Encyclopédie Wikimonde

Simon Gosselin

Aller à : navigation, rechercher
Simon Gosselin
Description de l'image 10401074_89392605474_769_n.jpg.

Simon Gosselin est un syndicaliste et une personnalité politique québécoise.

En 2009, alors qu'il est étudiant au baccalauréat en relations industrielles, il organise une tentative de syndicalisation d'un premier café Starbucks, appuyé de l'Industrial Workers of the World[1],[2],[3],[4]. Starbucks conteste la demande[5], qui sera rejetée par la Commission des relations de travail du Québec[6].

En 2011, à l'aube de la grève étudiante québécoise de 2012, il est nommé secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ)[7]. Moins visible et flamboyant que d'autres leaders étudiants[8],[9], mais représentant néanmoins 65000 étudiants universitaires[7], Line Beauchamp ne l'invite d'abord pas aux pourparlers entre les étudiants et le gouvernement du Québec; il se rend quand même à la table des négociations par lui-même, où sa présence sera admise[8]. En compagnie de Léo Bureau-Blouin, Martine Desjardins, Gabriel Nadeau-Dubois, il négocie avec les représentants gouvernementaux jusqu'à conclusion d'un premier accord[10],[11],[12]. Au terme de son mandat au secrétariat général de la TaCEQ, il est remplacé par Paul-Émile Auger[13].

Notes et références

  1. La Presse Canadienne, « Vers un Starbucks syndiqué à Québec », sur Le Devoir, (consulté le 1er juillet 2019)
  2. Frédéric Denoncourt, « Un premier café Starbucks syndiqué au Québec », sur Le Soleil, (consulté le 1er juillet 2019)
  3. Alexandre Robillard, « Vers un Starbucks syndiqué à Québec », Le Devoir,‎ , p. B1 (lire en ligne)
  4. Isabelle Porter, « Les étudiants se serrent les coudes », Le Devoir,‎ , p. B3 (lire en ligne)
  5. Matthieu Boivin, « Starbucks fourbit ses armes », Le Soleil,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  6. Matthieu Boivin, « Syndicalisation du Starbucks de Sainte-Foy : demande rejetée », Le Soleil,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  7. 7,0 et 7,1 Dominique Cambron-Goulet, « Mouvement étudiant: Nouveau visage, nouveaux combats », sur Journal Métro, (consulté le 1er juillet 2019)
  8. 8,0 et 8,1 Marc Allard, « La TaCEQ, un nouveau joueur à la table de discussions », sur Le Soleil, (consulté le 1er juillet 2019)
  9. Samuel Auger, « Mouvementée à Montréal, tranquille à Québec », Le Soleil,‎ , p. 4 (lire en ligne (http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3537721))
  10. Marc Allard, « Les négos déraillent », Le Soleil,‎ , p. 2 (lire en ligne (http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3538124))
  11. Antoine Robitaille, « La CLASSE avait prévu d'« exiger », pas de « négocier » », Le Devoir,‎ , p. A3 (lire en ligne (http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3451431))
  12. « Un accord conclu avec les étudiants », sur TVA Nouvelles (consulté le 1er juillet 2019)
  13. « Secrétariat général « Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) », sur web.archive.org, (consulté le 1er juillet 2019)

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).