Encyclopédie Wikimonde

Syndicat des avocats libres

Aller à : navigation, rechercher

Le Syndicat des avocats libres - COSAL est un syndicat d'avocats créé en 2004 par Vincent Delmas, avocat au barreau de Paris.

Le COSAL est un syndicat critique à l'égard de l'Ordre des avocats en France. Ce syndicat réclame la transparence financière et politique. Il s'oppose à l'« oligarchie » dans la profession[réf. nécessaire].

Le COSAL a, dès 2005, obtenu deux élus au Conseil national des Barreaux[réf. nécessaire].

Les élus du COSAL ont obtenu qu'il soit mis fin à la publication des noms des avocats omis pour raison financière[réf. nécessaire], il lutte actuellement pour la défense du périmètre du droit[réf. nécessaire]. De même que l'ordre et le CNB, il est en procès avec la société ALMA-CONSULTING[réf. nécessaire].

En 2007, il révèle que l'épouse du PDG d'ALMA, Hélène Bornstein, s'est faite élire au Conseil de l'Ordre de Paris, en se présentant sous les couleurs de l'UJA[réf. nécessaire].

Cette même année, il dépose plainte à l'encontre de la Conférence du stage[réf. nécessaire]. Une instruction est en cours[réf. nécessaire].

Il compte deux représentants au Conseil national des barreaux : Elisabeth Cauly, présidente du syndicat, et Elizabeth Oster[réf. nécessaire].

Son site internet, sarcastique et caustique est le site le plus lu par la profession après les sites de l'Ordre des avocats de Paris et du CNB[réf. nécessaire].

Les frasques de la Conférence du stage et le caractère suspect de certaines dépenses de cette institution et de l'Ordre des avocats, dénoncés depuis plusieurs mois par le COSAL, est, en novembre 2008, repris par le site d'information internet Bakchich[réf. nécessaire], par le Figaro[réf. nécessaire], ainsi que par l'hebdomadaire Le Point[réf. nécessaire].

Depuis qu'il a révélé ces informations, les personnes désignées ont multiplié les assignations à l'encontre du COSAL[réf. nécessaire]. Pour l'heure, sans succès.

Vincent Delmas, président fondateur du COSAL, a été élu au Conseil de l'ordre le 10 décembre 2008[1].

Le COSAL a pris une part active aux travaux de la Commission Guinchard et de la Commission Darrois [réf. nécessaire].

Liens externes

Notes

Article publié sur Wikimonde Plus.