi n’Tatelt, le deuxième Saints du jazoulisme en terre méridionale après Sidi Abdallah Û Mbark d'Aqqa, Rezzoug devient son élève, Cheikh voyant ses connaissances en science le prend comme disciple. Il a été initié dans la Tariqa Shadhili, l'ordre soufi, par Cheikh Sidi Mohammed Ben Ya’qub disciple de Sidi Abdallah Û Mbark d'Aqqa qui est le disciple de Cheikh Muhammad ibn Sulayman al-Jazuli al-Simlali (en) qui a été initié par Cheikh Abu Abdullah Muhammad Ibn Amghar as-Saghir descendant d'Abou Abdallah Mohammed Amghar (en), le cheikh des Banu Amghar et devient même son ami jusqu’à sa mort.

La lignée authentifiée de son Sheikh Sidi Mohamed ben Ya'qub ben Ali ben Mohamed ben Dawud ben Yussuf ben Ahmad ben Ali Abu-Silham ben Mohamed ben Abdullah ben Abū Madyan al-Ghawth Tlemsani ben Zakarya ben Mohamed ben Ali ben Idriss ben Abd al-Rahman ben Musa ben Ali al-Qassim ben Abd Al-Malik ben Saïd ben Abdullah ben Issa ben Muhammad ben Idris II al Asghar ben Idris Ier ben Abdullah «al-Kâmil» ben Al-Hassan Al Mouthanna ben Al-Hassan Al-Sebt ben Ali ibn Abu Talib et Fatima al-Zahra fille du Prophète Muhammad Ben Abdullah,

Les neuf disciples du Sheikh Sidi Mohamed ben Ya'qub[4]

  • Sidi Nacer Ou Brahim de Tata, le fqîh de Tisfariwin et des Aït Tazulit
  • Sidi Mohamed Ben Mesûd Al-Qurbani de Idaw-Nadif
  • Sidi Ahmed U Mhand Es-Sanhajjî Gwazursen
  • Sidi ‘Alî Ben ‘Abderahman de Aït Musi
  • Sidi Brahim Ben Abdallah de Tanzida
  • Sidi Musa des Aït Iggas de Souss
  • Sidi ‘Ayad de Tawraz

Mariages

Le 23 Octobre 1513 en présence des Chefs des Tribu Maâquil (Maqtil, arabe: بني معقل) et de son Cheikh, Sir Rezzoug[5] qui avait tissé des liens d'amitié avec la tribu arabe Maâquil, il épousa Dame Lalla Umm Al-Kheir Tajlalte Al-Jilali Al-Maâquili du Drâa née le 14 Avril 1496 la fille d'Abu-Tajlalte Al-Jilali Al-Maâquili Comte du Kheneg Tarfa et des ma'der-s du Drâa (1461-1534), ce mariage lui ouvre les portes du pouvoir politique.

Plusieurs enfants sont issus de cette union :

Sidi Brahim Ben Rezzoug de Guelb Algérie.

Lalla Hasbya bint Rezzoug du Kheneg

Lalla Hayba bint Rezzoug du Kheneg (http://mapcarta.com/17405532)

Sidi Issa ben Rezzoug du Kheneg (http://mapcarta.com/17405532)

Sidi Abdel-Moulla Gouverneur du Kheneg Tarfa

Après son mariage, il donne la liberté à son esclave Asuya Mimoun Habashi, il lui offre une partie de terre du Kheneg (http://mapcarta.com/17405532), et le mari, il eut deux fils qui donnent une grande descendance qui vit actuellement sur cette terre. Ils portent le nom de Abd el-Rezzoug « Serviteur de Rezzoug ».

Chaîne initiatique (silsila) de Sidi Rezzoug Al-Idrissi Al-Hassani

Cheikh Sidi Rezzoug est donc le vingt-neuvième Cheikh de la chaîne d'or de l'ordre Soufi Shadhiliyya qui remonte jusqu'à Mahomet.

Sa Silsila[6], chaîne initiatique est la suivante :

  1. Abul-Qasim Muhammad al-Mustafa Rasul Allah (570-632)
  2. Sahabi Amir Al-Muminine Ali ibn Abi Talib (599-661)
  3. Sahabi al-Hassan ibn Ali ibn Abi Talib (625-670)
  4. Sahabi Muhammad Jabir ibn Abdillah al-Ansari (606-697)
  5. Al-Shaykh Sidi Abu Uthman Sa'eed al-Ghazwini The Qutb
  6. Al-Shaykh Sidi Abu Muhammad Fath al-Sa'ud The Qutb
  7. Al-Shaykh Sidi Muhammed ben Sa'd The Qutb
  8. Al-Shaykh Sidi Abul-Qasim Ahmad al-Marwaani The Qutb
  9. Al-Shaykh Sidi Abu Ishaq Ibrahim al-Basri The Qutb
  10. Al-Shaykh Sidi Zayn ul-Deen al-Ghazwini Muhammad The Qutb
  11. Al-Shaykh Sidi Shams ul-Deen Abi Muhammad The Qutb
  12. Al-Shaykh Sidi Muhammad Taj ul-Deen The Qutb
  13. Al-Shaykh Sidi Nur ul-Deen Abi al-Hassan 'Ali The Qutb
  14. Al-Shaykh Sidi Fakhr ul-Deen The Qutb
  15. Al-Shaykh Sidi Tuqayy ul-Deen al-Fuqayyar The Qutb
  16. Al-Shaykh Sidi Abu Zayd 'Abdul-Rahman al-Madani the Perfumer The Qutb
  17. Al-Shaykh Sidi 'Abdul-Salaam ibn Mashish The Great Qutb (1163-1228)
  18. Al-Shaykh Sidi Abul-Hassan al-Shadhili al-Hassani the Qutb (1197-1258)
  19. Al-Shaykh Sidi Abu Abd'Allah Al-Maghribi
  20. Al-Shaykh Sidi Abu Al-Abbas Al-Qurani
  21. Al-Shaykh Sidi 'Anous Al-Badaoui
  22. Al-Shaykh Sidi Abu Al-Fadl Al-'Atadi
  23. Al-Shaykh Sidi Abu Zayd Abdurahman Al-Rajaj
  24. Al-Shaykh Sidi Abu Uthman Saïd Al-Hertnani
  25. Al-Shaykh Sidi Abu Muhammad as-Saghir Amghar
  26. Al-Shaykh Sidi Muhammad al-Jazuli (1404-1465)
  27. Al-Shaykh Sidi Abdallah Û Mbark d'Aqqa
  28. Al-Shaykh Sidi Abû Abdallah Muhammed Û Ya‘qûb (1435-1555)
  29. Al-Shaykh Sidi Rezzoug Al-Idrissi Al-Hassani (1491-1580)

Ses Titres

Al-Cheykh (maître), Al-Wali Salih (le Saint Véridique), Al-Qubt (le Pole), Al-Wadha' (Le Clair), Al-Badr (La Pleine Lune), Al-Ayh (L'apparent) Al-Hakam N'Dra'a (Le Gouverneur du Kheneg Tarfa)[7].

Blason (héraldique)

Blason des Khangui

Notes et références

  1. Jamal Bellakhdar, Tissint, une oasis du Maroc présaharien: monographie d'une palmeraie du Moyen Dra, Al Biruniya, [lire en ligne (page consultée le 2016-04-04)] 
  2. Jamal Bellakhdar, Tissint, une oasis du Maroc présaharien: monographie d'une palmeraie du Moyen Dra, Al Biruniya, [lire en ligne (page consultée le 2016-04-07)] 
  3. FILS DE SAINTS CONTRE FILS D’ESCLAVES, Maroc, Centre Jacques-Berque, Les Cinq Parties du Monde, , 282 p. (ISBN 9791090560000) 
  4. FILS DE SAINTS CONTRE FILS D’ESCLAVES, Maroc, Centre Jacques-Berque, Les Cinq Parties du Monde, , 282-VI p. p. (ISBN 9791090560000) 
  5. Édouard Marie René marquis de Segonzac, Au cœur de l'Atlas: Mission au Maroc 1904-1905, E. Larose, [lire en ligne (page consultée le 2016-04-07)] 
  6. « Muke Lu Jauh . Blogspot: Sanad Toriqoh Sidi Muhammad Abul-Huda al-Ya'qoubi al-Hassani al-Shadhili », sur mukelujauh.blogspot.fr (consulté le 5 avril 2016)
  7. L'Afrique française: bulletin mensuel du Comité de l'Afrique française et du Comité du Maroc, Siège du Comité, [lire en ligne (page consultée le 2016-04-07)] 

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).